Aller au contenu

Un coup de gueule à propos d’une crème anti­nu­cléides

Voici le coup de gueule de Jacques Terra­cher, mili­­­tant anti­­­nu­­­cléaire de la Vienne et memebre du réseau Sortir du nucléaire, à propos d’une nouvelle crème qui protège d’une conta­mi­na­tion nucléaire mise au point par des cher­cheurs de du CNRS et de l’IRSN.

La radio­ac­ti­vité natu­relle nous expose à une dose de 1mSv (milli Sievert) par an, en moyenne. La régle­men­ta­tion inter­na­tio­nale limite à 1 autre mSv supplé­men­taire la radio­ac­ti­vité arti­fi­cielle que la popu­la­tion peut suppor­ter. Cette limite est portée à 20 mSv pour les travailleurs du nucléaire.

Raison pour laquelle à Fuku­shima, la limite pour la popu­la­tion a été portée aussi à 20 mSV , simple­ment pour éviter un hara-kiri collec­tif et géné­ra­lisé.

Le recy­clage des maté­riaux conta­mi­nés à usage dans le public rendrait cette limi­ta­tion à 1mSv ingé­rable, donc rela­ti­ve­ment illé­gale.

Pour ce qui est de la crème anti­nu­cléides, c’est le plus impor­tant progrès depuis la pastille d’iode. On est main­te­nant bien protégé, on tient la parade aux acci­dents. Si cette crème avait existé, à l’époque, on n’au­rait même pas parlé de Tcher­no­byl. D’au­tant que la version « chan­tilly » va bien­tôt sortir : on la mettra dans le café pour un lavage d’ esto­mac et d’in­tes­tins qui fera une vidange complète de toutes pous­sière radio­ac­tive indé­si­rable.

De source Radio France, des cher­cheurs seraient en train de mettre au point un vaccin contre la sottise, ce qui promet une réelle révo­lu­tion dans notre société et pour­rait enfin abou­tir à la sortie du nucléaire, entre autres boule­ver­se­ments.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.