Aller au contenu

Dis moi papa, c’est où la gauche ?

Depuis quelques années, j’avoue ne plus trop savoir où j’en suis et il m’ar­rive même parfois de me sentir perdu dans ce vaste terrain poli­tique que certains de nos commen­ta­teurs zélés appellent l’échiquier poli­tique, ce qui renforce chez moi l’im­pres­sion désa­gréable de n’être qu’un simple pion. Quoique, sur cette tablette, il existe certaine pièces maîtresses telle que le roi, la reine et autres cava­liers ! C’est donc par la diago­nale du Fou que je tente­rai de trou­ver quelle est ma véri­table place, dans cet univers où les dépla­ce­ments peuvent parfois être risqués.

Remon­tons à l’ori­gine du terme

Remon­tons à l’ori­gine du terme : La Gauche fut employée la première fois pour dési­gner les dépu­tés révo­lu­tion­naires qui siégeaient à la gauche du président de l’As­sem­blée consti­tuante et qui s’op­posèrent au veto du roi, lors de la séance du 28 août 1789 ! Jusque-là, je me m’y retrouve  et cela conforte mon assise! Je veille­rai seule­ment à ce que ces idées ne me montent pas trop à la tête pour ne pas la perdre, juste­ment !

Lorsque je regarde la défi­ni­tion dans le diction­naire  Le Robert , je cite : « LA GAUCHE : les membres d’une assem­blée poli­tique qui siègent à la gauche du président et professent des idées avan­cées, progres­sistes ». Me voici donc conforté dans les valeurs que je défends et m’as­sois donc serei­ne­ment dans le siège que je m’at­tri­bue.

Hors, voici que depuis quelques années, tout cela est remis en ques­tion par de nombreux jour­na­listes, proba­ble­ment bien inten­tion­nés, qui situent le Parti Commu­niste, les écolo­gistes, le Front de Gauche …bref, tout ce qui n’ap­par­tient pas au monde bipo­laire poli­tique et qui n’est pas inféodé à un parti socia­liste dont la rose n’éclot plus que sur un terreau libé­ral, à l’ex­trême gauche !

Suis-je donc un dange­reux extré­miste ?

Me voici donc déplacé au fond de la classe, près du radia­teur, avec les mal élevés de la poli­tique, ceux qui se tiennent mal, qui sont gros­siers, et qui embêtent toujours les premiers de la classe ; ceux qui ne savent pas se tenir lorsqu’ils parlent, et qui font peur à tout le monde . C’est vrai que le mot « extrême », au vu des événe­ments récents a de quoi inquié­ter ! Suis-je donc un dange­reux extré­miste, ? Plus récem­ment, est apparu le concept de « Gauche radi­cale », un terme confor­table, un peu fourre-tout qui permet­tra de clas­ser ainsi tout ce qui est à gauche de ce que fut l’an­cienne gauche . Radi­cale, ce terme peut aussi rebu­ter lorsque l’on n’en connaît pas très bien le sens :. «  « Se dit d’un genre d’ac­tion ou de moyen très éner­gique, très effi­cace, dont on use pour combattre quelque chose  » précise la défi­ni­tion, au sens large, du petit Larousse. Rien de néga­tif ici. « Se dit d’une orga­ni­sa­tion, d’une atti­tude visant à des réformes profondes de la société » énonce la défi­ni­tion propre au radi­ca­lisme ! Ça me rassure sur mes dispo­si­tions à revoir le plan d’ins­tal­la­tion de la classe : et si on étudiait un place­ment permet­tant à tout le monde de pouvoir discu­ter, échan­ger sur un même niveau d’ex­pres­sion et d’écoute !

Si la gauche fait une poli­tique de droite, ce n’est plus la gauche

Lorsque, je revois la doctrine du plus socia­liste de nos poli­tiques, Jean Jaurès : « Le Parti Socia­liste est fondé, entre autres prin­cipes, sur l’or­ga­ni­sa­tion poli­tique et écono­mique du prolé­ta­riat en parti de classe pour la conquête du pouvoir et la socia­li­sa­tion des moyens de produc­tion et d’échange, c’est à dire la trans­for­ma­tion de la société capi­ta­liste, en une société collec­ti­viste ou commu­niste », j’en viens à me deman­der si ce ne sont pas les socia­listes qui seraient plus à gauche que moi. A moins qu’ils aient lu ce texte à l’en­vers auquel cas, je rappel­le­rai la formule de Simone de Beau­voir : « Si la gauche fait une poli­tique de droite, ce n’est plus la gauche  ». Les idées sont ainsi plus claires pour moi : Me voici, avec mes cama­rades, dans le seul lieu poli­tique actuel où sont défen­dues de véri­tables idées progres­sistes, idées atta­chées aux prin­cipe de justice sociale et d’éga­lité entre les hommes. Nous voilà bien loin des mesures sécu­ri­taires prises derniè­re­ment ainsi que les mesures de régres­sion sociale énon­cées dans la Loi Macron.

Je suis donc bien à ma place

Je suis donc bien à ma place, c’est à dire à gauche avec tous mes cama­rades et ensembles, nous avons réussi à nous unir pour propo­ser « Une alter­na­tive de gauche écolo­giste, sociale, soli­daire, appuyée sur une démo­cra­tie directe et de proxi­mité »

Tel est le projet de Inven­tons la Vienne écolo­gique et soli­daire !

Jean Pierre Huot

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Dis moi papa, c’est où la gauche ? »

  1. PINOT dit :

    BRAVO POUR CET ARTICLE qui remet les idées en place, enfin pour ma part, c’était déjà très clair, nous sommes bien à GAUCHE (ni extrêmes, ni radicaux)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.