Aller au contenu

C’était la Ligue

C’est dans quelques jours qu’ à l’in­­vi­­ta­­tion d’En­­semble!86 et du NPA86, le jeudi 26 septembre, à l’En­­vers du bocal, à 19h30, nous rece­vrons les auteurs du livre C’était la ligue.

Alors que la gauche poli­tique et sociale est si mal en point, alors qu’au­cune force n’émerge forte­ment pour dire ce que pour­rait être la révo­lu­tion de demain, alors que de plus en plus de mili­tant.e.s se disent pour­tant anti­ca­pi­ta­listes, un retour sur cette période post68 où il exis­tait une gauche révo­lu­tion­naire qui se défi­nis­sait ainsi nous parait inté­res­sant. Dans cette gauche révo­lu­tion­naire en France la Ligue commu­niste révo­lu­tion­naire a eu une place souvent centrale. C’est de cette histoire et de cette période poli­tique dont nous vous propo­sons de parler avec Hélène Adam et François Cous­tal.

PB, 22–9–2019

Je vous propose cette présen­­ta­­tion de leur livre:

C’était la ligue, le livre d’Hé­­lène Adam et François Cous­­tal, est un pavé : 766 pages. Mais cette somme est néces­­saire pour dire 40 ans d’une histoire, celle de la Ligue et de la Quatrième inter­­­na­­tio­­nale, pour dire 40 ans de l’his­­toire poli­­tique et sociale de la France et au-delà (1969–2009). C’est toute la la gauche et l’ex­­trême-gauche et leurs adver­­saires que l’on rencontre dans ces pages, ainsi que leurs évolu­­tions. Ce livre est aussi un retour critique sur cette longue durée.

On pour­­rait croire que ce livre est destiné aux anciens qui ont eu partie liée à cette histoire ; mais ce sont les jeunes et les moins jeunes qui jugent qu’une révo­­lu­­tion sociale et démo­­cra­­tique, écoso­­cia­­liste, est plus que jamais néces­­saire qui sont concerné.e.s.

L’his­­toire commence par la soli­­da­­rité en actes avec les insur­­gés algé­­riens dans leur lutte de libé­­ra­­tion natio­­nale, avec la poli­­tique inter­­­na­­tio­­nale qui fut incar­­née par Ernesto Guevara , avec la révo­­lu­­tion viet­­na­­mienne qui réus­­sit à vaincre les USA et ses proté­­gés locaux. De jeunes inter­­­na­­tio­­na­­listes déter­­mi­­nés créèrent une orga­­ni­­sa­­tion poli­­tique, la Jeunesse commu­­niste révo­­lu­­tion­­naire (JCR) en 1965. Ensuite, en Mai 68, et ce groupe fut au cœur du brasier avec tant d’autres (mais pas avec toute l’ex­­trême-gauche d’alors). Pendant les années suivantes l’hy­­po­­thèse d’une révo­­lu­­tion en France et dans d’autres pays capi­­ta­­listes ainsi que de révo­­lu­­tions dans ce qui était nommé le Tiers monde et aussi dans les pays de ce qui fut appelé les pays du « socia­­lisme réel » était vécue comme possi­­ble­­ment immi­­nente dans des couches impor­­tantes de la jeunesse. La ligue était dans l’op­­po­­si­­tion au capi­­ta­­lisme bien sûr, mais aussi aux bureau­­cra­­ties stali­­niennes de la Russie sovié­­tique et des pays qu’elle contrô­­lait, et ne fit pas partie des admi­­ra­­teurs de la Chine de Mao. Pour un commu­­nisme non étatique.

Ce livre retrace les débats et prises posi­­tion de cette orga­­ni­­sa­­tion poli­­tique pendant ces 40 ans. Les auteurs ayant été longue­­ment diri­­geants de la Ligue, ils savent de quoi ils parlent. L’exer­­cice montre la néces­­sité d’un intel­­lec­­tuel collec­­tif, en faisant revivre ce passé conflic­­tuel. La ques­­tion de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion se pose toujours aujourd’­­hui, dans le camp de l’éman­­ci­­pa­­tion sociale au moment où les replis indi­­vi­­dua­­listes se multi­­plient, et alors que dans la période de repli que nous vivons, les postures sectaires se multi­­plient. Au moment où, aussi, on parle ici et là de « mouve­­ment et non de parti » sans inven­­ter aucune formule démo­­cra­­tique.

La place du plura­­lisme poli­­tique dans le programme de la Ligue évolua jusqu’à consi­­dé­­rer que la consti­­tu­­tion d’un bloc majo­­ri­­taire passait néces­­sai­­re­­ment par les élec­­tions, sans mini­­mi­­ser pour autant le carac­­tère stra­­té­­gique irrem­­plaçable des auto-orga­­ni­­sa­­tions ouvrières et popu­­laires.

Ce livre nous parle aussi du MLF et des fémi­­nismes qui se sont déve­­lop­­pés dans les années 1970, des premiers mouve­­ments homo­­sexuels, de la lutte du Larzac, etc. Ces années-là, les dicta­­tures étaient au pouvoir en Espagne au Portu­­gal et en Grèce avec le soutien des bour­­geoi­­sies état­­su­­nienne et autres ; la chute de ces dicta­­tures fut accom­­pa­­gnée de moments révo­­lu­­tion­­naires, surtout au Portu­­gal. La révo­­lu­­tion était bien à l’ordre du jour.

La gauche radi­­cale fut domi­­née au début des années 70 par la Cause du peuple et le PSU (Parti socia­­liste unifié). Ces deux deux orga­­ni­­sa­­tions ont disparu dans des circons­­tances très diffé­­rentes. La Ligue conti­­nua, déve­­loppa une presse de qualité.

Ensuite, le chan­­ge­­ment de période poli­­tique à l’échelle inter­­­na­­tio­­nale avec le triomphe progres­­sif du néoli­­bé­­ra­­lisme dès la fin des années 70. Ainsi que la non percep­­tion de ce chan­­ge­­ment de période par ce courant poli­­tique, comme par d’autres.

Ce fut aussi à cette époque que la a LCR soutint la révo­­lu­­tion nica­­ra­­guayenne (1979) : plusieurs centaines des mili­­tant.e.s y partirent plusieurs mois ou années y travailler !

La Ligue parti­­cipa tôt à des combats élec­­to­­raux, avec des résul­­tats long­­temps très modestes, avec Krivine comme porte-parole. La victoire élec­­to­­rale de Mitter­­rand en mai 1981 fut saluée par la Ligue comme une victoire de la gauche poli­­tique et sociale, et elle fut vécu comme telle par le peuple de gauche. Mais nous pensions qu’une période révo­­lu­­tion­­naire allait s’ ouvrir et vite et ce pari fut infirmé par les faits. Ni auto­­ges­­tion partout ni remises en cause de la propriété privée des moyens de produc­­tion ne furent portées par un mouve­­ment social que nous avions cru pouvoir annon­­cer . Et dès 1983 ce furent même le début des succès élec­­to­­raux de JM Le Pen et de son Front natio­­nal, avec la bien­­veillance sour­­noise du président Mitter­­rand (PS).

Les mouve­­ments anti­­ra­­cistes (dont SOS Racisme) et anti­­fas­­cistes (Ras l’Front) se déve­­lop­­pèrent ; la Ligue eut un rôle déter­­mi­­nant dans la créa­­tion de ces mouve­­ments défen­­sifs.

Les années 80 et 90 furent pour le PCF celles d’un déclin qui s’avéra inéluc­­table, ce PCF qui avait été hégé­­mo­­nique à gauche depuis l’après guerre jusqu’à la fin des années 70 . La chute du Mur de Berlin, la conver­­sion des élites bureau­­cra­­tiques « sovié­­tiques » au capi­­ta­­lisme accé­­lé­­rèrent ce déclin.

Mais la Ligue fut mise à mal, elle aussi . La Quatrième inter­­­na­­tio­­nale prévoyait que lorsque la chape de plomb des bureau­­crates serait brisée, un mouve­­ment popu­­laire révo­­lu­­tion­­naire et auto­­ges­­tion­­naire jailli­­rait néces­­sai­­re­­ment. Ce qui avait semblé avoir été véri­­fié en Pologne en parti­­cu­­lier, avec Soli­­dar­­nosc en 1980 -avant la répres­­sion de masse des syndi­­ca­­listes. Mais l’ef­­fon­­dre­­ment du système « socia­­liste » montra qu’il avait pourri par la tête au-delà de l’ima­­gi­­nable ; et alors jusqu’au commu­­nisme et à la révo­­lu­­tion semblèrent alors détruits par le rouleau compres­­seur capi­­ta­­liste. Et nous étions asso­­ciés à ce monde « socia­­liste » qui dispa­­rais­­sait, ce qui était injuste et menson­­ger .

Cepen­­dant les mouve­­ments sociaux conti­­nuaient en France, avec la créa­­tion de Soli­­daires (fin des années 80), lorsque la CFDT (dont même la direc­­tion fut de gauche) accen­­tua son tour­­nant bureau­­cra­­tique en excluant ses oppo­­si­­tions. Puis la fonda­­tion de la FSU (Fédé­­ra­­tion syndi­­cale unifiée) en 1993. Les mili­­tants de la Ligue y furent très impliqués.

Les luttes ne manquaient pas : le soutien à la Kanaky, les grèves des infir­­mières, le mouve­­ment anti-guerre contre la Guerre du Golfe. Et puis la grande grève de l’hi­­ver 1995 fut le signal de la fin d’une hiber­­na­­tion sociale et poli­­tique. Au niveau inter­­­na­­tio­­nal ce fut l’al­­ter­­mon­­dia­­lisme avec Attac et les Forums sociaux mondiaux qui redon­­nèrent des couleurs au présent.

En 2002 la Ligue présenta Olivier Besan­­ce­­not, « le » facteur , aux élec­­tions prési­­den­­tielles. Il creva l’écran (et cela conti­­nue).

Mais le soir du premier tour, la foudre nous frappa :Le Pen était quali­­fié pour le second tour de l’élec­­tion. Dès cette annonce la Ligue était dans la rue ; des millions de personnes eurent le même réflexe le Premier mai qui suivit.

Le rejet du Traité consti­­tu­­tion­­nel euro­­péen en 2005 à la suite d’une campagne très riche où le « non » de gauche avait gagné l’as­­cen­­dant poli­­tique sembla créer les condi­­tions d’un renou­­veau d’une gauche radi­­cale. Le chemin s’avéra fina­­le­­ment bien compliqué.

La fin du livre insiste sur le proces­­sus de dépas­­se­­ment de la LCR en NPA, sans nier que ce proces­­sus fut marqué par un manque d’ou­­ver­­ture aux cama­­rades issues d’autres tradi­­tions que cette de la Ligue (ou d’une réfé­­rence au « trots­­kisme ». Depuis 2008, c »est une autre histoire que nous vivons.

Les auteurs du livre ne sont plus au NPA, ils sont à Ensemble !, à Ensemble ! insou­­mis.

Aujourd’­­hui, ni Ensemble ! ni le NPA ne peut se préva­­loir d’avoir trouvé la formule d’une orga­­ni­­sa­­tion de masse et démo­­cra­­tique, révo­­lu­­tion­­naire et plura­­liste.

Pour conti­­nuer cette recherche mili­­tante qui est commune à la plupart des mili­­tant.e.s du NPA et d’En­­semble ! et à bien d’autres, il est utile de bien connaître son passé et de médi­­ter sur les occa­­sions manquées et les chemins de traverse croi­­sés et restés inex­­plo­­rés ainsi que ce livre nous y invite. Ses auteurs que nous invi­­tons nous en parle­­rons de vive voix.

Ce bref parcours de ce livre passion­­nant a pour seul objec­­tif de susci­­ter le désir de débattre avec ces deux cama­­rades.

En conclu­­sion, voici un extrait d’un texte du sous comman­­dant Marcos (Chia­­pas-Mexique) paru en 1997, inti­­tulé « la quatrième guerre mondiale a commencé » cité par nos amis :

« Dans le caba­­ret de la globa­­li­­sa­­tion, l’Etat se livre à un streap-tease au terme duquel il ne conserve que le mini­­mum indis­­pen­­sable : sa force de répres­­sion. » Bien vu, non ?

PB, 29–8–2019

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.