Aller au contenu

Péti­tion unitaire contre la loi Macron

Les dispo­si­tions de la loi ont un fil direc­teur : « ce qui est bon pour le patro­nat est bon pour l’éco­no­mie », quelles qu’en soient les consé­quences pour les sala­riés.

La loi dite loi Macron, « Pour la crois­sance et l’ac­ti­vité », dont le projet présenté au Parle­ment est censé casser « les rigi­di­tés » qui bloque­raient l’éco­no­mie française.

Les dispo­si­tions de la loi ont un fil direc­teur : « ce qui est bon pour le patro­nat est bon pour l’éco­no­mie », quelles qu’en soient les consé­quences pour les sala­riés. Cette loi est le complé­ment du pacte de respon­sa­bi­lité dont les préten­dues contre­par­ties se sont révé­lées des illu­sions. Elle parti­cipe d’une tendance géné­rale dans l’Union euro­péenne au moins-disant social. La stag­na­tion, voire la baisse, des salaires et des pensions, les coupes massives dans les dépenses publiques pèsent sur la demande globale et donc sur l’ac­ti­vité des entre­prises. Ces dernières préfèrent verser de confor­tables divi­dendes à leurs action­naires plutôt qu’in­ves­tir.
Avec l’ex­ten­sion du travail du dimanche, de surcroît sans obli­ga­tion légale de majo­ra­tion sala­riale, et avec le maquillage outran­cier du travail de nuit en travail de soirée, les condi­tions de travail des sala­riés sont attaquées. Une fois de plus les premières victimes en seront les femmes.

Avec la réforme du tribu­nal des prud’­hommes qui renvoie de plus en plus d’af­faires devant des juges profes­sion­nels, ce sont les droits des sala­riés qui sont remis en cause.
Avec la dépé­na­li­sa­tion du délit d’en­trave, ce sont les employeurs qui sont proté­gés, pas les sala­riés.

Et désor­mais, si le tribu­nal admi­nis­tra­tif annule un plan social en raison d’in­suf­fi­sance de moti­va­tion, les licen­cie­ments ne seront plus inva­li­dés et les sala­riés ne seront plus indem­ni­sés.
Par ailleurs, ce projet relance le proces­sus de priva­ti­sa­tion, notam­ment d’un certain nombre d’aé­ro­ports et fragi­lise le statut des loca­taires au profit des spécu­la­teurs.
Il va permettre aux hôpi­taux publics de créer des filiales à l’étran­ger, c’est-à-dire à se compor­ter comme des entre­prises privées. Alors que le service public hospi­ta­lier est malade, entre autres, d’un manque de ressources, une partie de ces dernières pour­ront être utili­sées à des fins d’opé­ra­tions finan­cières ou commer­ciales à l’étran­ger.

La déré­gle­men­ta­tion du trans­port par bus va en fait aggra­ver les inéga­li­tés d’ac­cès, insti­tuant un trans­port pour les pauvres. Elle aura pour effet d’aug­men­ter les émis­sions de gaz à effet de serre. L’hy­po­cri­sie est ici de mise. Alors que le président de la Répu­blique prend des postures d’éco­lo­giste, et alors que la France va accueillir en décembre 2015 la Confé­rence mondiale sur le climat (COP 21), le gouver­ne­ment propose une mesure qui va à l’en­contre de tout bon sens en favo­ri­sant le trans­port privé par route au détri­ment du trans­port public dont le rail. Une autre solu­tion serait de déve­lop­per le trans­port par rail en faisant jouer à la SNCF son rôle de service public.

Ce projet de loi, en débat au Parle­ment, est guidé par une logique de déré­gle­men­ta­tion géné­ra­li­sée qui n’a comme objec­tif que le main­tien des profits aux dépens des salaires, des pensions, seuls moyens de vivre pour la majo­rité de la popu­la­tion et au détri­ment de la protec­tion sociale. Plus d’éga­lité, plus de frater­nité, c’est ce que nous voulons, c’est le contraire de la loi Macron.
L’in­dis­pen­sable mobi­li­sa­tion sociale des sala­riés et des citoyens prend de l’am­pleur.

CETTE LOI NE DOIT PAS ETRE VOTÉE, ELLE DOIT ETRE RETIRÉE !

Signa­ture élec­tro­nique ICI

Premiers signa­taires :

Eliane Assasi (séna­trice PCF)
Clemen­tine Autain (Ensemble)
Ana Azaria (Femmes Égalité)
Nico­las Baille (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion de l’Equi­pe­ment et de l’En­vi­ron­ne­ment CGT)
Ludi­vine Banti­gny (histo­rienne)
Maud Beckers (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Fatima-Ezzahra Ben-Omar (Les efFronté-e-s)
Olivier Besan­ce­not (NPA)
Eric Beynel (porte parole de Soli­daires)
Jean-Luc Bindel (Secré­taire Géné­ral de de la Fédé­ra­tion Agroa­li­men­taire et Fores­tière CGT)
Alima Boume­diene-Thiery (avocate)
Isabelle Bruno (poli­tiste)
Jean-Marc Canon (Secré­taire Géné­ral de l’UGFF-CGT)
Céline Carlen (Secré­taire Géné­rale de l’Union Syndi­cale CGT Commerce et Services de Paris)
Jean-Claude Chailley (Résis­tance sociale)
Andre Chas­saigne (deputé PCF)
Laura Chatel (Secré­taire Fédé­rale Jeunes écolos)
Gérard Chaouat (membre du BN du SNCS FSU)
Boris Chenaud (Soli­daires 34)
Robert Crémieux (MNCP)
Eric Coque­rel (conseiller régio­nal Ile de France, coor­di­na­teur poli­tique du Parti de Gauche)
Pierre Cours-Salies (socio­logue)
Thomas Coutrot (écono­miste, ATTAC)
Claude Debons (syndi­ca­liste)
Bernard Dede­ban (secré­taire de la FSU 31)
Karima Delli (depu­tée euro­peen, EELV)
Laurent Degou­sée (Fédé­ra­tion Sud commerces et services)
Caro­line De Haas (fémi­niste)
Sandra Demarcq (NPA)
Lina Desanti (Secré­taire Géné­rale de l’Union Dépar­te­men­tale CGT du Tarn-et-Garonne)
Marie Hélène Durieux (Fédé­ra­tion Sud Santé Sociaux)
Jean-Baptiste Eyraud (DAL)
Gérard Filoche (Bureau natio­nal du Parti Socia­liste)
Pascal Fran­chet (CADTM)
Jacque­line Fraysse (dépu­tée, Ensemble)
Michel Faujour (co-secré­taire natio­nal du SNPES-PJJ FSU)
Nico­las Gale­pides (Fédé­ra­tion Sud PTT)
Bertrand Geay (poli­tiste)
Jérome Gleizes (conseiller de Paris, EELV)
Caro­line Guibet-Lafaye (philo­sophe)
Patrick Hallin­ger (Conver­gences Défense des Services Publics)
Elisa­beth Hervouet (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Hervé Heur­te­bize (secré­taire natio­nal du SNUCLIAS FSU)
Liem Hoang Ngoc (socia­liste affligé, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Nordine Idir (MJCF)
Maria Ines (co-secré­taire natio­nal du SNPES-PJJ FSU)
Sabina Isseh­nane (écono­miste, Les Econo­mistes Atter­rés)
Lucien Jalla­mion (Répu­blique et Socia­lisme)
Pierre Khalfa (Fonda­tion Coper­nic)
Judith Krivine (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Bernard Lacroix (poli­tiste)
Rose-Marie Lagrave (socio­logue)
Pierre Laurent (secré­taire natio­nal du PCF)
Chris­tian Laval (socio­logue)
Frédé­ric Leba­ron (socio­logue)
Cathe­rine Lebrun (porte parole de Soli­daires)
Valé­rie Lefebvre-Hauss­mann (Secré­taire Géné­rale de la Fédé­ra­tion des syndi­cats du person­nel de la banque et de l’as­su­rance CGT)
Arlette Lemaire (secré­taire géné­rale adjointe du SNASUB FSU)
Valé­rie Lesage (Secré­taire de l’Union Régio­nale Ile-de-France CGT)
Thierry Lescant (Ensemble)
Marie-Noelle Liene­mann (séna­trice, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Elise Lowy (EELV)
Jean-Marie Harri­bey (écono­miste)
Patrick Le Hyaric (direc­teur de l’Hu­ma­nité)
Arnaud Malaisé (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Emma­nuel Maurel (député euro­péen, Bureau Natio­nal du Parti Socia­liste)
Jean-Pierre Martin (psychiatre)
Chris­tiane Marty (fémi­niste)
Gérard Mauger (socio­logue)
Caro­line Mecary (avocate)
Emma­nuel Mehdbi (syndi­ca­liste SNU Pôle emploi FSU)
Jean-Luc Mélen­chon (député euro­péen)
Hélène Michel (socio­logue)
Jean-Philippe Milesy (Rencontres sociales)
Chris­tian de Mont­li­bert (socio­logue)
Carlos Moreira (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion Natio­nale des Indus­tries Chimiques CGT)
Corinne Morel-Darleux (coor­di­na­trice des assises pour l’Eco­so­cia­lisme)
Fran­coise Nay (mili­tante de la défense des Hopi­taux Publics)
Lucas Nédé­lec (Secré­taire Fédé­ral Jeunes Ecolos)
Hervé Ossant (Secré­taire Géné­ral de l’Union Dépar­te­men­tale CGT de la Seine-Saint-Denis)
Naila Ott (Sud Travail affaires sociales)
Ugo Palheta (socio­logue)
Jean-Jacques Paris (ANECR)
Willy Pelle­tier (Fonda­tion Coper­nic)
Marie Cécile Périllat (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Marc Peyrade (Secr. Gén. Fédé des Indus­tries du Livre, du Papier et de la Commu­ni­ca­tion CGT)
Chris­tian Picquet (Gauche Unitaire)
Chris­tian Pier­rel (PCOF)
Véro­nique Ponvert (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Jack Pota­vin (GOEES)
Chris­tine Poupin (NPA)
Colette Pronost (syndi­ca­liste SNU Pôle emploi FSU)
Emma­nuel Renault (philo­sophe)
Jacques Rigau­diat (écono­miste)
Michèle Riot-Sarcey (histo­rienne)
Danielle Rollat (UNRPA)
Suzy Rojt­man (CNDF)
Michel Rous­seau (Marches euro­péennes contre le Chômage)
Jean Sammut (mili­tant mutua­liste)
Lydia Saouli (syndi­ca­liste FSU minis­tère du Travail)
Danielle Simon­net (conseillère de Paris, secré­taire natio­nale du Parti du Gauche)
Evelyne Sire-Marin (magis­trate)
Valé­rie Soumaille (syndi­ca­liste ensei­gnant)
Maya Surduts (CNDF)
Chris­tian Taillan­dier (secré­taire natio­nal du SNUITAM FSU)
Baptiste Talbot (Secré­taire Géné­ral de la Fédé­ra­tion des Services Publics CGT)
Char­lotte Tempion (Soli­daires 69)
Chris­tian Terrancle (Soli­daires 31)
Chris­tian Topa­lov (socio­logue)
Victor Vauquois (respon­sable rela­tions exté­rieures Jeunes Ecolos)
Rémy Viard (archi­tecte)
Philippe Ville­cha­lane (APEIS)
Emma­nuel Vire (Secré­taire Géné­ral du Syndi­cat Natio­nal des Jour­na­listes CGT)
Jean-Luc Wabant (Commis­sion sociale, Syndi­cat des Avocats de France)
Louis Weber (revue Savoir/Agir)
Malika Zediri (APEIS)

Billets en relation :

8 réflexions au sujet de « Péti­tion unitaire contre la loi Macron »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.