Aller au contenu

Clémen­tine Autain : « LFI, fran­chir un cap pour gagner »

AutainFrance insou­mise

27 août 2022

Le débat sur la trans­for­ma­tion du mouve­ment qui a propulsé notre candi­dat à la prési­den­tielle à près de 22% est lancé. Dans un entre­tien à Regards (1), Manuel Bompard en évoque le sens, que je partage tota­le­ment : la France Insou­mise, « fer de lance de la Nupes », doit consti­tuer « une force poli­tique orga­ni­sée capable de mener la bataille idéo­lo­gique, de soute­nir les mobi­li­sa­tions de la société, de favo­ri­ser les dyna­miques d’auto-orga­ni­sa­tion popu­laire et de former les géné­ra­tions mili­tantes de demain ».

Au vu de ses scores élec­to­raux en 2022, la FI a une respon­sa­bi­lité parti­cu­lière dans l’ani­ma­tion de la Nupes pour qu’elle se péren­nise et se renforce. Elle doit déve­lop­per sa stature en vue de gouver­ner, sur la base des 650 propo­si­tions sur lesquelles tout l’arc des forces s’est accordé. Je veux ici contri­buer à la réflexion sur une réor­ga­ni­sa­tion du mouve­ment, en parta­geant quelques convic­tions sur l’ou­til poli­tique dont nous avons besoin pour gran­dir et gagner.

L’enjeu : un nouvel écosys­tème poli­tique

Depuis plusieurs années, ce que nous cher­chons et expé­ri­men­tons, c’est un modèle d’or­ga­ni­sa­tion qui nous sorte des anciennes formes parti­daires, trop pyra­mi­dales et tour­nées vers elles-mêmes. Les luttes oppo­sant des tendances internes, autour d’élus et d’hommes d’ap­pa­reil – et bien moins souvent de femmes… -, davan­tage centrés sur leurs propres inté­rêts que sur le rayon­ne­ment dans la société française, ont essoré bien des partis. Les formes clas­siques de mili­tan­tisme ont elles aussi trouvé leurs limites. Pour sché­ma­ti­ser, les déci­sions du bureau poli­tique redes­cen­dant en tracts à distri­buer sur les marchés ne peut plus être l’al­pha et l’oméga d’un mouve­ment de masse du XXIe siècle. Le désa­mour des Français à l’égard des partis, l’es­sor des réseaux sociaux, la volonté gran­dis­sante de chaque indi­vidu de pouvoir comp­ter ou encore l’ato­mi­sa­tion des lieux de socia­bi­lité comme les grandes usines ou les centres de tri postal d’au­tre­fois sont autant de réali­tés contem­po­raines qui imposent de nouvelles pratiques pour mili­ter, convaincre, agré­ger.

La forme gazeuse de la LFI fut sans doute une tenta­tive de répondre à cette néces­sité de faire du neuf. La LFI a eu le mérite de tester des pratiques en rupture avec le fonc­tion­ne­ment des partis tradi­tion­nels. Plus souple, tourné vers l’ac­tion, très offen­sif sur les réseaux sociaux, débar­rassé des batailles internes de Congrès, notre mouve­ment a su épou­ser une part des exigences de notre temps. La centra­lité accor­dée à l’élec­tion prési­den­tielle a permis de fran­chir des caps impor­tants. En effet, si l’on regarde le bilan, force est de consta­ter que la LFI a conquis un leader­ship à gauche et su passer de 17 à 75 dépu­tés.
Le fonc­tion­ne­ment adopté s’est surtout révélé perfor­mant en période de campagne prési­den­tielle, avec son impact sur les légis­la­tives. Le bilan est moins posi­tif aux élec­tions inter­mé­diaires et dans les périodes hors élec­tion. Les scores aux muni­ci­pales et régio­nales sont notam­ment très en-deçà de la prési­den­tielle. Et la vie du mouve­ment n’a pas trouvé son rythme de croi­sière pour stabi­li­ser les équipes mili­tantes et faire vivre, à chaque éche­lon, l’éla­bo­ra­tion collec­tive. Les lieux de la prise de déci­sion restent flous, l’es­pace du débat stra­té­gique n’est pas iden­ti­fié, la parti­tion entre le local et le natio­nal méri­te­rait d’être redé­fi­nie.

Le gazeux a l’avan­tage de permettre d’agir vite, d’opé­rer faci­le­ment des tour­nants. Un atout dans une situa­tion aussi instable et mouvante que la nôtre, avec un paysage poli­tique en recom­po­si­tion. Mais les formes lâches possèdent aussi de sérieux défauts. Repo­sant de fait sur un petit noyau de diri­geants, elles permettent diffi­ci­le­ment d’agré­ger des cadres, d’en former de nouveaux pour animer un mouve­ment véri­ta­ble­ment implanté sur tout le terri­toire et de profi­ter de la diver­sité des regards conte­nus dans le mouve­ment, celle qui permet d’af­fi­ner une orien­ta­tion et de fidé­li­ser des cadres mili­tants ailleurs qu’au siège. Sans iden­ti­fi­ca­tion claire des proces­sus de déci­sion, le gazeux déso­riente et rend plus facile les procès en légi­ti­mité des déci­sions prises – même si la person­na­lité de Jean-Luc Mélen­chon, « clé de voûte » de la FI, a jusqu’ici joué en grande partie un rôle de légi­ti­ma­tion. En outre, permettre la maîtrise et la compré­hen­sion des choix opérés, c’est aussi mieux résis­ter à la décrue de l’en­ga­ge­ment mili­tant lorsque la situa­tion nous est moins favo­rable. C’est pourquoi je suis convain­cue que nous devons fran­chir une nouvelle étape orga­ni­sa­tion­nelle.

Il nous faut déga­ger l’équi­libre qui permet de garder de la réac­ti­vité, une capa­cité à prendre des initia­tives rapi­de­ment, tout en assu­rant une meilleure collé­gia­lité aux déci­sions et une place plus grande à l’éche­lon local. Le temps de co-élabo­ra­tion permet d’em­barquer plus large­ment, d’évi­ter certains départs et d’être plus fort, plus éclairé dans les options choi­sies. En un mot : plus effi­cace dans la durée. Dans cette pers­pec­tive, un petit groupe unifié et déter­miné au sommet de la FI ne suffira pas. Il nous faut dispo­ser de centaines de cadres sur tout le terri­toire. Voir plus grand, plus large, suppose de faire vivre le plura­lisme.

Notre richesse réside à la fois dans notre capa­cité à faire bloc face aux adver­saires ET dans notre diver­sité. Tenir la tension entre les deux est indis­pen­sable. Restés unis et grou­pés contre les droites et les attaques, affi­cher notre cohé­rence, il me semble que nous sommes sur ce point assez perfor­mants. S’il faut conti­nuer à préser­ver et à affir­mer notre socle commun, ayons conscience que notre vita­lité réside aussi dans notre diver­sité. Ne pas être d’ac­cord sur tout, à tout instant, n’est pas forcé­ment un drame, ni même un signe de faiblesse. Plus nous serons une grande force, plus des nuances voire quelques diver­gences appa­raî­tront. Il en va d’ailleurs de notre capa­cité à inté­grer toujours plus de profils diffé­rents, de cultures poli­tiques diverses. L’am­pleur prise par notre mouve­ment et les attentes à notre égard nous obligent à accroître notre ancrage terri­to­rial et à faire vivre le plura­lisme, qui repré­sentent à mon sens deux marges de progres­sion essen­tielles.

La méthode : consen­sus et plura­lisme

L’une des ques­tions majeures de tout mouve­ment poli­tique, c’est : où sont prises les déci­sions ? Celles-ci concernent aussi bien des enjeux d’orien­ta­tion que des ques­tions finan­cières. Ce qui est recher­ché, c’est la légi­ti­mité des déci­sions et la possi­bi­lité de peser sur elles. En la matière, nous avons souvent tendance à vouloir repro­duire les sché­mas que l’on connait. Inven­ter de nouvelles moda­li­tés de légi­ti­ma­tion des déci­sions et d’in­ter­ven­tion sur les choix n’est pas simple. Il faut cher­cher d’autres façons de faire, assu­mer d’ex­pé­ri­men­ter.

À mon sens, l’al­liage du consen­sus et du plura­lisme doit nous guider. Toutes les déci­sions n’ont pas besoin d’être l’objet d’un vote pour être légi­times. Non, il n’est pas néces­saire de cher­cher systé­ma­tique­ment à déga­ger une majo­rité, il est possible d’avan­cer par la recherche de consen­sus. C’est l’un des acquis du mouve­ment alter­mon­dia­liste de nous avoir appris à ne pas toujours vouloir « figer » des majo­ri­tés et des mino­ri­tés, qui risquent de s’an­crer dans la durée sans que cela soit construc­tif poli­tique­ment.

Souvent le consen­sus est asso­cié à quelque chose de mou, de mesuré, de falot. C’est une erreur, il peut être porteur de déci­sions tran­chées et de dyna­miques collec­tives. Nous l’avons d’ailleurs vécu dans le groupe parle­men­taire des 17 pendant cinq ans, et je ne crois pas que nous ayons produit de l’eau tiède… ! Je ne dis pas qu’à tout moment le consen­sus fonc­tionne ou qu’il n’ait pas ses travers – il peut favo­ri­ser ceux qui parlent le plus fort, qui ont le plus de temps et d’ex­pé­rience. En cas de francs désac­cords et/ou si un nombre suffi­sam­ment impor­tant de personnes le demandent, le vote m’ap­pa­rait comme un recours, à l’ins­tar du tirage au sort sur certaines déci­sions impliquant des choix de personnes. Mais commen­cer par recher­cher le consen­sus, c’est construire une culture poli­tique qui unifie.

Le corol­laire du consen­sus, c’est d’as­su­rer le plura­lisme. Car si le consen­sus fonc­tionne sur la base de l’écra­se­ment des diffé­rences, le mouve­ment ne peut que se rabou­grir intel­lec­tuel­le­ment et humai­ne­ment. La diver­sité des points de vue doit pouvoir s’ex­pri­mer, les capa­ci­tés d’ar­gu­men­ta­tion et la maîtrise de la dialec­tique doivent être encou­ra­gées. Il faut donc des espaces qui le permettent et une culture poli­tique qui favo­rise l’écoute des autres, de ceux qui n’ont pas la même sensi­bi­lité, le même avis, la même idée sur tel ou tel sujet. Sinon, les expres­sions critiques n’ont pas d’autres solu­tions que d’être tues – mais à quel prix dans la durée ? – ou de passer par des prises de posi­tion à l’ex­té­rieur. L’or­ga­ni­sa­tion a besoin d’une pensée en mouve­ment, d’af­fi­ner sans cesse les objec­tifs de son action, dont font partie le discours et les prises de posi­tion à la dimen­sion perfor­ma­tive. À tous les étages la FI doit être un lieu de réflexion program­ma­tique et stra­té­gique.

En période élec­to­rale, l’ef­fi­ca­cité suppose de rester soudés. Ce n’est pas le temps du débat interne, de la nuance, de l’échange contra­dic­toire : c’est celui où l’on tape sur un même clou. Mais pour taper sur le bon clou au moment de l’élec­tion, pour être suffi­sam­ment nombreux à le faire, encore faut-il avoir eu la meilleure discus­sion collec­tive entre deux élec­tions et tissé une toile mili­tante suffi­sam­ment solide, ancrée sur l’en­semble du terri­toire, en réson­nance avec les mouve­ments sociaux, écolo­gistes, fémi­nistes, etc. et la produc­tion intel­lec­tuelle, cultu­relle, scien­ti­fique. Pour que tout le monde reste uni et soudé pendant les mois de campagne, encore faut-il que le reste du temps il y ait eu de l’es­pace pour l’échange d’idées. C’est en tout cas l’idée que je me fais d’un mouve­ment vivant qui, loin de prétendre déte­nir la vérité une fois pour toute, cherche inlas­sa­ble­ment à préci­ser et enri­chir ses posi­tions. Cette dyna­mique de créa­tion est, à mon sens, celle qui est la plus effi­cace pour entraî­ner dans la durée et en profon­deur dans le pays.

Une direc­tion collé­giale iden­ti­fiée, des moyens pour l’ac­tion locale

C’est ainsi qu’il nous faut à la fois repen­ser les lieux de la déci­sion et ceux de la discus­sion, qui doivent évidem­ment être reliés, du local au natio­nal.

Notre mouve­ment ne peut se passer d’une direc­tion iden­ti­fiée qui pour­rait combi­ner trois niveaux de légi­ti­mité : les élus, les Groupes d’Ac­tion, les forces du mouve­ment social et cultu­rel qui s’en­gagent en notre sein – je pense en parti­cu­lier aux person­na­li­tés qui ont inté­gré le Parle­ment de l’Union popu­laire pendant la prési­den­tielle. Cette instance pour­rait donc être compo­sée de trois collèges, chacun d’entre eux étant char­gés de dési­gner ses repré­sen­tants. J’in­siste ici sur un point : si les dépu­tés occupent aujourd’­hui une place de choix dans le mouve­ment, il me semble que l’im­pli­ca­tion des membres des collec­tifs locaux et de person­na­li­tés issues du monde asso­cia­tif, syndi­cal, artis­tique, des quar­tiers popu­laires, est déci­sive dans l’orien­ta­tion globale de LFI. Une orga­ni­sa­tion a besoin de prendre son souffle dans toutes ses compo­santes, et pas d’être seule­ment gouver­née par ses élus.  Cette instance aurait voca­tion à coor­don­ner le travail du mouve­ment qui reste­rait struc­turé autour de pôles, animés par des mili­tants béné­voles et/ou sala­riés, char­gés de tâches précises – programme, forma­tion, commu­ni­ca­tion, élec­tions… Le lien entre le « haut » et le « bas » de l’or­ga­ni­sa­tion et le plura­lisme pour­raient être renfor­cés par des assem­blées de type « Conven­tion », plus régu­lières et incluant de façon systé­ma­tique une part de débats stra­té­giques.

Les « groupes d’ac­tion » rassemblent des mili­tants et sympa­thi­sants aux attentes diverses. La discor­dance des temps et des aspi­ra­tions mili­tantes est une donnée qu’il faut inté­grer. Certains, certaines, ne peuvent ou ne souhaitent donner du temps qu’en période de campagne élec­to­rale. D’autres, ou les mêmes, veulent bien coller des affiches, trac­ter mais n’ont aucune envie de parti­ci­per à des débats internes ou à une réflexion théo­rique. Mais d’autres encore, et nous devons les encou­ra­ger, cherchent à parti­ci­per à la vie du mouve­ment de façon plus ample qu’en agis­sant concrè­te­ment au moment des campagnes. La dimen­sion de réflexion, d’échanges et de forma­tion des Groupes d’Ac­tion méri­te­rait d’être encou­ra­gée. C’est pourquoi la règle selon laquelle on peut créer un autre GA dès qu’un désac­cord appa­raît me semble devoir être revi­si­tée. En effet, le débat d’idées, si l’on admet qu’il est utile de le mener plutôt que de le nier ou de l’em­pê­cher, ne peut se mener qu’à la condi­tion de regrou­per des collec­tifs mili­tants, pas forcé­ment de façon struc­tu­relle et quoti­dienne mais de les réunir régu­liè­re­ment, même s’ils ont des désac­cords entre eux. N’est-ce d’ailleurs pas la condi­tion pour tenter de dénouer lesdits désac­cords ? N’est-ce pas la façon de faire vivre le plura­lisme à l’échelle locale ? Par ailleurs, renfor­cer les temps d’échanges natio­naux sur les ques­tions stra­té­giques et mettre en œuvre une forma­tion interne struc­tu­rée fera gran­dir notre mouve­ment. Les mili­tants parti­cipent de la bataille cultu­relle, via les rencontres qu’ils déploient ou leurs inter­ac­tions sur les réseaux sociaux. Aussi est-il indis­pen­sable qu’ils soient amenés à affû­ter leur réflexion, par des ateliers de forma­tion qui les outille­ront, par du débat qui aide à forger sa propre pensée.

En outre, si les GA consti­tuent des regrou­pe­ments à échelle humaine, ils inter­agissent souvent dans des terri­toires où existe une vie poli­tique, où se déploie un mouve­ment social : il est néces­saire que la FI existe aussi à cette échelle, celle d’une ville, d’une agglo­mé­ra­tion, d’un « pays », d’un dépar­te­ment voire d’une région. Des expé­riences ont été menées ces dernières années avec succès à certains endroits, souvent sous la forme de coor­di­na­tion de GA. Nous devrions exami­ner les plus porteuses et voir comment on peut les déve­lop­per davan­tage.

Nous le savons, de nombreux groupes locaux expriment le besoin de moyens finan­ciers pour se déve­lop­per. Comment être une grande orga­ni­sa­tion de masse à voca­tion majo­ri­taire si le rayon­ne­ment local est rendu diffi­cile par un manque de moyens, ceux-ci étant privi­lé­giés pour l’ac­ti­vité natio­nale et la prési­den­tielle ? Je rappelle que seules les coti­sa­tions passant par une asso­cia­tion de finan­ce­ment sont dé-fisca­li­sables. C’est pourquoi lais­ser aux GA le soin de finan­cer par eux-mêmes l’es­sen­tiel de leurs actions nous privent de moyens d’agir, et donc de mobi­li­ser dans la société, de favo­ri­ser l’auto-orga­ni­sa­tion popu­laire et de progres­ser élec­to­ra­le­ment. Ne pour­rait-on pas réflé­chir à un système plus acces­sible et pro-actif de coti­sa­tions volon­taires utili­sant la défis­ca­li­sa­tion, et donc passant par le natio­nal, et dont une partie revien­drait à un éche­lon local ?

Tout ceci souligne le rôle déci­sif du pôle de suivi des GA qui doit être renforcé au siège de la FI – le suivi par un-e député-e n’est assu­ré­ment pas le plus perfor­mant pour des raisons de dispo­ni­bi­lité des parle­men­tai­res…

L’ar­ti­cu­la­tion avec la Nupes

Si la FI doit être fer de lance, elle doit se garder d’agir de façon hégé­mo­nique avec les parte­naires de la Nupes. En même temps que se réagencent le fonc­tion­ne­ment de la FI, le chan­tier des moda­li­tés de vie de la Nupes s’in­ventent. Et c’est crucial ! La Nupes est une construc­tion poli­tique que nous voulons durable car elle s’or­ga­nise autour d’un programme qui permet­trait, s’il était mis en œuvre, de prendre à bras-le-corps les méga-crises sociales et écolo­giques auxquelles nous sommes confron­tés. Parce que la Nupes est candi­date au pouvoir, sa construc­tion, son affir­ma­tion à toutes les échelles est déter­mi­nante.

Il faut avan­cer ensemble, dans le respect des diverses compo­santes – et tenons bien aux deux termes, respec­ter les parte­naires ET avan­cer. D’ores et déjà, trois espaces sont consti­tués : le Parle­ment de la Nupes, l’in­ter­groupe des dépu­tés et « l’in­ter-orga » (réunion de repré­sen­tants des orga­ni­sa­tions de la Nupes). D’autres espaces pour­raient être imagi­nés, comme des assem­blées locales de la Nupes, qui ont été lancées ici et là, notam­ment sous l’im­pul­sion de Jean-Luc Mélen­chon, ou un club de réflexion propre à la Nupes, qui permet­trait de pour­suivre le travail de fond, de produire de nouvelles idées dans un cadre d’em­blée plura­liste. Plus nous aurons d’es­paces de produc­tion en commun, plus nous serons reliés et forts.

Loca­le­ment, l’échelle de la circons­crip­tion me paraît cohé­rent pour s’or­ga­ni­ser dans la mesure où notre période d’ins­ta­bi­lité poli­tique pose l’éven­tua­lité d’une disso­lu­tion de l’As­sem­blée natio­nale. Même si elle ne se produi­sait pas, il est judi­cieux de confor­ter ce qui a marché. Dans de nombreuses circons­crip­tions, les campagnes autour des candi­dat.es Nupes aux légis­la­tives ont permis de faire se rencon­trer et agir ensemble des mili­tant.es venus de tradi­tions poli­tiques diverses et aussi de nouveaux venus en poli­tiques, enga­gés direc­te­ment en faveur du rassem­ble­ment sans passer par l’une de ses compo­santes. Dans toutes ces circons­crip­tions, il faut que ces forces conti­nuent à conver­ger, fut-ce en se subdi­vi­sant à des échelles cohé­rentes en fonc­tion du terri­toire. Il me semble que ces assem­blées de circons­crip­tions devraient se doter d’une équipe d’ani­ma­tion plura­liste.

Je veux insis­ter aussi sur le Parle­ment de la Nupes. Nous avons collec­ti­ve­ment besoin d’un tel poumon, de cette ouver­ture sur la société. C’est fonda­men­tal, comme l’ont notam­ment plaidé avec justesse Cédric Durand et Razmig Keucheyan (2). Or le Parle­ment a d’abord été celui de la campagne de Jean-Luc Mélen­chon. Il a jouté à ce moment-là un rôle d’élar­gis­se­ment avec l’im­pli­ca­tion dans la campagne de figures du mouve­ment asso­cia­tif, syndi­cal, cultu­rel, intel­lec­tuel. Ce Parle­ment a été élargi pour les élec­tions légis­la­tives avec la Nupes mais la rapi­dité avec laquelle nous avons ajusté sa compo­si­tion en vue des élec­tions légis­la­tives n’a pas permis de le faire vivre concrè­te­ment, et avec le juste équi­libre permet­tant à toutes les compo­santes de s’y sentir chez soi. Mais jeter le bébé avec l’eau du bain serait une folie. Parce que nous avons besoin d’une instance qui dépasse nos seules orga­ni­sa­tions poli­tiques. Parce que nous savons que tant de syndi­ca­listes, artistes, intel­lec­tuels, asso­cia­tifs possèdent une exper­tise déci­sive pour avan­cer. Et enfin parce que certains d’entre eux, nombreux, n’ac­cep­te­ront de parti­ci­per à de l’ini­tia­tive poli­tique que dans un cadre Nupes.

Pour l’em­por­ter dans la course de vitesse enga­gée avec la macro­nie et l’ex­trême droite, il faut empor­ter la dyna­mique dans la société (3). Ce n’est donc pas simple­ment un compro­mis entre les forces exis­tantes que nous devons trou­ver mais une propo­si­tion poli­tique et des incar­na­tions qui parlent au « peuple de gauche » et à tous ceux qui, écœu­rés de la poli­tique et aujourd’­hui absten­tion­nistes, sont sensibles aux idées éman­ci­pa­trices. Comment le faire sans s’ou­vrir, et donc sans ouvrir nos cadres d’in­ven­tion et d’ac­tion ? L’heure est venue de fran­chir cette nouvelle étape.

Clémen­tine Autain, le 21 août.

  1. Voir l’in­ter­view de Manuel Bompard dans Regards « Une force d’al­ter­na­tive prête à gouver­ner demain » : http://www.regards.fr/actu/article/manuel-bompard-une-force-d-alter­na­tive-prete-a-gouver­ner-demain
  2. Voir la tribune de Cédric Durand et Razmig Keucheyan dans Libé­ra­tion : https://www.libe­ra­tion.fr/idees-et-debats/tribunes/la-nupes-doit-faire-entrer-le-mouve­ment-social-au-parle­ment-20220624_RPPF4AMNX5AQ5HCSMSRX5GUEJM/
  3. Voir mon texte « Conso­li­der la Nupes » : https://blogs.media­part.fr/clemen­tine-autain/blog/120722/conso­li­der-la-nupes?fbclid=IwAR1zMt_wzazRGeGPRkFJ5­caRyoSmDRRRw2IdDYLOulV2X-u-vR8fQxYM73w

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.