Aller au contenu

Un, deux, trois… 12 avril ! Parti­ci­per avec le Front de Gauche à la construc­tion d’une oppo­si­tion de gauche à la poli­tique d’aus­té­rité menée par le PS.

La mani­fes­ta­tion natio­nale du 12 avril fut un succès, tant du point de vue numé­rique, avec plusieurs dizaines de milliers de mani­fes­tant-es (sans doute deux fois plus que le 1er décembre), que de l’im­pact qu’il a su créer. Impact mili­tant, impact média­tique. Une vraie réus­site !

Bien sûr, pour bien des mili­tant-es de gauche, c’était la première occa­sion d’une réponse à la nomi­na­tion de Valls comme 1er ministre, nomi­na­tion vécue comme une provo­ca­tion. Non contente de faire une poli­tique de droite, la « gauche anor­male » est main­te­nant dotée d’un 1er ministre décom­plexé, dont l’oreille tire à droite !

Plus essen­tiel : le 12 avril a réalisé un (premier mais réel) élar­gis­se­ment à d’autres forces – poli­tiques, sociales, syndi­cales – qui entendent parti­ci­per avec le Front de Gauche à la construc­tion d’une oppo­si­tion de gauche à la poli­tique d’aus­té­rité menée par le PS. Au delà de l’arc poli­tique FdG, NPA, AL (notons un beau cortège d’En­sem­ble…), des asso­cia­tions enga­gées sur le terrain contre les effets désas­treux de la poli­tique gouver­ne­men­tale étaient présentes (DAL, sans papiers, droits des femmes, défense de la santé…). Et, une présence très signi­fi­ca­tive de forces syndi­cales (fédé­ra­tions de la CGT, de Soli­daires, syndi­cats de la FSU) montrait l’en­vie de celles-ci de se battre face aux effets des poli­tiques d’aus­té­rité contre les sala­rié-es, dans un contexte géné­ral où le mouve­ment syndi­cal, au plan confé­dé­ral, est insuf­fi­sa­ment présent ou complice des attaques anti sociales. C’est là l’es­poir de nouvelles conver­gences pour la construc­tion d’une alter­na­tive de gauche.

Et nous savons – nous sommes bien placé.e.s à Ensemble ! pour le savoir – qu’il nous faut les construire, ces conver­gences, si nous voulons nous oppo­ser à ce « pacte de respon­sa­bi­lité » qui provoque l’ire respon­sable.

C’est que ce sont 50 milliards qu’ils voudraient trans­fé­rer des travailleurs/euses (qu’ils/elles soient sala­rié.e.s en acti­vité ou sans emploi ou retraité.e.s) aux entre­prises. Et, n’en doutons pas, la plus grande part sera versée en divi­dendes aux action­naires. C’est cohé­rent avec l’état du monde, de la mondia­li­sa­tion capi­ta­liste : 65 personnes possèdent autant que 3 milliards de pauvres hères… « Les Temps modernes » n’ont pas pris une ride, le fossé s’est même encore creusé !

Où trou­ver ces 50 milliards ? Tiens, pourquoi pas dans les services publics, la santé, la protec­tion socia­le… Et ça ne s’ar­rête pas là : ils nous promettent une baisse des impôts… ce qui sera sans doute, hélas, pris de façon posi­tive tant la pres­sion fiscale est pesante en l’ab­sence de hausses des salai­res… Alors que cette baisse béné­fi­ciera d’abord sans aucun doute aux entre­prises, et qu’elle signe la réduc­tion des pres­ta­tions sociales, des soli­da­ri­tés, et des coupes sombres dans les services publics. La pres­ta­tion de Manuel Valls ce mercredi 16 avril sur France 2 le confirme, même s’il cherche à enro­ber son discours tota­le­ment libé­ral.

Au-delà de notre oppo­si­tion réso­lue à cette poli­tique, notre projet est de trans­for­mer la société. Si nous n’avons pas de modèle – après les désastres du siècle passé – nous savons bien de quel côté il faut se diri­ger, à l’in­verse des poli­tiques libé­rales quand bien même elles se parent ou d’un discours usurpé de gauche.

Nous savons que pour construire une réelle alter­na­tive, il faudra une impli­ca­tion citoyenne de toutes et tous – L’hu­main d’abord aujourd’­hui et acteur de demain – et donc construire un front social et poli­tique qui rassemble autour d’un nouveau projet d’éman­ci­pa­tion mili­tants et mili­tantes poli­tiques, syndi­cales, asso­cia­tives.

Le 12 avril, ce n’est qu’un début…

Monique Migneau et Jean Mali­faud. https://reve86.org/un-deux-trois-12-avril-ensemble/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.