Aller au contenu

Discours d’Alexis Tsipras le 3 juillet à Athènes

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

Aujourd’­hui nous ne protes­tons pas, nous ne mani­fes­tons pas ; aujourd’­hui est un jour de fête. Ce jour est une fête de la démo­cra­tie.

La démo­cra­tie est une fête et une joie, la démo­cra­tie est une libé­ra­tion, la démo­cra­tie est une issue.

Et nous célé­brons aujourd’­hui la victoire de la démo­cra­tie. Nous sommes déjà victo­rieux, quelle que soit l’is­sue du scru­tin de dimanche, car la Grèce a envoyé un message de dignité, un message de fierté.

Personne ne peut igno­rer cette passion, cet anxieux désir de vie, cet anxieux désir d’es­poir, cet anxieux désir d’op­ti­misme.

Nous célé­brons aujourd’­hui l’au­dace et la déter­mi­na­tion qui nous ont conduits à prendre notre destin en mains, à rendre la parole au peuple grec.

Aujourd’­hui, nous faisons la fête et nous chan­tons. Nous faisons la fête et chan­tons pour supplan­ter le chan­tage et la peur.

L’Eu­rope telle que nous la connais­sions, l’Eu­rope telle qu’elle appa­raît au miroir de ses prin­cipes fonda­teurs n’a pas le moindre rapport avec les menaces et les ulti­ma­tums.

Et aujourd’­hui, en ce moment même, l’Eu­rope entière a les yeux tour­nés vers nous, vers le peuple grec, vers ses 3 millions de pauvres et son million et demi de chômeurs.

Aujourd’­hui la planète entière a les yeux rivés sur la Place de la Cons­ti­tu­tion et sur toutes les places, petites ou grandes, de notre patrie.

Dans ce lieu qui a vu naître la démo­cra­tie, nous donnons à la démo­cra­tie une chance de reve­nir.

De reve­nir en Europe, car nous voulons que l’Eu­rope revienne à ses prin­cipes fonda­teurs.

À ces prin­cipes qu’elle a si long­temps balayés pour appliquer des programmes d’aus­té­rité sans issue, violant la volonté des peuples.

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

Dimanche, nous adres­se­rons tous ensemble un message de démo­cra­tie et de dignité à l’Eu­rope et au monde.

Nous enver­rons aux peuples un nouveau message d’es­poir.

Car nous ne déci­de­rons pas seule­ment, ce dimanche, de demeu­rer en Europe.

Nous déci­de­rons de vivre avec dignité en Europe, de travailler et de pros­pé­rer en Europe.

D’être égaux en Europe, à égalité avec tous.

Et, croyez-moi, nul n’a le droit de mena­cer de couper la Grèce de son espace géogra­phique natu­rel.

Nul n’a le droit de mena­cer de divi­ser l’Eu­rope.

La Grèce, notre patrie, était, est et demeu­rera le berceau de la civi­li­sa­tion euro­péenne.

C’est en ce lieu, dit la mytho­lo­gie, que Zeus, en l’en­le­vant, a conduit la prin­cesse Europe.

Et c’est de ce lieu que les tech­no­crates de l’aus­té­rité souhaitent à présent l’en­le­ver.

Mais cela ne sera pas. Car, dimanche, nous leur dirons « non ».

Nous ne lais­se­rons pas l’Eu­rope entre les mains de ceux qui souhaitent sous­traire l’Eu­rope à sa tradi­tion démo­cra­tique, à ses conquêtes démo­cra­tiques, à ses prin­cipes fonda­teurs, aux prin­cipes de démo­cra­tie, de soli­da­rité et de respect mutuel.

Citoyens d’Athènes, hommes et femmes de tous âges qui vous trou­vez ici,

aujourd’­hui, qui submer­gez la Place de la Cons­ti­tu­tion, les rues d’Athènes et des autres grandes villes en bravant la montée de la peur orches­trée, la rhéto­rique de la terreur propa­gée tous ces derniers jours,

Citoyens d’Athènes,

Le peuple grec a maintes fois démon­tré au cours de son histoire qu’il savait retour­ner un ulti­ma­tum à son expé­di­teur. Car les ulti­ma­tums, parfois, reviennent à l’en­voyeur.

Les pages les plus écla­tantes de l’his­toire de ce pays et de ce peuple ont été des pages d’au­dace et de vertu.

Je vous appelle à ce que nous écri­vions ensemble, de nouveau, des pages histo­riques, celles de notre réta­blis­se­ment et de notre liberté.

Je vous appelle, ce dimanche, à oppo­ser un « non » haut et clair aux ulti­ma­tums. À tour­ner le dos à ceux qui sèment chaque jour la peur et l’in­ti­mi­da­tion.

Et, lundi, quel que soit le résul­tat du proces­sus démo­cra­tique, de ce verdict popu­laire que certains redou­taient et  voulaient entra­ver, nous oppo­se­rons égale­ment un « non » sans appel à la divi­sion.

Lundi, quelle que soit l’is­sue du scru­tin, les Grecques et les Grecs n’au­ront rien qui les sépare. Ensemble, nous nous battrons pour recons­truire une Grèce meilleure que celle que nous ont lais­sée cinq années de désastre.

Je vous appelle enfin à ne pas prêter l’oreille à ces sirènes dont l’écho ne cesse de s’am­pli­fier, ces sirènes qui hurlent à la peur.

À déci­der avec votre esprit et votre cœur.

À vous déter­mi­ner avec calme et réso­lu­tion.

À vous pronon­cer en faveur d’une Grèce fière dans une Europe démo­cra­tique.

En faveur d’un peuple, d’un petit peuple qui se bat, comme le dit le poème, sans épées et sans balles.

Qui se bat cepen­dant en ayant dans les mains la plus puis­sante des armes : la justice.

Parce que la justice est avec nous, parce que nous sommes dans notre droit, nous vain­crons.

Et nul ne peut effa­cer cela. Nul ne peut occul­ter ce fait : nous sommes dans notre droit.

Citoyens d’Athènes, peuple grec,

La liberté demande de la vertu et de l’au­dace. Nous, vous, nous tous, dispo­sons d’au­dace comme de vertu. Et nous sommes libres. Nous respi­rons un vent de liberté. Quoi qu’il arrive, nous sommes victo­rieux. Nous serons victo­rieux. La Grèce a vaincu. La démo­cra­tie a vaincu. Le chan­tage et les menaces ont été défaits.

Salut à tous! Soyez forts, soyez fiers et dignes. Notre « non » s’ins­crira dans l’His­toire. Notre peuple ira de l’avant ― la Grèce, dans une Europe démo­cra­tique et soli­daire.

Discours prononcé par le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes, sur la place de la Cons­ti­tu­tion, lors du rassem­ble­ment en faveur du « non » au réfé­ren­dum du 3 juillet 2015. Traduc­tion Dimi­tris Alexa­kis.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.