Aller au contenu

Assi­gnez-moi !

Monsieur le Ministre de l’In­té­rieur, Je demande mon assi­gna­tion à rési­dence, dans les meilleurs délais.

Alain Bros­sat (profes­seur de philo­so­phie émérite, univer­sité Paris 8 Saint-Denis) et Olivier Le Cour Grand­mai­son (univer­si­taire, maître de confé­rences en science poli­tique à l’uni­ver­sité d’Evry- Val d’Es­sonne) ont mis en circu­la­tion pendant le week-end des 12 et 13 décembre une lettre ouverte déjà signée par plus de 60 personnes qui brocarde l’état d’ur­gence :

Monsieur le Ministre de l’In­té­rieur,

Je demande mon assi­gna­tion à rési­dence, dans les meilleurs délais.

Il se trouve en effet que je partage l’es­sen­tiel des convic­tions de nombre de mili­tants écolo­gistes, alter­mon­dia­listes et autres squat­teurs qui ont fait tout récem­ment, par dizaines, l’objet de cette mesure admi­nis­tra­tive, dans le cadre de l’état d’ur­gence mis en place à l’is­sue des atten­tats du 13 novembre 2015 :

– Je suis l’ad­ver­saire déclaré des aven­tures mili­taires néo-colo­niales actuel­le­ment conduites au nom de la France et d’un « droit de légi­time défense » parfai­te­ment nébu­leux.

– Je trouve abject votre projet d’ins­crire dans la Cons­ti­tu­tion de notre pays la possi­bi­lité de déchoir de leur natio­na­lité des bina­tio­naux présu­més coupables, mesure distinc­te­ment inspi­rée par le Front natio­nal auquel, au demeu­rant, vous préten­dez « faire barrage ».

– Je trouve odieux que des musul­mans fassent l’objet d’une assi­gna­tion à rési­dence du simple fait qu’ils tiennent une sand­wi­che­rie halal ou fréquentent une mosquée estam­pillée comme suspecte – ou du simple fait qu’ils sont musul­mans ou étique­tés comme tels.

– Je me refuse à me déso­li­da­ri­ser des réfu­giés (aujourd’­hui par vous assi­mi­lés à des terro­ristes) avec lesquels je me bats pour qu’ils-elles puissent vivre là où bon leur semble. Je ne renon­ce­rai pas à mani­fes­ter auprès des collec­tifs des quar­tiers popu­laires qui, de Saint-Denis à Moel­len­beek, n’ont pas attendu le 13 novembre pour vivre en état d’ur­gence (et, depuis des décen­nies, pour pleu­rer leurs morts des suites de « bavures poli­cières »).

– Je m’op­pose formel­le­ment au projet de construc­tion d’un nouvel aéro­port dans la région de Nantes et, pour cette raison, me déclare soli­daire des Zadistes qui occupent la zone contes­tée.

– Je suis scan­da­lisé-e par le fait que l’enquête concer­nant la mort de Rémi Fraisse, tué par un gendarme, ait été confiée à la gendar­me­rie.

– Je me suis déli­bé­ré­ment abstenu-e de pavoi­ser au jour dit, ceci au mépris des consignes expres­sé­ment dispen­sées aux citoyens par les services de l’Etat.

– Je consi­dère que l’état d’ur­gence rendant possible, dans les condi­tions expé­di­tives que vous savez, ma propre assi­gna­tion à rési­dence (comme celle de tant d’autres) consti­tue une atteinte carac­té­ri­sée aux droits des citoyens et aux liber­tés publiques – à commen­cer par l’in­ter­dic­tion de mani­fes­ter. J’y vois l’ébauche d’un régime poli­cier du plus mauvais aloi. Ce simple fait devrait suffire ample­ment à justi­fier l’exé­cu­tion de la mesure susmen­tion­née.

Je ne doute pas un instant que vos services sauront utile­ment complé­ter ce tableau attes­tant ma dange­ro­sité et rendant néces­saire mon assi­gna­tion à rési­dence – ceci que mon nom figure ou non parmi ceux des suspects enre­gis­trés sous la lettre « S ».

Si ces messieurs-dames de la police pouvaient, simple­ment, lorsqu’ils vien­dront me noti­fier cette mesure de salu­brité publique, se dispen­ser de faire voler en éclats ma porte (que je suis tout-e disposé-e à leur ouvrir dès le premier coup de sonnette, à toute heure du jour ou de la nuit) et de dévas­ter mon loge­ment dans lequel les livres, les usten­siles de cuisine et les kits de jardi­nage comptent en plus grand nombre que les armes de guerre, je leur (et vous) en voue­rais une recon­nais­sance durable.

Dans l’es­poir que ma démarche saura rete­nir votre atten­tion, je vous prie, Monsieur le Ministre, etc., etc.

https://www.change.org/p/monsieur-le-ministre-de-l-int%C3%A9rieur-assi­gnez-moi

Les premiers signa­taires
Gilbert Achcar (ensei­gnant univer­sité Paris 8 Saint-Denis); Norman Ajari (mili­tant déco­lo­nial et ensei­gnant); Gérard Alle (écri­vain et réali­sa­teur); Jean-Claude Amara (porte-parole de Droits Devant!); Sandrine Amy (archi­tecte); Abdel Aoua­che­ria (biolo­giste); Orgest Azizaj (traduc­teur, philo­sophe, bina­tio­nal); Anne Baillard Gwer­nig (auteure); Sidi Moham­med Barkat (philo­sophe);  Philippe Bazin (photo­graphe); Farid Bennaï (membre du Front uni des immi­gra­tions et des quar­tiers popu­laires); Claude Bernard (ingé­nieur réseau); Isabelle Bettin­ger-Théaud (mili­tante anti­co­lo­nia­liste); David Biet (inter­mit­tent du spec­tacle, tech­ni­cien audio­vi­suel); Alain Bihr (univer­si­taire retraité, mili­tant liber­taire); Stéphane Blon­deau (graphiste); Philippe Bonnet (paysan); Said Boua­mama (socio­logue et mili­tant du Front uni des immi­gra­tions et des quar­tiers popu­laires – FUIQP); Henri Braun (avocat); Olivier Bris­son (avocat); Jean-Chris­tophe Brochier (éditeur); Alain Bros­sat (univer­si­taire); Cédric Cagnat (philo­sophe); Cyril Cagnat (arti­sans audio­vi­suel); Laurent Cauwet (éditeur); Michèle Chadeis­son (libraire); Estelle Chau­vey (infir­mière); Jean-Pierre Dacheux (président de l’as­so­cia­tion Ici et Ailleurs pour une philo­so­phie nomade); Jean-Louis Danflous (mili­tant SUD à la retraite); Chris­tine Delphy (socio­logue, direc­trice de recherche émérite); Joachim Dupuis (profes­seur de philo­so­phie); Jérôme Ferrand (citoyen); Tony Ferri (philo­sophe, auteur de La compul­sion de punir);  Jean-Pierre Garnier (socio­logue); Albane Geslin (citoyenne); François Gèze (éditeur); Serge Gross­vak (direc­teur du Centre Social, juif paci­fiste); Nacira Guénif (Profes­seure Univer­sité Paris 8 Saint-Denis); Marjo­laine Guille­min (copré­si­dente de la FASTI, copré­si­dente de l’ASTI d’An­no­nay); M’ha­med Kaki (président de l’as­so­cia­tion Les Oranges); Ali Kebir (profes­seur de philo­so­phie); Olivier Le Cour Grand­mai­son (univer­si­taire); Noël Mamère (député écolo­giste de la Gironde); Cyrille Marconi (ensei­gnant-cher­cheur);  Alain Naze (ensei­gnant à Mayotte); Luca Paltri­nieri (commerçant méta­phy­sique); Chris­tiane Passe­vant (Radio liber­taire); Jean-Cyril Vadi (drama­turge et metteur en scène); Chris­tiane Vollaire (philo­sophe); Olivier Razac (ensei­gnant en philo­so­phie); Mathilde Regad (citoyenne docto­rante); Matthieu Renault (Maître de confé­rences en philo­so­phie, Univer­sité Paris 8-Saint Denis); André Rose­vègue (écoso­cia­liste anti­sio­niste); Philippe Roy (profes­seur de philo­so­phie); Louis Sala-Molins (philo­sophe); Julien Salingue (Docteur en science poli­tique); Jacques et Françoise Salles (mili­tants de la cause pales­ti­nienne); Cathe­rine Samary (écono­miste, alter­mon­dia­liste); Valen­tin Schae­pe­lynck (ensei­gnant-cher­cheur Paris 8); Michèle Sibony (UJFP); Pierre Stam­bul (copré­sident de l’UJFP); Louis-Georges Tin (maître de confé­rences univer­sité d’Or­léans) ; Sylvie Tissot (socio­logue); Richard Wagman (Union Juive Française pour la Paix)…

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.