Aller au contenu

De la légi­time contes­ta­tion des mesures gouver­ne­men­tale à la néga­tion de la réalité de la pandé­mie : le pas à ne pas fran­chir.

A propos d’une tribune parue sur le site de Regardshttp://www.regards.fr/idees-culture/article/tribune-le-confi­ne­ment-consti­tue-un-remede-pire-que-le-mal-pour-la-societe

Voici une tribune collec­tive en réponse qui est à paraitre très prochai­ne­ment, à l’ini­tia­tive de quelques mili­tant.e.s d’En­semble! insou­mis et d’autres, à laquelle j’ai (un peu) parti­cipé:

PB, 16–11–2020

————————————

« C’est un secret de poli­chi­nelle : le re-confi­ne­ment était envi­sagé depuis l’été dernier. La stra­té­gie de commu­ni­ca­tion du minis­tère de la Santé s’est déployée autour de cette pers­pec­tive depuis plus de deux mois, de façon à le faire accep­ter par la majo­rité de la popu­la­tion le jour J ». Ainsi commence une tribune dont les 2 premiers signa­taires sont Laurent Muchielli et Laurent Toubiana.

Première consta­ta­tion : il serait faux de dire que les médias ont négligé d’in­vi­ter les contra­dic­teurs aux « indi­ca­teurs les plus alar­mants ». Jean-François Tous­saint, Laurent Toubiana, Alexan­dra Henrion Claude etc, ont eu tribune ouverte quasi quoti­dien­ne­ment, notam­ment à la télé­vi­sion. Et si le célèbre profes­seur Marseillais est devenu plus prudent sur le confi­ne­ment, c’est après avoir affirmé de façon fracas­sante dans un premier temps : « La deuxième vague c’est de la science-fiction ». Les scien­ti­fiques expri­mant un point de vue opposé, qui repré­sentent l’opi­nion majo­ri­taire de la commu­nauté, ont eu bien moins l’oc­ca­sion de s’ex­pri­mer. En réalité, le gouver­ne­ment n’avait qu’une obses­sion : la reprise de l’ac­ti­vité écono­mique dès la fin du premier confi­ne­ment. Il affir­mait d’ailleurs que les auto­ri­tés étaient prêtes pour contrô­ler l’épi­dé­mie, ce qui s’avère évidem­ment faux aujourd’­hui. Il a surtout retardé les mesures à prendre face à la remon­tée du nombre de cas de conta­mi­na­tion, avec pour consé­quence une dissé­mi­na­tion de l’épi­dé­mie à bas bruit depuis l’été, sur l’en­semble du terri­toire, contrai­re­ment à ce qui s’était passé en mars-avril avec des régions très touchées et des régions épar­gnées. 

Deuxième consta­ta­tion : Non, il n’y a pas eu une « « évolu­tion en dents de scie, la commu­ni­ca­tion se faisant unique­ment les jours où les chiffres augmentent »,comme l’af­firment les signa­taires de ce texte. Depuis la mi-août, et en fait depuis le frémis­se­ment autour du 20 juillet, les 4 courbes – nombre de sujets posi­tifs, puis nombre d’hos­pi­ta­li­sa­tions, puis nombre de sujet en réani­ma­tion et enfin de décès – ont suivi la même progres­sion : des expo­nen­tielles déca­lées. Le résul­tat final, pour qui veut bien regar­der la réalité en face, est très loin de l’apla­tis­se­ment de la courbe épidé­mio­lo­gique. Les soignant.es, qui ont déjà vécu sur le terrain une première vague en mars-avril, sans aucune amélio­ra­tion de leurs condi­tions de travail ni de leur rému­né­ra­tion depuis, sont en train de revivre exac­te­ment la même chose. Mais cette fois-ci sans applau­dis­se­ments et avec beau­coup plus encore de lassi­tude et de décou­ra­ge­ment. Ainsi au 4 novembre d’après Sante Publique France nous avons 27 000 hospi­ta­li­sa­tions en cours et près de 4100 malades en réani­ma­tion.

S’en­suite dans cette tribune l’af­fir­ma­tion que « seuls l’Ir­lande et le Pays de Galles ont recon­finé la tota­lité de leur popu­la­tion ». Ceci est bien évidem­ment faux puisque plusieurs pays d’Eu­rope ont depuis remis en place un confi­ne­ment plus ou moins strict, mais néces­saire. C’est le cas du Royaume Uni, de la Belgique, de la Répu­blique Tchèque, de la Cata­logne, de l’Au­tri­che… S’il est possible de discu­ter sur la nature des déci­sions prise dans d’autres pays, nous consta­tons à minima qu’il y a partout en Europe des mesures de confi­ne­ment partiel. Nous nous oppo­sons donc vigou­reu­se­ment à cette asser­tion, qui est tout simple­ment fausse et qui démontre qu’il s’agit à tout prix pour les signa­taires de contes­ter toute légi­ti­mité au confi­ne­ment.

Conti­nuons notre lecture : « (…) toute personne entrant à l’hô­pi­tal porteuse d’une trace du Covid est comp­tée comme un « hospi­ta­lisé Covid » même si elle vient en réalité pour son cancer ou son hyper­ten­sion. Et c’est la même chose si elle entre en réani­ma­tion ou si elle décède ». Il est urgent de reve­nir à la raison ! Six mille cinq cent quatre-vingt-treize personnes ont été admises en réani­ma­tion (0,09%) avec un test posi­tif au Covid pendant la première vague. Il est possible que pour une part infime de ces patients la COVID ne soit pas le motif prin­ci­pal d’hos­pi­ta­li­sa­tion, et soit anec­do­tique. Néan­moins dans la grande majo­rité des cas, c’est bien la pneu­mo­pa­thie liée au SARS-COV2 qui va s’ajou­ter à une mala­die préexis­tante et entraî­ner des compli­ca­tions qui peuvent mener au décès. D’autre part, même lorsque des gens sont hospi­ta­li­sés par exemple pour un cancer et sont porteurs du COVID-19, c’est impor­tant que cela soit comp­ta­bi­lisé car cela peut entraî­ner un retard de soins (pas de possi­bi­lité de certains examens complé­men­taires car ils sont conta­gieux et n’au­ront poten­tiel­le­ment pas le même accès aux soins pour leur cancer, par rapport à des patients néga­tifs)

En réalité, les auteurs « confondent » (restons polis…) morta­lité et comor­bi­dité. Comme si un patient infecté souf­frant en outre d’une patho­lo­gie anté­rieure au Covid mais équi­li­bré, avec cinq à dix ans d’es­pé­rance de vie, qui décède subi­te­ment, ne mour­rait pas du COVID. Et se profile la conclu­sion néo-eugé­niste et factuel­le­ment fausse, reprise sur les murs de certains signa­taires, que de toute façon ce sont des vieux qui allaient mourir qui décè­dent…

Et quand on écrit que « (…) parmi les 7% restant de la popu­la­tion testée posi­tive, plus de 85% ont moins de 60 ans ; il s’agit donc essen­tiel­le­ment de personnes qui ne risquent pas de faire une forme grave de la mala­die (…) » c’est tout simple­ment faux. La morta­lité chez les patients hospi­ta­li­sés durant la première vague de l’épi­dé­mie est connue, elle augmente graduel­le­ment avec l’âge (1,1% chez les 20–29 ans, 1,9 % chez les 30–39 ans, 3,3% chez les 40–49 ans, 6,5% chez les 50–59 ans, 12,5% chez les 60–69 ans, 21% chez les 70–79 et 31,6% chez les plus de 80), et n’est donc pas nulle chez les moins de 60 ans. De plus, même si ces pour­cen­tages paraissent faibles, cela se traduit par un nombre de morts d’au­tant plus impor­tant qu’il y a plus de cas de la mala­die dans la popu­la­tion globale.

Quant au fait que l’hô­pi­tal est sous tension du fait des poli­tiques menées depuis long­temps, c’est une évidence. Sauf que la situa­tion actuelle, qui s’est effec­ti­ve­ment déjà produite lors de la cani­cule, a ceci d’ex­cep­tion­nel qu’elle ne cesse de se dégra­der de façon extrê­me­ment rapide. Et cela avant même la surve­nue prévi­sible de l’épi­dé­mie grip­pale et à un niveau sans précé­dent, contrai­re­ment à ce qui est prétendu ici, tant en inten­sité qu’en rapi­dité. On en est à envi­sa­ger des trans­ferts en Alle­magne. Pays qui est autre­ment mieux équipé en lits d’hos­pi­ta­li­sa­tion que le nôtre aujourd’­hui, y compris en ce qui concerne le nombre des lits de réani­ma­tion. De plus, on voit bien avec la néces­sité du confi­ne­ment qui a été mis en place de la Chine à l’Eu­rope et égale­ment aux USA même si c’est de façon plus hété­ro­gène, qu’il ne s’agit pas unique­ment d’un problème de manque de moyens pour le système de soin. Face à une évolu­tion expo­nen­tielle du nombre de cas, n’im­porte quel système de santé est mis en diffi­culté et a du mal à assu­mer le reste des soins néces­saires en dehors du COVID-19.

Cela ne dédouane en rien le gouver­ne­ment de ses respon­sa­bi­li­tés dans la crise actuelle et ses consé­quences. Certes aucun pays n’a un système de santé capable d’ab­sor­ber une telle épidé­mie sans diffi­culté. Mais si aucune mesure de contrôle n’est prise, cela sera d’au­tant plus diffi­cile. Et même d’au­tant plus catas­tro­phique en France que de nombreux lits y ont été fermés par les gouver­ne­ments succes­sifs de Sarkozy à Macron en passant par Hollande, jusqu’à très récem­ment encore, c’est-à-dire après la première vague.

Dans cette tribune il est dit enfin que les mesures de confi­ne­ment débouchent sur un bilan mondial qui n’est asso­cié à aucune réduc­tion mesu­rable de la morta­lité. Une autre contre-vérité ! Le graphique des courbes compa­ra­tives Israël/Europe vient d’être publié. On peut y consta­ter l’ef­fet du confi­ne­ment sur une deuxième vague épidé­mique en Israël déca­lée par rapport à la nôtre, mais hors de contrôle avant confi­ne­ment. La courbe est éloquente. Des articles scien­ti­fiques rigou­reux le montrent. Notam­ment dans la revue Science. Mais on pourra égale­ment consul­ter avec profit le logi­ciel sur site du Finan­cial times tout aussi éloquent.

Si la situa­tion sani­taire d’aujourd’­hui résulte bien de l’échec de la stra­té­gie gouver­ne­men­tale « dépis­ter, tracer, isoler », avec un dépis­tage mal orga­nisé et des résul­tats tardifs, un traçage des contacts inef­fi­cace (seule­ment 5.000 agents recru­tés après la première vague sur les 30.000 néces­saires) et un isole­ment des porteurs du virus laissé au soin des famil­les… des mesures strictes de contrôle de cette épidé­mie sont abso­lu­ment néces­saires à l’heure actuelle. Le nier est dange­reux et irres­pon­sable, car cela risque tout simple­ment d’en­traî­ner plus de décès.

Il faut critiquer la manière dont le gouver­ne­ment instaure ce confi­ne­ment avec une commu­ni­ca­tion illi­sible, satu­rée d’injonc­tions contra­dic­toires, notam­ment à desti­na­tion des ensei­gnant.es. Ceci entraîne une espèce de confi­ne­ment allégé « à la carte », dont l’ef­fi­ca­cité est diffi­cile à prédire, mais qui ne fait que renfor­cer la défiance de la popu­la­tion et la divi­sion au sein de la popu­la­tion. Avec le senti­ment partagé que certains secteurs de l’éco­no­mie, les grands groupes essen­tiel­le­ment, sont privi­lé­giés au détri­ment des autres.

Mais résu­mer les termes du débat à une alter­na­tive simpliste et trom­peuse, sous-esti­mer déli­bé­ré­ment les enjeux sani­taires de la crise et flir­ter avec les thèses liber­ta­riennes en nour­ris­sant la confu­sion entre les inté­rêts de la popu­la­tion dans son ensemble – qu’il nous faut défendre – et l’in­té­rêt écono­mique et social des élites, est catas­tro­phique pour notre camp. Un confi­ne­ment effi­cace est actuel­le­ment néces­saire et urgent. Un autre confi­ne­ment est possible : démo­cra­tique­ment orga­nisé, appuyé sur l’ex­per­tise des acteurs/actrices de terrain (soignant.es, ensei­gnant.es, travailleuses/travailleurs de première ligne, etc.) et sur l’ex­per­tise citoyenne qui doit être mobi­li­sée et orga­ni­sée. Il faut se battre pour lui donner corps. Il ne peut pas être mis en œuvre sans le peuple, sans une prise de conscience collec­tive et soli­daire de notre impli­ca­tion à toutes et tous dans la lutte contre cette épidé­mie et sans lutter pour la construc­tion d’un authen­tique démo­cra­tie sani­taire, loin des instru­men­ta­li­sa­tions de toute sorte et du complo­tisme plus ou moins vulgaire.

Les membres du « groupe de réflexion sur la crise sani­taire », regrou­pant cher­cheur.euse.s, prati­cien.ne.s et mili­tant.e.s d’En­semble et d’En­semble Insou­mis.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.