Aller au contenu

« Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et mépri­sable » Péti­tion.

Cet appel a commencé à circu­ler le 16 avril 2016. Pour le soute­nir et y appor­ter votre signa­ture, écrire à : stop­vio­len­ces­po­li­cie­res@­la­poste.net

http://stopre­pres­sion.unblog.fr/2016/04/18/appel-un-pouvoir-qui-matraque-la-jeunesse-est-faible-et-mepri­sable-2/

Depuis novembre dernier et la procla­ma­tion de l’état d’ur­gence, l’État de la régres­sion sociale et de la matraque a bruta­le­ment accé­léré sa décom­po­si­tion. Sa soumis­sion à un capi­tal piaf­fant d’im­pa­tience de pouvoir exploi­ter et jeter n’im­porte qui, quand et comme ça lui chante, est radi­ca­le­ment décom­plexée. Le nombre de celles et ceux qui, se battant sans cour­ber l’échine pour leur dignité, leur avenir, ou tout simple­ment leur quoti­dien, peuvent être traî­nés devant les tribu­naux, trai­tés comme des terro­ristes et, à l’image des Goodyear, condam­nés à de la prison ferme, ne cesse de croître. Au même rythme ont progressé les violences poli­cières les plus métho­diques.

La jeunesse étudiante et lycéenne en fait les frais depuis plusieurs semaines, à un niveau de répres­sion propre­ment insou­te­nable. Les 300 et quelques arres­ta­tions lors de la mani­fes­ta­tion du 29 novembre à Répu­blique contre la COP21 étaient bien un avant-goût. Depuis le 17 mars et l’ex­pul­sion violente d’un groupe d’étu­diant-e-s de l’uni­ver­sité de Tolbiac, chaque jour­née de mobi­li­sa­tion des jeunes occa­sionne un cres­cendo dans les gazages, les matraquages et les inter­pel­la­tions. Quelle honteuse hypo­cri­sie quand Bernard Caze­neuve se dit « choqué » de la violence par laquelle un jeune de 15 ans, du lycée Berg­son à Paris, avait été le 24 mars tabassé par trois poli­ciers surar­més. Le 5 avril, ce sont encore plus de 130 lycéen-ne-s, gazé-e-s et matraqué-e-s par des CRS et poli­ciers en civil, qui ont été inter­pellé-e-s avant même d’ar­ri­ver à la mani­fes­ta­tion prévue à Bastille l’après-midi. Quant à ce 14 avril, le nombre de casques, de tonfas, de gazeuses et de boucliers desti­nés à enfer­mer le cortège pari­sien pour­tant paci­fique était telle­ment impor­tant, un drone couvrant carré­ment la zone, que des passants ont demandé si c’était… une mani­fes­ta­tion de poli­ciers. La liste est longue, et le procédé n’est pas seule­ment pari­sien. Nantes, Rennes, Lyon, Stras­bourg, Mont­pel­lier, Rouen, Caen, Grenoble, Toulouse etc., l’ont égale­ment subi. Et, bien sûr, les grévistes de Mayotte.

Combien de crânes ouverts et autres bles­sures graves, d’hos­pi­ta­li­sa­tions comme de points de suture, de tirs de flash­balls, d’in­sultes, de menaces, d’ar­res­ta­tions jusque devant les lycées, de gardes à vue et de procès, avant que nous ne cessions de tolé­rer cela ? Combien de Malik Ousse­kine, combien de Rémi Fraisse, fini­ront-ils par s’au­to­ri­ser, combien d’Amine Bentounsi, de Zyed Benna, de Bouna Traoré et de violences poli­cières quoti­diennes dans les quar­tiers popu­laires survien­dront encore, si nous ne mettons pas un terme à cette méca­nique aussi sinistre qu’in­digne ? Une telle violence exprime bel et bien l’in­fini mépris à l’égard de ces jeunes que Hollande avait prétendu mettre au cœur de son mandat. C’est ce pouvoir qui matraque la jeunesse qui est aussi faible et apeuré que mépri­sable. Il tremble devant elle, car sa radi­ca­lité n’est pas contrô­lable. Il sait que la colère et la soli­da­rité des jeunes contre ce qui n’offre que déses­poir, misère et régres­sion, gran­dissent. Il n’a pas oublié l’in­fluence déter­mi­nante qu’elles et ils peuvent avoir sur l’en­semble des travailleur-se-s. La façon incroya­ble­ment violente dont les CRS ont « accueilli » les étudiant-e-s venus rencon­trer les chemi­nots à la gare Saint Lazare mardi 12 avril, et arrêté arbi­trai­re­ment l’un d’entre eux, illustre avec éloquence sa hantise à l’égard de toute jonc­tion des étudiant-e-s et des sala­rié-e-s.

Alors que des poli­ti­ciens, jusque dans les rangs du PS, veulent aller jusqu’à dissoudre « Nuit Debout ! », le gouver­ne­ment, profi­tant de l’am­biance entre­te­nue par un blackout aussi complet que complice de la part des grands médias, lâche ainsi quelques miettes d’un côté tout en lais­sant, de l’autre, se succé­der des jour­nées saute-moutons qui, à elles seules, l’im­pres­sionnent peu. En tout cas bien moins que cette jeunesse déter­mi­née qu’il cherche, à l’orée des vacances scolaires, à briser par la force.

Lais­ser la matraque impu­nie, c’est porter aussi une immense respon­sa­bi­lité. La condam­na­tion de cette violence récur­rente devrait être sans appel ; or, on est encore bien en-deçà du néces­saire à l’échelle natio­nale. Les prises de posi­tion locales, lorsqu’elles existent, de partis, syndi­cats, asso­cia­tions en tout genre, ou encore au sein de corpo­ra­tions comme les ensei­gnants et univer­si­taires, restent large­ment insuf­fi­santes à ce jour pour briser l’omerta. Il n’y a rien à rela­ti­vi­ser ni à nuan­cer. Il est grand temps de se désha­bi­tuer de ce qui n’a aucune justi­fi­ca­tion possible, sinon l’ar­bi­traire des princes de l’État poli­cier et du CAC40. Il est grand temps qu’a­vec les étudiant-e-s, les lycéen-ne-s, les travailleur-se-s qui se battent non seule­ment contre un projet de loi inique, mais de plus en plus aussi pour une vie qui ne soit pas une simple survie, nous fassions masse pour y mettre fin.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.