Aller au contenu

550 euros c’est le prix à payer pour reti­rer une carte de séjour d’un an !

Madame L., jeune femme Congo­laise de RDC, vient enfin d’ob­te­nir le titre de séjour auquel elle a droit en tant que mère d’une petite fille née de père français, pour une durée d’un an renou­ve­lable.


Depuis fin juin 2014, elle vit avec sa fille, juste née du 12 juin, dans une chambre d’un hôtel proche de la gare; chambre au confort réduit, aux murs moisis.


Elles béné­fi­cient d’ un suivi par une travailleuse sociale de la Croix-rouge, et d’un soutien de mili­tant(e)s DNSI pour les démarches.


Il fallut pas moins de 4 rassem­ble­ments à l’ap­pel de DNSI, devant la préfec­ture , à l’hô­pi­tal et à la Direc­tion dépar­te­men­tale de la Cohé­sion Sociale, pour obte­nir un autre héber­ge­ment à la sortie de la mater­nité que celui proposé au « 115 »: accueil d’ur­gence en dortoir , locaux vétustes, sans possi­bi­lité de cuisine, et obli­ga­tion de quit­ter les lieux entre 10 et 16h…


Grâce à ce titre de séjour elles vont pouvoir béné­fi­cier – délai d’at­tente 1 ou 2 mois ? – d’un héber­ge­ment plus adapté dans le cadre du « pôle famille » d’Au­da­cia (ancienne Entraide Sociale Poite­vine).

Pour repar­tir avec le précieux docu­ment madame L. devait verser 550€
(qui s’ajou­taient aux 50€ pour le timbre fiscal du précé­dent titre de séjour de 4 mois).
Madame L. étant dans l’in­ca­pa­cité de régler la somme, le mili­tant qui l’ac­com­pa­gnait a effec­tué l’avance.

La soli­da­rité est aussi finan­cière. Faire parve­nir les chèques à l’ordre de Yvon Plaçais21 rue de la Futaie Saint-benoît 86280avec une adresse pour le reçu…

N’ou­bliez pas
Rassem­ble­ment de soutien aux migrants et aux sans-papiers
Mercredi 7 janvier Devant le Palais de justice

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.