Aller au contenu

Notre cama­rade Myriam Martin au Conseil régio­nal LRMP

Un compte rendu du débat budgé­taire, le FN, nos inter­ven­tions… depuis Mont­pel­lier

Compte rendu de Myriam Martin élue Nouveau Monde, membre d’En­semble !

Vendredi 15 avril, à Mont­pel­lier se tenait la troi­sième assem­blée plénière de la région Langue­doc Rous­sillon Midi Pyré­nées.

Un point d’im­por­tance à l’ordre du jour, le débat autour de l’orien­ta­tion budgé­taire de la nouvelle grande région.

Au préa­lable, un temps de discus­sion a été consa­cré au choix du nom de la région. Plus exac­te­ment aux moda­li­tés mises en place pour que les habi­tant-es choi­sissent entre mai et juin le nom qui rempla­cera l’acro­nyme provi­soire utilisé actuel­le­ment, LRMP.

C’est alors que nous avons assisté au « cirque » habi­tuel désor­mais, du Front Natio­nal, puisque le jeu du parti fron­tiste est de faire obstruc­tion, de ralen­tir le cours de l’as­sem­blée. Mais cette fois ci et ce tout au long de la jour­née, on a tout de même fran­chi un cap.  En effet sur le nom, un élu du FN n’a pas pu s’em­pê­cher de profé­rer des propos sexistes à l’en­contre de Mme Delga : « On ne choi­sit pas un nom, Mme Delga comme on choi­sit le nom d’une lessive » (sic!). Ou encore les moda­li­tés mises en place pour le nom de la région auraient été guidés par « le népo­tisme en jupon  » !

Enfin tout en voci­fé­rant, les 40 élu-es fron­tistes ont brandi des affiches où était écrit « Delgas­tan », stig­ma­ti­sant notre Région en un « Delgas­tan », musul­man et inté­griste, et ont terminé par une marseillaise toni­truante dans une atti­tude grotesque et agres­sive.

Pour­tant, le point essen­tiel de la jour­née n’était pas celui là mais bien le débat d’orien­ta­tion budgé­taire. Pour ce sujet le FN était bien moins présent sauf pour dire (à lire d’ailleurs sur le blog des élu-es du FN en Langue­doc Rous­sillon) qu’il s’op­pose aux dépenses desti­nées aux élèves, contre la gratuité en fait su service public. Obsédé comme d’autres par « la dette », le FN n’a donc pas grand-chose à dire sauf à reprendre le vieux dogme libé­ral « de la bonne gestion » qu consiste à ne program­mer aucune dépense ou inves­tis­se­ment à long terme, néces­saires pour répondre aux besoins sociaux de nos conci­toyen-nes.

La droite est restée assez mutique, critiquant les orien­ta­tions présen­tées par le PS mais elle se trouve dans une posi­tion déli­cate car les ques­tions budgé­taires sont abor­dées souvent sous l’angle des contraintes liées à la baisse dras­tique de la dota­tion de l’état et de l’ab­sence de levier fiscal. Dans les deux cas c’est la droite, sous Sarkozy, qui a ouvert le bal, en dimi­nuant les premiers les moyens néces­saires au fonc­tion­ne­ment des collec­ti­vi­tés terri­to­riales et en réfor­mant la taxe profes­sion­nelle, privant dès lors les conseils régio­naux d’un levier fiscal impor­tant.

Quant au PS et au PRG, on est restés sur notre fin : les inter­ven­tions ont oscillé entre auto­sa­tis­fac­tion et prudence sur les poli­tiques à mener, révé­lant en fait que les théo­ries libé­rales phago­cytent les orien­ta­tions budgé­taires. Pourquoi ? Parce qu’in­ves­tir pour l’ave­nir signi­fie emprun­ter pour inves­tir. C’est une bonne poli­tique surtout pour une région qui est la moins endet­tée de France, qui possède une épargne brute consi­dé­rable, globa­le­ment présente des finances saines et qui présente un endet­te­ment de 3 ans envi­ron par habi­tant-e (6–7 ans c’est la moyenne natio­nale). Mais là aussi l’ob­ses­sion de la dette tenaille le PS-PRG.

Or aujourd’­hui les marges de manœuvres existent pour mener des poli­tiques offen­sives qui répondent aux attentes : déve­lop­pe­ment des services publics, amélio­ra­tion et déve­lop­pe­ment des trains du quoti­dien, plus de démo­cra­tie dans les grandes déci­sions qui concernent et engagent l’ave­nir de tous et toutes, inves­tis­se­ment pour l’ave­nir pour la préser­va­tion de notre écosys­tème etc.

C’est le sens que nous avons donné à nos inter­ven­tion pour notre groupe Nouveau Monde En Commun, des inter­ven­tions au ton diffé­rent, construc­tives, avec des propo­si­tions concrètes pour inves­tir, mettre en place la gratuité dans les lycées, aider l’éco­no­mie sociale et soli­daire, l’em­ploi utile socia­le­ment, respec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment et non délo­ca­li­sa­ble…. (voir mon inter­ven­tion à la fin de ce compte rendu).

Le débat et donc la confron­ta­tion néces­saire pour porter des poli­tiques alter­na­tives comme on s’y est engagé dans notre campagne élec­to­rale, ne font que commen­cer. On ne doit rien lâcher.

La dernière partie de la réunion de ce vendredi 15 avril a porté sur les vœux et sur les ques­tions posées pour la majo­rité d’entre elles, par le FN.

Sur les vœux : la région a voté majo­ri­tai­re­ment un texte qui la met « hors tafta ». C’est, je pense , la première région depuis les élec­tions de décembre dernier, qui a pris une telle déci­sion. Le groupe Nouveau Monde En Commun y est pour beau­coup et nous devons nous en féli­ci­ter.

Nous avons voté un vœu présenté par le PS, propo­sant aux deux grandes agglo­mé­ra­tions de la région, de parti­ci­per au finan­ce­ment du prolon­ge­ment de la ligne B du métro à Toulouse et de celui du Tram­way à Mont­pel­lier.

Enfin a été présenté un vœu, rédigé à l’ori­gine par NMEC et auquel a sous­crit le PS, sur l’ac­cueil des réfu­giés, préco­ni­sant en fait de mettre les moyens pour accueillir digne­ment ces derniers et pour dénon­cer les derniers accords notam­ment ceux passés avec la Turquie (la Turquie deve­nant un grand camp pour réfu­giés dont ne veut pas l’Eu­rope, une honte!). Ce vœu a été égale­ment adopté mais il a donné lieu à une décla­ra­tion abjecte du maire de Beau­caire. Je ne m’éten­drai pas long­temps car je ne compte pas gaspiller temps et écrit à la forma­tion fron­tiste.

Mais je dois dire que la décla­ra­tion de ce triste indi­vidu était un condensé de ce qu’est au fond l’ex­trême droite : c’est à dire la haine de l’hu­ma­nité.

Les deux dernières ques­tions du FN qui mettaient à la fois en cause notre groupe à propos du commu­niqué de soutien à ma collègue de la CGT, Carole Delga et moi même en tant que prési­dente de la commis­sion éduca­tion, a donné lieu à un spec­tacle incroyable et lamen­table de 40 élu-es fron­tistes éruc­tant, menaçant dans une hysté­rie collec­tive qui ne m’avait jamais été donnée de voir.

La prochaine assem­blée plénière aura lieu le 26 mai prochain, séance durant laquelle sera voté le budget primi­tif.

Myriam Martin, le 19 avril 2016.

Mon inter­ven­tion (résu­mée) :

« Madame La Prési­dente, Mesdames et Messieurs les élu-es,

en ce qui concerne le débat sur l’orien­ta­tion budgé­taire, je souhai­te­rais commen­cer mon inter­ven­tion sur les lycées publics. Je souhaite faire part de la satis­fac­tion de mon groupe sur le choix fait d’étendre l’aide à la restau­ra­tion scolaire à l’en­semble des élèves de la grande région. C’est un marqueur fort à gauche. Mais je pense qu’on doit aller plus loin encore si on veut faire le choix d’autres marqueurs à gauche, il faut un geste fort, celui d’étendre la gratuité des manuels scolaires à l’en­semble des élèves de la grande région. L’ex-région Langue­doc Rous­sillon appliquait à juste titre cette poli­tique que nous souhai­tons voir éten­due à Midi Pyré­nées. Cette mesure corres­pond à ce que doit être un service public d’édu­ca­tion qui assure la gratuité d’un outil péda­go­gique obli­ga­toire, le manuel scolaire, sans distinc­tion entre les élèves, parque ce que chacun et chacune doivent avoir les mêmes droits.

Il s’agit bien de faire un choix poli­tique. Et même si nous dénonçons la baisse inac­cep­table de la dota­tion de l’état, des choix budgé­taires sont tout à fait possibles, d’au­tant que comme l’ont dit mes cama­rades avant moi, les marges de manœuvre pour mener des poli­tiques répon­dant aux besoins sociaux sont possibles. Choix donc d’orien­ter l’argent public vers les services publics.

Un autre sujet fort, présent dans les orien­ta­tions budgé­taires : l’ap­pren­tis­sage.

Les poli­tiques actuelles sur le sujet et les orien­ta­tions indiquées nous inter­pellent et méritent d’être inter­ro­gées.

Souvent on parle de l’ap­pren­tis­sage comme voie d’ex­cel­lence, sans nuances, sans bilan chif­fré suffi­sant. Pour­tant pour mener et amélio­rer des poli­tiques consé­quentes en matière d’ap­pren­tis­sage il faut s’ap­puyer sur des faits.

Les chiffres de la DARES, le rapport demandé par le gouver­ne­ment à l’Ins­pec­tion Géné­rale de l’Edu­ca­tion Natio­nale (IGN), à l’Ins­pec­tion Géné­rale des Affaires Sociales (IGAS), à l’Ins­pec­tion Géné­rale de l’Ad­mi­nis­tra­tion, de l’Edu­ca­tion Natio­nale et de la Recherche (IGAENR), confirment des tendances dont il faut tenir compte : un appren­tis­sage en augmen­ta­tion mais pour les étudiants donc dans le supé­rieur, mais baisse de celui-ci chez les non diplô­més, de nombreuses ruptures de contrat chez les moins de 18 ans, pas assez de contrôle de la région, accom­pa­gne­ment des appren­tis insuf­fi­sant, pas assez de forma­tion pour les tuteurs etc.

Pour contrô­ler l’argent public que nous inves­tis­sons dans l’ap­pren­tis­sage il faut contrô­ler en amont, accom­pa­gner les appren­tis et évaluer en fin de cursus.

Enfin pour conclure sur ce sujet nous voulons faire part de notre inquié­tude quant à la vision actuelle de l’ap­pren­tis­sage qui est déve­lop­pée comme une voie profes­sion­nelle concur­ren­tielle de la forma­tion initiale publique dans les lycées profes­sion­nels. Ces deux voies doivent être complé­men­taires et non concur­ren­tielles. Le proto­cole signé entre le président de l’as­so­cia­tion des régions de France et le premier ministre le 31 mars dernier ne peut que nous inquié­ter, il contri­bue à mettre en danger les LP face à l’ap­pren­tis­sage.

Nous serons vigi­lant-es quant aux poli­tiques qui seront mises en place au sein de notre région.

Pour finir, Mme Pinel tout à l’heure a parlé des « nuits debout », préci­sant qu’elles étaient l’ex­pres­sion d’une inquié­tude légi­time chez les jeunes. Si on ne veut pas obérer l’ave­nir des jeunes il faut en finir avec la loi dite travail, la loi El Khomri ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.