Aller au contenu

Face au mépris des médias domi­nants

Face au mépris des médias domi­nants, à leur trai­te­ment délé­tère des mouve­ments sociaux : mobi­li­sons-nous !

par Acri­med, jeudi 13 décembre 2018

Nous lançons un appel à l’en­semble des forces poli­tiques de la gauche de gauche, aux jour­na­listes et à leurs syndi­cats, aux collec­tifs de jour­na­listes précaires, aux médias alter­na­tifs comme à l’en­semble des usagers des médias, pour contes­ter les dérives média­tiques actuelles et penser urgem­ment la réap­pro­pria­tion démo­cra­tique des médias (des) domi­nants !

Le trai­te­ment média­tique des mouve­ments sociaux en cours, et en parti­cu­lier celui des gilets jaunes, n’est hélas pas surpre­nant. Toute­fois, la mobi­li­sa­tion des médias domi­nants en défense du pouvoir poli­tique et des forces de répres­sion a pris depuis quelques semaines des propor­tions inédites.

Plus que jamais, les médias domi­nants jouent le rôle de gardiens de l’ordre établi.


Face à un mouve­ment s’ins­cri­vant dans la durée, à la diver­sité de ses reven­di­ca­tions, à sa popu­la­rité, et à la situa­tion de crise poli­tique dans laquelle il est en train de plon­ger le gouver­ne­ment, les maîtres (grands ducs et petits marquis) de l’es­pace média­tique resserrent les rangs. Il s’agit coûte que coûte de trou­ver des solu­tions de « sortie de crise » pour préser­ver le gouver­ne­ment en place, afin qu’il « garde le cap » des « réformes » libé­rales, et surtout de défendre les insti­tu­tions qui contri­buent à légi­ti­mer son pouvoir comme celui des tenan­ciers des grands médias. Le tout dans une suren­chère auto­ri­taire qui appuie et avalise l’em­ploi de la force par l’État ou appelle à davan­tage de répres­sion. Des objec­tifs parfai­te­ment synthé­ti­sés par Bernard-Henri Lévy, éter­nel phare de la pensée média­tique, dans un appel résu­mant l’es­prit qui règne parmi les chef­fe­ries édito­riales des « grandes » rédac­tions : « Que Macron parle ou pas, que l’on soit d’ac­cord avec lui ou non, qu’on soit pour ses réformes ou contre, n’a, à cet instant, aucune impor­tance. Face à la montée en puis­sance des fachos, des factieux et des enne­mis de la Répu­blique, une seule option digne : soutien au Président Macron. »

Contre les médias de démo­bi­li­sa­tion socia­le…


Comme à l’oc­ca­sion de chaque mouve­ment social, les chiens de garde se démul­ti­plient et quadrillent la quasi-tota­lité de l’es­pace média­tique en décré­tant ce que nous devons penser et ce dont il faut parler. Symp­tôme de la « grande peur » média­tique, tous les méca­nismes d’or­di­naire utili­sés pour la préser­va­tion de l’ordre établi sont ici mobi­li­sés à la puis­sance dix : suivisme vis-à-vis de la commu­ni­ca­tion gouver­ne­men­tale ; somma­tions inces­santes à ne pas aller mani­fes­ter ; surex­po­si­tion des violences (des mani­fes­tants) ; injonc­tions unanimes et unila­té­rales à les condam­ner ; délé­gi­ti­ma­tion des reven­di­ca­tions sociales et de certains repré­sen­tants des mobi­li­sa­tions, etc. Autant de rappels à l’ordre déver­sés de manière conti­nue sur les chaînes d’in­for­ma­tion telles que BFM-TV, LCI ou CNews.

Si les médias domi­nants ne fabriquent pas l’opi­nion à propre­ment parler (la défiance qu’ex­priment nombre de mani­fes­tants à leur égard en étant une des preuves), ils contri­buent, par tous ces méca­nismes, à :

– construire une atmo­sphère anxio­gène ;
– défi­nir les reven­di­ca­tions sociales et poli­tiques « légi­times » et défi­nir le cadre dans lequel ces reven­di­ca­tions doivent s’ex­pri­mer ;
– sélec­tion­ner et promou­voir la visi­bi­lité publique de porte-parole légi­times et de ceux qui ont le droit de s’ex­pri­mer.

Dans un tel contexte, les chef­fe­ries édito­riales se mobi­lisent en première ligne : chefs des services poli­tique/justice/police, rédac­teurs en chef, édito­ria­listes et chro­niqueurs idéo­logues sont, de manière encore plus flagrante que d’or­di­naire, de véri­tables mili­tants en service commandé pour la classe domi­nante et ses oligarques.

Contre ceux-là, notre appel s’adresse aussi à l’en­semble des jour­na­listes, précaires, forçats de l’in­for­ma­tion domi­nés par ces hiérar­chies étouf­fantes et dont le travail se trouve souvent mutilé, détourné et saboté selon le seul bon vouloir de leurs patrons et « respon­sables » : combien de temps encore les tenants du système média­tique pour­ront-ils exer­cer leur pouvoir sur le dos des jour­na­listes et en leur nom ?

… mobi­li­sons-nous !


Née dans la foulée du mouve­ment social de 1995, Acri­med est une asso­cia­tion qui dénonce les dérives d’une infor­ma­tion trop souvent partiale et biai­sée, fabriquée par des fondés de pouvoir de la classe domi­nante, qui ne trouvent jamais rien à redire au monde tel qu’il va. Un des objec­tifs de cette lutte consiste dans une trans­for­ma­tion radi­cale de l’es­pace média­tique, qui passe notam­ment par l’ex­pul­sion des forces de l’argent de cet espace et par l’ins­tau­ra­tion de condi­tions permet­tant une réelle appro­pria­tion démo­cra­tique de l’ex­pres­sion média­tique et une infor­ma­tion libre, indé­pen­dante et plura­liste.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’­hui un appel déter­miné, à l’en­semble des forces poli­tiques de la gauche de gauche, à l’en­semble des jour­na­listes, à leurs syndi­cats, aux collec­tifs de jour­na­listes précaires, aux médias alter­na­tifs comme à l’en­semble des usagers des médias à tous nous réunir urgem­ment. Comment ? Une grande réunion publique en janvier serait une première étape : pour mettre en commun les expé­riences et préoc­cu­pa­tions des uns et des autres, et pour discu­ter ensemble des actions concrètes à mener afin d’ex­pri­mer et faire entendre notre refus des dérives actuelles des médias domi­nants.


L’es­pace public et média­tique appar­tient à tous et ne saurait en aucun cas rester la propriété de la classe domi­nante. Notre combat doit deve­nir celui de tout le monde et nous invi­tons les acteurs des mouve­ments sociaux à s’em­pa­rer de la cause de la libé­ra­tion des médias.


Si vous souhai­tez connaitre les suites de cet appel ou vous impliquer dans de futures initia­tives, vous pouvez envoyer un message à l’adresse acri­me­dinfo(à)gmail.com. N’hé­si­tez pas à faire circu­ler et à relayer massi­ve­ment cet appel !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.