Aller au contenu

Des dépu­tés FI dans Libé­ra­tion: « Une autre loi de program­ma­tion est possible pour l’en­sei­gne­ment supé­rieur et la recherche »

En réponse au projet actuel­le­ment présenté au Parle­ment par le gouver­ne­ment, des dépu­tés de La France insou­mise proposent un plan de recru­te­ment de fonc­tion­naires, l’aug­men­ta­tion du point d’in­dice ou la créa­tion d’un service public de l’édi­tion scien­ti­fique.

Tribune. Depuis près de vingt ans, nous assis­tons à un déman­tè­le­ment métho­dique du service public de l’en­sei­gne­ment supé­rieur et la recherche (ESR). Ce proces­sus vise à faire du savoir, sa produc­tion comme sa trans­mis­sion, une marchan­dise comme les autres. 360 000 étudiants supplé­men­taires étaient atten­dus entre 2015 et 2025 avec l’aug­men­ta­tion de la nata­lité après 2000. Au lieu de se prépa­rer à les accueillir, en créant plusieurs univer­si­tés et des milliers de postes, la loi LRU a trans­féré aux univer­si­tés la gestion de leur masse sala­riale, limi­tant les créa­tions de postes, et la loi ORE a mis en place la sélec­tion.

Les réformes succes­sives ont trans­formé les cher­cheurs et ensei­gnants-cher­cheurs en véri­tables entre­pre­neurs sommés de trou­ver des finan­ce­ments auprès d’ap­pels à projets pour employer un nombre gran­dis­sant de précaires (34% dans l’ESR). Les collec­tifs de travail sont mis à tous les niveaux en compé­ti­tion les uns avec les autres, ce qui conduit à la spirale infer­nale du « publish or perish » (« publier ou périr ») avec son lot de souf­france au travail, de perte de sens dans les métiers et de burn-out.

A ces logiques néoli­bé­rales de mana­ge­ment s’est rajou­tée une poli­tique d’aus­té­rité budgé­taire avec des univer­si­tés et des établis­se­ments publics scien­ti­fiques et tech­niques (EPST, comme le CNRS, l’In­serm, l’In­rae, Inria) sous-dotés et dont les person­nels sont très mal rému­né­rés (37% de moins que la moyenne de l’OCDE). Avec ces réformes, les étudiants ont de plus en plus de diffi­cul­tés à choi­sir les filières de leur souhait et les condi­tions d’études n’ont pas cessé de se dégra­der. Main­te­nant, l’étu­diant est seule­ment consi­déré comme le béné­fi­ciaire d’un service et non comme le membre de la commu­nauté univer­si­taire. La crise sani­taire a aggravé cette situa­tion et la rentrée est chao­tique à l’uni­ver­sité comme dans les labo­ra­toires. Règles de travail à distance, consignes sani­taires, la confu­sion est totale et les dispa­ri­tés sont très impor­tantes selon les sites. La crise a aussi démon­tré les limites du travail à distance et du télé-ensei­gne­ment.

Appels à projets

C’est dans ce contexte, que le gouver­ne­ment a choisi de passer en force une loi pour la recherche (LPR), qui aggra­vera ces erreurs au lieu de les résoudre. En effet, cette loi n’est pas à la hauteur concer­nant le budget, car elle ne permet­tra pas de dépas­ser un inves­tis­se­ment de 0,8% du PIB dans l’ef­fort de recherche publique, bien en deçà du 1% néces­saire selon la commu­nauté scien­ti­fique. Pire, cette loi accen­tuera la préca­rité des finan­ce­ments et des person­nels. En effet, toute l’aug­men­ta­tion du budget que prévoit la loi ira à l’Agence natio­nale de la recherche (ANR), qui la redis­tri­buera sous forme d’ap­pels à projet.

Aucune augmen­ta­tion des budgets récur­rents des unités n’est donc prévue. D’autre part, la loi prévoit la créa­tion de deux nouveaux contrats, le CDI de mission et les chaires juniors. Les CDI de mission n’ont d’in­dé­ter­miné que le nom, car toute mission réali­sée de l’adjoint tech­nique au cher­cheur dans le cadre d’un projet pourra être réali­sée par des précaires en lieu et place des perma­nents. Les chaires juniors seront eux des jeunes cher­cheurs précaires qui auront voca­tion à être titu­la­ri­sés au bout de six ans en tant que profes­seur ou direc­teur de recherche, sans concours, en déro­ga­tion des règles actuelles. Ce dernier statut menace sur le long terme de rempla­cer les statuts de fonc­tion­naire de char­gés de recherche et maîtres de confé­rences. Ce déman­tè­le­ment du service public est un véri­table gâchis.

Dans un contexte de crise écolo­gique, sani­taire et sociale, nous avons plus besoin aujourd’­hui qu’hier d’un service public produi­sant en toute indé­pen­dance des savoirs scien­ti­fiques de qualité et parta­geant ce savoir au plus grand nombre dans le cadre d’uni­ver­si­tés ouvertes. Une autre loi de program­ma­tion est possible avec l’am­bi­tion de refon­der un service public de l’ESR bien doté en moyens et en person­nels au service de l’in­té­rêt géné­ral.

Garan­tir l’in­dé­pen­dance des scien­ti­fiques

L’in­dé­pen­dance des scien­ti­fiques vis-à-vis de tous les pouvoirs privés ou publics est fonda­men­tale pour renouer la confiance entre la science et la société, mise à mal par les conflits d’in­té­rêts et la société du spec­tacle. Nous pensons que le statut de fonc­tion­naire d’Etat est un des gages de cette indé­pen­dance. Nous propo­sons donc un plan pluri­an­nuel sur dix ans de recru­te­ments de fonc­tion­naires dans toutes les caté­go­ries.

La situa­tion des précaires de l’ESR est drama­tique. C’est un gâchis humain de voir tant de jeunes quit­ter la recherche faute de pers­pec­tives. Nous propo­sons une titu­la­ri­sa­tion de tous les précaires, lorsqu’ils assurent des fonc­tions en réalité pérennes.

La reva­lo­ri­sa­tion de tous les salaires doit se faire par une forte augmen­ta­tion du point d’in­dice des fonc­tion­naires. Nous propo­sons en paral­lèle l’abo­li­tion de toutes les primes « au mérite » qui sont attri­buées arbi­trai­re­ment par les hiérar­chies et créent des ambiances toxiques dans les collec­tifs de travail et la suppres­sion du HCERES (Haut Conseil de l’éva­lua­tion de la recherche et de l’en­sei­gne­ment supé­rieur) pour mettre fin aux logiques de « néo-mana­ge­ment » délé­tères qui mettent en place une concur­rence géné­ra­li­sée sous couvert de promou­voir l’ex­cel­lence.

Toute la commu­nauté univer­si­taire concourt à l’ac­qui­si­tion de la connais­sance et ce travail doit être reconnu. La situa­tion de préca­rité massive chez les étudiants est socia­le­ment admise, cela doit cesser et les étudiants doivent béné­fi­cier d’un revenu qui leur permet de travailler serei­ne­ment. Le savoir produit doit pouvoir être partagé au plus grand nombre, c’est pourquoi nous propo­sons que l’uni­ver­sité soit gratuite pour toutes et tous, y compris les étudiants étran­gers. Tous les étudiants doivent béné­fi­cier d’une allo­ca­tion d’au­to­no­mie et nous propo­sons un plan ambi­tieux de construc­tion et de réno­va­tion du loge­ment étudiant.

Pour mettre un terme à la préca­rité des finan­ce­ments et à la mise en compé­ti­tion des équipes, nous propo­sons que le finan­ce­ment consa­cré aux « initia­tives d’ex­cel­lence » et à l’ANR puisse être redis­tri­bué aux unités sous forme de crédits récur­rents pour permettre de déve­lop­per des recherches sur le temps long. Les appels à projet doivent être réser­vés aux actions inci­ta­tives et grands équi­pe­ments et peuvent être orga­ni­sés direc­te­ment par les insti­tuts et univer­si­tés.

Nous devons en finir avec la capta­tion des savoirs par des groupes d’édi­tion privés qui ensuite monnayent chère­ment les publi­ca­tions. Nous propo­sons la créa­tion d’un service public de l’édi­tion scien­ti­fique qui se réap­pro­prie les conte­nus des revues scien­ti­fiques que nous avons cédés aux éditeurs privés. L’uni­ver­sité doit aussi se doter de vraies capa­ci­tés de vulga­ri­sa­tion scien­ti­fique. Toutes ces réformes requièrent un budget plus ambi­tieux que celui proposé avec a minima 5 milliards de plus pour le budget de l’ESR par an. Pour cela, il existe des réserves dispo­nibles puisque le crédit impôt recherche, que nous suggé­rons d’abro­ger, coûte 7 milliards par an à l’Etat sans aucune augmen­ta­tion de la recherche privée en contre­par­tie.

Signa­taires : Le groupe théma­tique ensei­gne­ment supé­rieur et recherche de La France insou­mise, le groupe théma­tique jeunesse de LFI, Muriel Ressi­guier, dépu­tée LFI de l’Hé­rault, Michel Larive, député LFI de l’Ariège, Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, Danièle Obono, dépu­tée LFI de Paris, Sabine Rubin, dépu­tée LFI de Seine-Saint-Denis, Bastien Lachaud, député LFI de Seine-Saint-Denis.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.