Aller au contenu

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL : La préser­va­tion du pouvoir d’achat néces­site un meilleur partage de la richesse

Voici le commu­niqué publié le 12/07 par l’en­semble des confé­dé­ra­tions syndi­cale ainsi que des orga­ni­sa­tions de jeunes. Reste à savoir si cette unani­mité excep­tion­nelle débou­chera sur des actions unitaires autres que les « échanges » annon­cés en conclu­sion de ce commu­niqué.


A l’heure où les conflits sociaux se multi­plient pour obte­nir des reva­lo­ri­sa­tions sala­riales légi­times au moins à la hauteur du taux d’in­fla­tion, la ques­tion du pouvoir d’achat est centrale pour les travailleurs et travailleuses. Alors que les débats commencent à l’As­sem­blée natio­nale sur cet enjeu prio­ri­taire, nos orga­ni­sa­tions respec­tives réaf­firment ensemble que le sujet relève égale­ment des poli­tiques sala­riales dans les branches, les entre­prises et la Fonc­tion publique. Parce qu’elles consi­dèrent que le salaire relève du partage des richesses, les orga­ni­sa­tions syndi­cales et de jeunesse sont unanimes sur le fait que le sujet prio­ri­taire doit être l’aug­men­ta­tion des salaires, des retraites et pensions, des mini­mas sociaux et des bourses d’études.
Une succes­sion de mesures ponc­tuelles et majo­ri­tai­re­ment finan­cées par l’Etat ne peut consti­tuer un ensemble suffi­sant pour répondre à l’ur­gence. Réduire les inéga­li­tés, notam­ment entre les femmes et les hommes, exige avant tout des mesures visant à une meilleure répar­ti­tion des richesses au profit des sala­riés. Le salaire doit demeu­rer la base d’un partage des richesses rééqui­li­bré en faveur des sala­riés. La prise en charge de mesures de pouvoir d’achat est aussi de la respon­sa­bi­lité des employeurs privés comme publics.
Les orga­ni­sa­tions syndi­cales et de jeunesse réaf­firment que le SMIC doit demeu­rer un salaire d’em­bauche et qu’il ne peut pas être une trappe à bas salaires main­te­nant les sala­riés au SMIC toute leur carrière profes­sion­nelle.
La condi­tion­na­lité des aides aux entre­prises est aujourd’­hui un impé­ra­tif. Elle doit permettre aux branches profes­sion­nelles et aux entre­prises de mener des poli­tiques plus concrètes en matière sociale et envi­ron­ne­men­tale, notam­ment par le dialogue social. Le futur débat parle­men­taire doit permettre d’avan­cer notam­ment sur cette condi­tion­na­lité des aides aux entre­prises qui ne jouent pas le jeu en matière sala­riale.
Les orga­ni­sa­tions syndi­cales et de jeunesse rappellent que ces exoné­ra­tions et allè­ge­ments de coti­sa­tions mettent à mal notre système de protec­tion sociale collec­tive.
Nos orga­ni­sa­tions conviennent de se réunir à nouveau début septembre afin de pour­suivre leurs échanges.
Paris, le 12 juillet 2022

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.