Aller au contenu

Acadé­mie de Poitiers: Le recto­rat a t-il créé un emploi fictif pour une élue muni­ci­pale de Poitiers ?

commu­niqué de presse « SUD Educa­tion et Recherche 86 » et SNES-FSU :

Emploi fictif » au recto­rat de Poitiers ?

Comment est géré le budget et comment les ensei­gnants sont-ils nommés par le recto­rat de Poitiers ?

Bizar­re­ment, si on en croit une affaire récem­ment décou­verte au collège Ronsard de la ville.

Les ensei­gnants ont eu la surprise, début octobre, de voir arri­ver une contrac­tuelle d’his­toire-géogra­phie, alors qu’au­cune classe ne manquait de profes­seur dans la disci­pline. Une contrac­tuelle affec­tée à temps complet pour toute l’an­née scolaire, alors qu’il n’y a pas heure à faire dans l’éta­blis­se­ment : cela n’ar­rive jamais et c’est normal.

Quelle est alors la raison de ce mystère ? C’est la ques­tion qu’ont posé les élus ensei­gnants au Conseil d’Ad­mi­nis­tra­tion. La réponse a de quoi surprendre. La contrac­tuelle, par ailleurs conseillère muni­ci­pale à Poitiers dans les rangs de la majo­rité, a béné­fi­cié d’une « mesure excep­tion­nelle », prise « sur arbi­trage de l’au­to­rité acadé­mique », autre­ment dit d’un coup de pouce du recteur.

Pourquoi et comment cette affec­ta­tion a-t-elle été possible ?

Pourquoi alors  tant de contrac­tuels sont-ils au chômage ou avec des temps partiels non choi­sis qui ne leur permettent pas de vivre correc­te­ment ?

Quel établis­se­ment a été amputé de ces heures qui ont été données à la conseillère muni­ci­pale ?

****

Commu­niqué SUD Educa­tion et Recherche 86 :

« Une conseillère muni­ci­pale de la ville de Poitiers (majo­rité socia­liste) est ensei­gnante contrac­tuelle. Au mois d’oc­tobre 2015 elle est affec­tée dans un collège de Poitiers où il n’y a aucun besoin dans sa disci­pline, l’his­toire-géogra­phie (il y a même un ensei­gnant en sous-service).

Cette affec­ta­tion a lieu hors mouve­ment, sans aucune demande de l’éta­blis­se­ment en ques­tion.

Cette ensei­gnante et élue obtient un contrat à plein-temps (18h hebdo­ma­daires) et qui va jusqu’au 31 août 2016 (situa­tion plus que rare pour un contrac­tuel).

Les barèmes du mouve­ment des contrac­tuels montrent, en outre, que cette ensei­gnante n’est pas du tout prio­ri­taire pour être affec­tée sur Poitiers: de nombreux
collègues ont plus de points qu’elle.

Cette ensei­gnante ne donne aucun cours disci­pli­naire dans l’éta­blis­se­ment, seules 3h d’ac­com­pa­gne­ment sont inscrites à son emploi du temps. Elle fait néan­moins des heures de présence, à l’ex­cep­tion du vendredi, jour où elle se déclare indis­po­nible.

Bizar­re­rie supplé­men­taire: son état des services (signé le 15/10/2015) lui attri­bue 5 classes de 3e et une classe de 4e, le tout pour un total de 18h hebdo­ma­daires.

Mais toutes ces classes ont déjà un ensei­gnant depuis la rentrée de septembre.

Ques­tion­née à deux reprises par la commis­saire pari­taire du syndi­cat SUD Éduca­tion, la Divi­sion des Person­nels du recto­rat ne répond pas.

Cette situa­tion ne corres­pond en rien aux règles d’af­fec­ta­tion des person­nels, et encore moins des contrac­tuels (les contrats sont souvent de courte durée et ne sont rému­né­rées que les heures effec­tuées, ils s’ar­rêtent avec la fin de l’an­née scolaire en juillet, condam­nant les contrac­tuels au chômage pour juillet et août). Le mutisme du recto­rat laisse planer de lourdes inter­ro­ga­tions sur les raisons réelles de la créa­tion de ce poste:
– Comment le Recto­rat de Poitiers peut-il expliquer cette affec­ta­tion?
– Sur quelle enve­loppe budgé­taire sont prises les heures du poste créé?
– Y a t-il un lien entre le recto­rat et la mairie de Poitiers?
– Les contrac­tuels de l’aca­dé­mie pour­ront-ils accé­der à la même situa­tion? Contrat à l’an­née dans sa ville de rési­dence, payé 18h pour 3h effec­ti­ves…
– Les autres établis­se­ments de la Vienne peuvent-ils dès à présent envi­sa­ger de rece­voir de tels moyens supplé­men­taires, sans avoir à en faire la demande?
– Comment se fait-il qu’en connais­sance de cause, le chef d’éta­blis­se­ment ait établi un état de service mention­nant des classes déjà affec­tées?

Et la ques­tion subsi­diaire : un mandat muni­ci­pal peut-il faci­li­ter l’ac­cès à un emploi de ce type ?

Les deux ommu­niqués sont datés du 14 décembre 2015

**********************************

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Acadé­mie de Poitiers: Le recto­rat a t-il créé un emploi fictif pour une élue muni­ci­pale de Poitiers ? »

  1. Mourier dit :

    c’est henaurme cette histoire le rectorat serait il « en affaire » avec la mairie de Poitiers ?

     

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.