Aller au contenu

Un coup de gueule à propos d’une crème anti­nu­cléides

Voici le coup de gueule de Jacques Terra­cher, mili­­­tant anti­­­nu­­­cléaire de la Vienne et memebre du réseau Sortir du nucléaire, à propos d’une nouvelle crème qui protège d’une conta­mi­na­tion nucléaire mise au point par des cher­cheurs de du CNRS et de l’IRSN.

La radio­ac­ti­vité natu­relle nous expose à une dose de 1mSv (milli Sievert) par an, en moyenne. La régle­men­ta­tion inter­na­tio­nale limite à 1 autre mSv supplé­men­taire la radio­ac­ti­vité arti­fi­cielle que la popu­la­tion peut suppor­ter. Cette limite est portée à 20 mSv pour les travailleurs du nucléaire.

Raison pour laquelle à Fuku­shima, la limite pour la popu­la­tion a été portée aussi à 20 mSV , simple­ment pour éviter un hara-kiri collec­tif et géné­ra­lisé.

Le recy­clage des maté­riaux conta­mi­nés à usage dans le public rendrait cette limi­ta­tion à 1mSv ingé­rable, donc rela­ti­ve­ment illé­gale.

Pour ce qui est de la crème anti­nu­cléides, c’est le plus impor­tant progrès depuis la pastille d’iode. On est main­te­nant bien protégé, on tient la parade aux acci­dents. Si cette crème avait existé, à l’époque, on n’au­rait même pas parlé de Tcher­no­byl. D’au­tant que la version « chan­tilly » va bien­tôt sortir : on la mettra dans le café pour un lavage d’ esto­mac et d’in­tes­tins qui fera une vidange complète de toutes pous­sière radio­ac­tive indé­si­rable.

De source Radio France, des cher­cheurs seraient en train de mettre au point un vaccin contre la sottise, ce qui promet une réelle révo­lu­tion dans notre société et pour­rait enfin abou­tir à la sortie du nucléaire, entre autres boule­ver­se­ments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.