Aller au contenu

Europe connexion : au cœur du lobbying, aux dépends de la santé et de la vie

Une mise en scène vrai­ment très origi­nale et un propos aussi perti­nent que percu­tant. A ne pas rater !

Europe connexion

d’Alexan­dra Badea, mise en scène de Matthieu Roy – Compa­gnie du Veilleur

Mardi 6, mercredi 7 et jeudi 8 mars 2018 à 15h et 21h à l’Es­pace Mendès France, Poitiers
Plein tarif : 6,50 € / Tarif réduit : 3,50 €​

« Tu aurais pu mettre ton intel­li­gence dans des causes plus nobles, tu aurais pu faire de la recherche, tu aurais pu écrire des bouquins, tu aurais pu éclai­rer le monde, mais tout ça ne t’au­rait pas donné tout ce pouvoir. Tu veux conduire. Tu veux conduire le monde par procu­ra­tion. Tu aimes être le cerveau pervers de la machine qui tourne. Ce n’est pas que l’argent, c’est la soif de puis­sance. Tu veux être dans la loge des plus grands. »

Alexan­dra Badea nous fait entendre la pensée inté­rieure d’un homme – prêt à tout pour satis­faire son ambi­tion person­nelle. Si nous ne connais­sons pas son prénom, nous savons qu’il occupe aujourd’­hui un poste clé dans la société euro­péenne : lobbyiste. Après avoir été assis­tant parle­men­taire auprès d’une dépu­tée « commis­sion envi­ron­ne­ment santé publique et sécu­rité alimen­taire », cet énarque change de camp et réus­sit à inté­grer l’un des plus gros lobbies de ce marché juteux, ayant fait en sorte de bloquer une loi qui ne leur était pas favo­rable. Notre homme n’aura plus le choix de faire machine arrière. Il fait désor­mais partie inté­grante d’un système qu’il doit servir de son mieux pour les inté­rêts de son entre­prise, quitte à mettre en danger la vie d’au­trui, sa propre santé mentale et sa vie fami­liale. En partant d’un fait réel de notre société – les lobbies et leur poids dans les déci­sions prises au Parle­ment Euro­péen – cette auteure nous propose une expé­rience théâ­trale forte : dix séquences s’en­chaînent dans lesquelles la voix inté­rieure de cet homme nous prend à parti, sous la forme du pronom « tu ».

Dans la conti­nuité du travail engagé avec l’en­semble artis­tique de la Cie du Veilleur depuis 2008, je souhaite déve­lop­per un dispo­si­tif immer­sif qui placera les spec­ta­teurs au cœur de l’in­trigue. Ils seront invi­tés à s’ins­tal­ler dans un dispo­si­tif bi-fron­tal dont la scéno­gra­phie les plon­gera dans le luxe et l’ano­ny­mat d’un grand hôtel inter­na­tio­nal. Équipé d’un casque audio, chaque spec­ta­teur emprun­tera le point de vue du lobbyiste : il se retrou­vera à sa place, embarqué dans un voyage immo­bile à travers diffé­rents espaces sonores.

Europe connexion nous invite à réflé­chir sur nos enga­ge­ments de vie les plus intimes : pourquoi et comment avons-nous choisi le métier que nous exerçons plutôt qu’un autre ?

Jusqu’où sommes-nous prêt à aller pour réus­sir ?

Quels sont les éléments de la réus­site ?

À quels sacri­fices pouvons-nous consen­tir ?

À l’heure où scien­ti­fiques, intel­lec­tuels et poli­tiques, tirent la sonnette d’alarme pour endi­guer les effets irré­ver­sibles d’un capi­ta­lisme sauvage pour la survie de notre espèce sur terre, le théâtre demeure un lieu idéal pour mesu­rer la portée de nos actions person­nelles sur la collec­ti­vité.

Avec comme objec­tif partagé, le titre de l’œuvre de Naomi Klein : Tout peut chan­ger.

Matthieu Roy, mars 2016.

Presse

« Chambre d’hô­tel de grande chaîne inter­na­tio­nale ou canapé de lounge, la triste comé­die qui s’y joue entend ampli­fier les sourdes menées d’af­fai­ristes mus par d’in­di­cibles visées qu’Eu­rope Connexion met en lumière sur un plateau d’argent. » Libé­ra­tion, 3 février 2017 « Pour écou­ter les pensées du jeune requin, la trou­vaille du metteur en scène, Matthieu Roy, consiste à nous faire suivre le spec­tacle durant 1h10 avec des écou­teurs. Le résul­tat est aussi intense que ce décor luxueux de suite de palace est glacial. » Le Canard Enchaîné, 1 février 2017

« Le ton est donné de la nouvelle pièce d’Alexan­dra Badea, Europe connexion, créée par Matthieu Roy en octobre 2016 au Taipei Arts Festi­val, avec des comé­diens français et taïwa­nais, dans un dispo­si­tif qui met au jour une plon­gée terri­fiante dans l’Eu­rope tech­no­cra­tique. » L’Hu­ma­nité, 30 janvier 2017 « Le titre s’im­pose comme dans le film de Jacques Becker avec Simone Signo­ret, Casque d’Or. Rien à voir cepen­dant avec une comé­dienne blonde comme les blés. Il n’y en a pas. Simple­ment, le port du casque est obli­ga­toire et donne une saveur singu­lière à la pièce d’Alexan­dra Badea. » Le Figaro, 18 janvier 2017

« Certes inscrit dans une réalité tout à fait contem­po­raine, quoti­dienne même, la fiction à l’oeuvre dans ce théâtre-là n’est ni docu­men­taire ni jour­na­lis­tique. Plus que les rouages méca­niques d’un système bien huilé, c’est la chair à vif, mâchée, broyée, qui est ici expo­sée. » Hervé Pons, Les Inrocks

« Dans sa forme, Europe Connexion est nova­trice. La pièce est jouée en quadri fron­tale. La scène au centre repré­sente l’in­té­rieur d’un grand hôtel inter­na­tio­nal. Là où le lobbyiste, ancien assis­tant parle­men­taire va mener une campagne pour favo­ri­ser l’émer­gence d’un labo­ra­toire en trafiquant à son avan­tage les données d’une étude sur les pesti­cides. Le public est disposé dans quatre gradins, très proches des comé­diens. Il est immergé dans la pensée du lobbyiste grâce à un casque qui lui permet de suivre l’ac­tion. Le français et le manda­rin se chevauchent. Les deux langues sont mixées en direct avec de la musique et un envi­ron­ne­ment sonore très travaillé. » Scene­web.fr

« Voilà un dispo­si­tif tech­nique très élaboré : chaque spec­ta­teur porte un casque qui lui permet d’en­tendre des person­nages absents de la scène ou encore la voix inté­rieure du person­nage prin­ci­pal. De plus, le spec­tacle est franco-taiwa­nais et des comé­diens taiwa­nais y parlent leur langue dont nous enten­dons la traduc­tion. C’est sophis­tiqué, astu­cieux et juste. Dans le texte d’Alexan­dra Badea, un homme commence comme atta­ché parle­men­taire, mais, très ambi­tieux, devient lobbyiste en s’ap­pro­chant des indus­tries agroa­li­men­taires inter­na­tio­nales. Il se pose parfois des ques­tions, quand certains produits qu’il promeut font des morts. Il est tout près du burn-out, mais sa femme ne cesse de lui répé­ter : « c’est pour nous que tu fais ça », et il conti­nue à son poste euro­péen très impor­tant… Une belle mise en scène de Matthieu Roy, rigou­reuse et fine­ment choré­gra­phiée. » Télé­rama

« Europe Connexion est un spec­tacle néces­saire, ouvrant les yeux sur une part occul­tée de notre réalité mondiale, dont nous sommes pour­tant les premiers sacri­fiés. » Théâtre Actu

« Alexan­dra Badea : la pour­suite d’une œuvre exem­plaire (…) Depuis la publi­ca­tion en 2009 de ses premiers textes par l’Arche, Alexan­dra Badea témoigne d’une grande conti­nuité dans une écri­ture poli­tique, rigou­reuse et inven­tive. Elle le prouve une nouvelle fois avec Europe connexion, mis en scène à Théâtre ouvert par Matthieu Roy, dans un spec­tacle franco-taïwa­nais. » Monique Le Roux, En atten­dant Nadeau

« Première de la pièce de théâtre d’Alexan­dra Badea, à Théâtre Ouvert, en présence de Robin Renucci, copro­duc­teur du spec­tacle. Le titre s’im­pose comme dans le film de Jacques Becker avec Simone Signo­ret, Casque d’Or. Rien à voir cepen­dant avec une comé­dienne blonde comme les blés. Il n’y en a pas. Simple­ment, le port du casque est obli­ga­toire et donne une saveur singu­lière à la pièce d’Alexan­dra Badea, Europe Connexion, mise en scène par Matthieu Roy, de la Compa­gnie du Veilleur. L’ex­pé­rience se joue à Théâtre Ouvert. » Le Figaro

« Quand le théâtre dénonce les lobbies de l’in­dus­trie agroa­li­men­taire. Une pièce d’Alexan­dra Badea, mise en scène par Matthieu Roy, décrit les manœuvres d’in­dus­triels pour faire pres­sion sur les élus euro­péens. Glaçant ! » B. Escha­passe, Le Point

Infor­ma­tions

Équipe artis­tique

Mise en scène : Matthieu Roy – Cie du Veilleur
Traduc­trice, inter­prète et drama­turge : Ling-chih Chow
Scéno­gra­phie : Gaspard Pinta
Réali­sa­tion sonore : Mathilde Billaud assis­tée de Damien Pécourt
Lumière : Manuel Desfeux
Costumes : Noémie Edel assis­tée de Anaé Barthé­lémy
Assis­tante à la mise en scène : Victo­ria Duha­mel
Recherche et déve­lop­pe­ment : Alban Guille­mot
Dessins tech­niques : Antoine Terrasse
Régie géné­rale & lumière : Eric Corlay
Régie son : David Geffard ou Mathilde Billaud

Distri­bu­tion franco-taiwa­naise

Brice Carrois
Hélène Cheval­lier
Wei-Lien Wang
Yilin Yang
Chih-Wei Tseng

Produc­tion

Les Tréteaux de France – Centre drama­tique natio­nal
Compa­gnie du Veilleur
The Party Thea­ter Group
Copro­duc­tion Théâtre Ouvert – Centre natio­nal des drama­tur­gies contem­po­raines, Théâtre du Nord – CDN Lille Tour­coing Nord-Pas-de-Calais, Théâtre de Saint-Quen­tin-en-Yvelines – Scène natio­nale, Théâtre Jean Lurçat – Scène natio­nale d’Au­bus­son. Avec le soutien du Taipei Arts Festi­val, de l’Ins­ti­tut Français, de la Région Aqui­taine-Limou­sin-Poitou-Charentes, du Bureau Français à Taïwan, du Centre Cultu­rel de Taiwan à Paris, de l’Uni­ver­sité de Poitiers. Le spec­tacle est créé du 10 au 16 octobre 2016 au Taipei Art Festi­val et le 10 janvier 2017 au Théâtre Jean Lurçat – Scène Natio­nale d’Au­bus­son.

Matthieu Roy
Diplômé de l’école Supé­rieure d’Art Drama­tique du Théâtre Natio­nal de Stras­bourg (TNS), Matthieu Roy fonde la Cie du Veilleur à Poitiers en 2007. Asso­cié
à la Comé­die de Reims et à la Maison du Comé­dien Maria Casares, il créé L’amour conju­gal d’après le roman d’Al­berto Mora­via et Histoire d’amour (derniers chapitres) de Jean-Luc Lagarce.
Dès 2009, il engage un compa­gnon­nage avec l’au­teur français Chris­tophe Pellet dont il crée La confé­rence (2010), Qui a peur du loup ? (2011) et Un doux renie­ment (2012). En 2011, il commande une pièce à Mariette Navarro – Prodi­ges® – créée au Théâtre de Thouars en 2012. En 2013, Matthieu Roy engage le projet artis­tique Visage(s) de notre jeunesse : un trip­tyque autour des figures de l’ado­les­cence. Le premier opus Même les cheva­liers tombent dans l’ou­bli, commande d’écri­ture du Conseil géné­ral de la Seine-Saint-Denis à l’au­teur togo­lais Gustave Akakpo, a été créé au prin­temps 2013. En 2014, le deuxième opus Martyr de Marius von Mayen­burg, est créé. Enfin, en 2015, il créé Days of nothing de Fabrice Melquiot – dernier volet du trip­tyque. Par ailleurs, Matthieu Roy a mis en scène le conteur Yannick Jaulin dans Comment vider la mer avec une cuillère créé en 2015. L’Opéra de Rouen et l’En­semble Inter-contem­po­rain à Paris lui commandent la mise en espace de Pinoc­chio, spec­tacle musi­cal composé par Lucia Ronchetti, créé en 2017 à l’Opéra de Rouen. En 2016, à l’in­vi­ta­tion du Taipei Art Festi­val, il crée Europe connexion d’Alexan­dra Badea. Son dernier spec­tacle, Un Pays dans le ciel (2017), est une commande de Matthieu Roy et du Théâtre de la Poudre­rie à Aiat Fayez, suite à une rési­dence de l’au­teur à l’OFPRA – Office Français de Protec­tion des Réfu­giés et Apatrides. Aujourd’­hui, La Cie du Veilleur est une compa­gnie à rayon­ne­ment natio­nal et inter­na­tio­nal et Matthieu Roy est artiste asso­cié à la Scène natio­nale d’Au­bus­son et au Théâtre de Saint-Quen­tin- en-Yvelines, scène natio­nale.Depuis janvier 2017, il co-dirige avec Johanna Silber­stein La Maison Maria Casa­rès où il déve­loppe un site poly­cul­tu­rel ouvert au rythme des saisons.

Program­ma­tion

Saison 2017 –2018 Lun. 26 et Mar 27 février – SAINTES Gallia Théâtre
Jeu. 1er et ven. 2 mars – BRESSUIRE Scènes de terri­toires

Du mar. 6 au jeu 8 mars – POITIERS Espace Mendès France
Mer. 14 et jeu. 15 mars – RUNGIS Théâtre
Du mer. 21 au ven. 23 mars – MULHOUSE La Fila­ture, Scène natio­nale
Du mar. 27 au ven. 30 mars – BORDEAUX TNBA
Du mar. 3 au ven. 6 avril – BORDEAUX TNBA
Du mer. 11 au ven.13 avril – BAYONNE Scène natio­nale
Du mar. 17 au jeu.19 avril – EVREUX Le Tangram Scène natio­nale
Lun 23 & mar. 24 avril – LA ROCHELLE La Cour­sive
Jeu. 26 & ven. 27 avril – LONS Scène du jura, Scène natio­nale

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.