Aller au contenu

Exer­cices de situa­tion de crise dans les centrales nucléaires

Une analyse de Jacques Terra­cher du Collec­tif pour la sortie du nucléaire

Ces exer­cices sont régle­men­tai­re­ment obli­ga­toires. Ils permettent de tester les dispo­si­tifs de secours mis en oeuvre pour faire face à un acci­dent nucléaire. Ils sont donc fonda­men­ta­le­ment néces­saires à la sûreté nucléaire en recherche perma­nente d’amé­lio­ra­tions.

Les spécia­listes du nucléaire, qui sont égale­ment très forts en mathé­ma­tiques, nous assurent que l’ acci­dent est très haute­ment impro­bable ( une « chance » sur un milliard), pour­tant on compte déjà 5 acci­dents majeurs de réac­teurs dans le monde sur les quelque 500 qui ont été fabriqués.

Cela fait 1 cas sur 100, mais on parle là de réalité, pas de statis­tique théo­rique.

Les exer­cices sont-ils suffi­sants pour nous garan­tir que la société est capable de contrô­ler un acci­dent nucléaire ?

  • Si l’ acci­dent reste de faible niveau INES, oui. Les orga­nismes de secours de niveau dépar­te­men­tal semblent effi­caces pour répondre à un acci­dent mineur, dans le cadre du PPI limité admi­nis­tra­ti­ve­ment à 10 km.
  • Si l’ acci­dent attei­gnait le niveau 7, acci­dent majeur, l’ exer­cice du cadre PPI ne serait plus adapté. Il faudrait déclen­cher le « plan natio­nal de réponse à un acci­dent nucléaire ou radio­lo­gique majeur » car l’im­pact dépas­se­rait très rapi­de­ment la limite admi­nis­tra­tive des 10 km des PPI. Mais il n’ est pas prévu d’exer­cices qui mettent en œuvre le plan natio­nal.

Les exer­cices actuels, parce qu’ils sont limi­tés aux 10 km des PPI, ne répondent pas à une situa­tion d’ acci­dent majeur, ils ne présentent donc qu’ un inté­rêt limité. Pire encore, ils laissent de côté une large part de la popu­la­tion française en la main­te­nant dans l’igno­rance des bons compor­te­ment à adop­ter en cas d’ acci­dent majeur, comme si elle était sacri­fiée.

Dans le cas de l’ac­ci­dent majeur ( type Tcher­no­byl ou Fuku­shima), qu’est-il prévu au niveau natio­nal ?

Le minis­tère de la défense natio­nale a édité un plan en février 2014 : le « plan natio­nal de réponse à un acci­dent nucléaire ou radio­lo­gique majeur » . Le minis­tère est donc prêt à affron­ter une crise nucléaire majeure.

Mais les communes de France et leur popu­la­tion sont-elles prêtes ? Sûre­ment pas.

Ce plan est-il inté­gré à tous les PCS de France ? Sûre­ment pas.

Ce plan est-il connu de la popu­la­tion ? Sûre­ment pas.

Ce plan revient à étendre à toute la France les mesure qui sont prises dans les PPI dont les rayons d’ action se limite à 10km autour des sites nucléaires. Mais personne ne semble au courant.

Idem pour le plan ORSEC-iode de janvier 2013 : il concerne la France entière, mais aucune publi­cité n’en a été faite. Dès lors, comment faire appliquer un plan de secours à une popu­la­tion qui en ignore l’exis­tence ?

Pour qu’un exer­cice d’ alerte nucléaire soit véri­ta­ble­ment effi­cace, il faudrait qu’il soit de niveau natio­nal, car les acci­dents nucléaires majeurs sont, eux, de niveau inter­na­tio­nal.

Ces exer­cices ont quand même l’im­mense avan­tage de forcer la société à envi­sa­ger la possi­bi­lité d’un acci­dent nucléaire. La France qui a fait le choix du nucléaire doit main­te­nant aller au bout de cette logique et doit accep­ter le risque qui en résulte.

Le mythe du nucléaire infaillible est mort à Fuku­shima.

Même si un tsunami est peu probable à Civaux, d’autres causes malignes pour­raient abou­tir à une fusion totale d’un cœur de réac­teur et provoquer les mêmes résul­tats. Le nucléaire exerce une menace que nous devons tous prendre en compte, que nous en soyons parti­sans ou adver­saires.

La France devrait se prépa­rer à un acci­dent majeur, ce qui n’est pas le cas avec les exer­cices de PPI.

Les exer­cices de situa­tion de crise, tout comme les FARN qui en font partie, sont des dispo­si­tifs orga­ni­sa­tion­nels à carac­tère cura­tifs. Leur but n’ est pas d’évi­ter l’ac­ci­dent, mais d’y porter remède. Ils tentent de répondre à la ques­tion :

  • Que faire en cas d’ acci­dent ?

Les auto­ri­tés, qui sont mora­le­ment respon­sables de la créa­tion et du fonc­tion­ne­ment du nucléaire, y répondent. Tout est orga­nisé pour trai­ter une situa­tion d’ acci­dent. Partant de là, les auto­ri­tés ne seraient plus coupables de négli­gence en cas d’ acci­dent. Respon­sable mais pas coupa­ble…on a déjà entendu ça !

A titre préven­tif, on pour­rait se deman­der :

  • Que faire pour éviter un acci­dent nucléaire ?

Nous répon­dons : « Sortir du nucléaire » !

car le risque d’ acci­dent majeur ne sera jamais réduit à zero : son occur­rence à 1/100 le démontre trop bien.

Simi Valley (Cali­for­mie en 1959), 6 INES

  • Tcher­no­byl ( 1986), 7 INES
  • Fuku­shima, 3 réac­teurs en 2011, 7 INES

Quant aux acci­dents moins graves, de niveau 5 INES on en connaît 11, et de niveau 4 on en connaît 18, sachant que ni l’ URSS ni l’ Inde ni Israël ne commu­niquent leurs acci­dents.

Jacques Terra­cher, le 28/09/15

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.