Aller au contenu

Caro­line Fiat, aide-soignante et dépu­tée La France insou­mise de Meurthe-et-Moselle, était l’in­vi­tée de la Midi­nale de Regards

Caro­line Fiat,

Aide-soignante et dépu­tée La France insou­mise de Meurthe-et-Moselle,

« Main­te­nant, ils ont inté­rêt à me prendre au sérieux parce que sinon, ils vont manger »

Sur la prise de poste à l’hô­pi­tal
« J’au­rais préféré que ça ne sache pas [la prise de poste à l’hô­pi­tal]. »
« Quand j’ai signé mon contrat, on m’a rappelé que j’étais tenue à un droit de réserve et de confi­den­tia­lité – ce qu’on ne m’au­rait pas rappelé si j’avais été méde­cin. On m’a bien rappelé que j’étais aide-soignante. »
« Aujourd’­hui, le direc­teur de l’hô­pi­tal m’a confirmé que je pouvais témoi­gner. »
« Ce soir, je fais ma dernière nuit et c’est la raison pour laquelle je veux témoi­gner. »
« Je suis dans un service de réani­ma­tion et il faut être très concen­tré. Je ne suis pas pour les camé­ras de télé­vi­sion dans nos services. »

Sur la pénu­rie dans l’hô­pi­tal
« Le direc­teur du CHRU de Nancy avait tiré la sonnette d’alarme à temps donc on n’a pas eu de problème parti­cu­lier. »
« J’ai un problème avec la prime promise pour les person­nels soignants par le gouver­ne­ment : c’est bien mais je préfé­re­rais qu’on valo­rise les salaires tout de suite. »
« On arri­vait à l’hô­pi­tal la boule au ventre et la première chose que l’on faisait, c’était d’al­ler voir le stock de sur-blouses. »
« Une nuit, on a vu le stock de FFP2 dimi­nuer donc on a fait gaffe à ne pas trop en dépen­ser. On a main­tenu le masque pendant 24 heures. »
« Quand on l’ouvre, c’est plus pour nos patients que pour nous-mêmes. »

Sur les applau­dis­se­ments à 20h
« On reste persuadé que, d’ici quelques semaines, on rede­vien­dra les feignantes qui ne répondent pas assez rapi­de­ment aux sonnettes. »
« Je n’ar­rive pas à me persua­der que tous les gens qui applau­dissent à 20h seront demain dans la rue si besoin est. »

Sur le mépris social et le métier d’aide-soignante
« On m’a repro­ché de ne pas sauver des vies mais de torcher le cul des mémés. »
« Une aide-soignante en service de réani­ma­tion, elle aide l’in­fir­mière, elle fait des gestes tech­niques et masse les personnes. »
« Ce mépris par rapport à ma profes­sion est dégueu­lasse. »
« À l’As­sem­blée natio­nale, on s’est beau­coup moqué de moi quand, très tôt, j’en­gueu­lais mes collègues qui ne respec­taient pas les gestes barrières. »
« Quand l’As­sem­blée est deve­nue l’un des premiers clus­ters, j’ai reçu des messages de quelques personnes pour me dire qu’ils regret­taient de s’être moqués de moi. »
« On m’écoute quand j’ai quelque chose à dire. »
« On préfé­rera toujours appe­ler un député méde­cin ou un sachant plutôt que moi, aide-soignante. Les habi­tudes restent. »

Sur les moque­ries de la macro­nie
« Je n’ai rien à faire de leurs excuses. Ça serait très malvenu d’ailleurs. J’at­tends des actes. »
« Emma­nuel Macron a dit qu’il y aurait un avant et un après Covid. Il y aura aussi une Caro­line Fiat avant et après Covid. »

Sur la fin de vie en période de Covid-19
« Il y a un proto­cole qui fait que personne ne peut voir le défunt donc c’est nous qui mettons la personne dans la housse, qui la fermons et la scel­lons. C’est une horreur. »
« J’ai du fermer la housse d’un monsieur en me disant que je serais la dernière à le voir. Je ne suis pas de sa famille et je ne le connais pas. Il y a sans doute des gens qui auraient aimer lui dire au revoir une dernière fois. Il n’avait pas de bijou. Rien. J’étais trau­ma­ti­sée en me disant qu’il faudrait peut-être lui mettre son alliance. Je l’ai très mal vécu. Je me suis sentie obli­gée de parler à ce monsieur en lui expliquant que sa famille l’ai­mait très fort mais qu’à cause du Covid, sa famille ne pouvait pas être là. »
« Je ne veux plus jamais revivre ce que j’ai vécu en ayant remis ma blouse. »

Sur le retour à l’As­sem­blée 
« Main­te­nant, ils ont inté­rêt à me prendre au sérieux parce que sinon, ils vont manger. »
« Il y a des respon­sables à ce que l’on vit aujourd’­hui. »
« J’ai rendu un rapport acca­blant en mars 2018 sur les Ehpad et rien n’a été fait depuis en deux ans à part comman­der deux autres rapports pour faire oublier le mien. »
« Il y a eu du retard au sommet de l’Etat et ça se réglera quand je revien­drai à l’As­sem­blée natio­nale. »

Sur la gestion de la crise par Emma­nuel Macron
« Je suis en colère parce qu’ils n’ac­ceptent pas mon aide. »
« J’ai toujours cette impres­sion de mépris. »
« Ils ont choisi Jérôme Guedj pour faire une mission sur les personnes âgées. Je remarque que c’est encore un énarque et sans doute n’a-t-il jamais mis un pied dans les Ehpad. »
« Je ne crois pas à leur unité natio­nale. »
« Emma­nuel Macron a mis telle­ment de garde-fous sur le décon­fi­ne­ment du 11 mai que je n’ar­rive pas à y croire. »

Sur le danger de l’ex­trême droite
« Il y a un grand risque avec l’ex­trême droite, notam­ment dans le Grand-Est. »
« Les gens ont peur et l’ex­trême droite flirte avec le discours sur la ferme­ture des fron­tières. »
« Il y a un discours péda­go­gique à avoir notam­ment pour les personnes les plus dépo­li­ti­sées. »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.