Aller au contenu

Après la 2ème assem­blée du Front de gauche | Ensemble (natio­nal)

Après la 2ème assem­blée du Front de gauche | Ensemble.

Le Front de gauche a tenu le dimanche 7 décembre 2014 sa deuxième « Assem­blée Géné­rale », rassem­blant des repré­sen­tants des diffé­rents espaces du Front de gauche, des assem­blées Citoyennes, des Fronts Théma­tiques, des orga­ni­sa­tions qui la consti­tuent et de person­na­li­tés qui parti­cipent à ses débats. La première du genre pour le rassem­ble­ment s’était tenu le 6 septembre après une année de forte divi­sion et d’in­cer­ti­tude sur la péren­nité du Front de Gauche (lire le compte rendu fait alors par la délé­ga­tion d’En­semble qui poin­tait les nombreuses contra­dic­tions qui exis­taient : https://www.ensemble-fdg.org/content/assemble-de-rentre-du-front-de-gauche-un-point-dappui-pour-aller-plus-loin)

Un écla­te­ment du Front de gauche aurait été un évène­ment néga­tif consi­dé­rable dont les réper­cus­sions se seraient fait sentir, bien au-delà des orga­ni­sa­tions qui le consti­tuent, sur l’en­semble du champ poli­tique à gauche et du mouve­ment social. Rien n’est jamais tota­le­ment acquis et de nombreux débats poli­tiques subsistent. Mais les échanges de l’As­sem­blée Géné­rale du 7 décembre ont permis de véri­fier qu’il exis­tait de nombreux accords sur l’ap­pré­cia­tion de la situa­tion poli­tique et les prio­ri­tés à déve­lop­per, ce qui a permis un travail dans un climat serein et apaisé. Cette cohé­rence qui commence à se déve­lop­per s’ap­puie sur trois éléments déci­sifs :

– Le constat partagé  de la néces­sité impé­rieuse de trou­ver les moyens de susci­ter des dyna­miques d’im­pli­ca­tions popu­laires qui soient capable de mettre en échec la poli­tique d’aus­té­rité de François Hollande et Manuel Valls et qui puissent ainsi ouvrir de nouvelles pers­pec­tives d’ave­nir. L’ou­til qui a été construit ces derniers mois avec le Collec­tif « Alter­na­tive à l’Aus­té­rité » auquel parti­cipent toutes les forces du Front de Gauche est un outil précieux de construc­tion du rapport de forces qui permet de rassem­bler des forces syndi­cales asso­cia­tives et poli­tiques sur ce terrain. La ques­tion de la Loi Macron fait figure de prochain rendez-vous majeur en ce sens.

– La néces­sité de travailler à l’émer­gence d’une alter­na­tive poli­tique au gouver­ne­ment de Valls et Hollande est une ques­tion centrale qui ne peut passer seule­ment par l’auto affir­ma­tion du Front de gauche, mais néces­site un proces­sus de rassem­ble­ment des forces poli­tiques, issues du mouve­ment, intel­lec­tuelles, du monde de la culture, de citoyens… La recom­po­si­tion poli­tique à grande échelle qui s’est enga­gée à gauche avec la nomi­na­tion de Manuel Valls comme Premier Ministre (départ d’EELV du gouver­ne­ment, « Fron­deurs » du PS…) pose la ques­tion de façon objec­tive. Il faut enga­ger les travaux pratiques pour concré­ti­ser cette pers­pec­tive, c’est le sens de la propo­si­tion d’« Assises contre l’aus­té­rité et la trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique » que le Front de gauche a mis en débat auprès de tous ses parte­naires poten­tiels.

– Enfin, cette recom­po­si­tion poli­tique des forces de gauche sera confron­tée aux prochaines échéances élec­to­rales, notam­ment dépar­te­men­tales qui approchent à grand pas. Mais pour être capable de rassem­bler large­ment les forces qui s’op­posent à la poli­tique du gouver­ne­ment, il est indis­pen­sable que le Front de gauche soit capable de défi­nir pour lui-même une démarche cohé­rente. Le travail sur un docu­ment d’orien­ta­tion du Front de gauche pour les élec­tions dépar­te­men­tales est en bonne voie et il contri­bue à surmon­ter la divi­sion doulou­reuse des muni­ci­pales. Mais le carac­tère tardif de cette discus­sion (alors que les discus­sions sont déjà enga­gées dans l’en­semble des dépar­te­ments) témoigne que la remise en mouve­ment du Front de gauche pour en faire une force de propo­si­tion, demande encore un travail impor­tant.

Le Front de gauche est confronté aujourd’­hui à un paysage poli­tique plus complexe, qui connait de fortes muta­tions. Il n’est plus le seul à critiquer à gauche la poli­tique du gouver­ne­ment (même si on peut toujours débattre de la cohé­rence de tel ou tel posi­tion­ne­ment). Il doit être capable de redé­fi­nir et de réaf­fir­mer sa fonc­tion­na­lité poli­tique. Un des risques dans cette situa­tion serait de penser qu’il est possible pour les compo­santes du Front de gauche de jouer avant tout leur propre parti­tion en rela­ti­vi­sant le rôle du Front de gauche comme pivot de toute recom­po­si­tion durable. Dans certains endroits, les discus­sions entre EELV et le PG semblent être prio­ri­taires sur tout échange du Front de gauche. Dans d’autres, les rela­tions entre le PCF et des courants de la gauche du PS se font au détri­ment des autres parte­naires du Front de gauche. Il ne s’agit pas de distri­buer des bons et des mauvais points, mais de mesu­rer l’enjeu qui est posé par la situa­tion. Rien ne se fera sans un Front de gauche remis en mouve­ment, capable d’ini­tia­tive et de réac­ti­vité.

Après cette assem­blée, de nombreux objec­tifs ont été fixés. Il y en a un à ne pas oublier : fixer une nouvelle assem­blée du Front de gauche pour pour­suivre ces échanges indis­pen­sables !

François Cala­ret

 

Article

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.