Aller au contenu

Jacques Bidet: « La leçon des gilets jaunes aux gilets rouges »

Tribune parue dans Libé­ra­tion du 22 décembre 2018

Par Jacques Bidet, Philo­sophe, membre d’« Ensemble! ». Auteur de « »Eux » et « Nous »? Une alter­na­tive au popu­lisme de gauche » (Kimé, 2018)

La mobi­li­sa­tion de ces dernières semaines doit servir de leçon à la gauche popu­laire, inca­pable de surmon­ter ses divi­sions. Plutôt que de multi­plier les partis et les mouve­ments, elle doit consti­tuer des collec­tifs locaux, lieux de débats et d’ac­tion citoyenne.

Tribune. La « gauche popu­laire », appe­lons ainsi celle qui s’est retrou­vée sur le vote Mélen­chon à la prési­den­tielle de 2017, a vu les gilets jaunes reprendre une bonne part de ses reven­di­ca­tions. Et pour­tant elle n’en ressort pas revi­go­rée. A-t-elle vrai­ment compris la leçon qui lui a été admi­nis­trée ?

Elle prétend « donner le pouvoir au peuple ». Mais elle est elle-même inca­pable de le lais­ser à son propre « peuple ». Ses frac­tions rivales aspirent, chacune, à montrer aux autres la voie à suivre, voire à les englo­ber. Aucune d’elles ne peut rassem­bler le tout, encore moins y inclure le poten­tiel révélé par les gilets jaunes. Toutes, au fond, se résignent à l’idée qu’on réglera fina­le­ment au mieux les comptes au sommet, par voie de petits arran­ge­ments. En atten­dant, chacune va de son côté à la défaite géné­rale.

Le para­doxe est que leurs pers­pec­tives sont plus conver­gentes que jamais. La France insou­mise ne parle plus de plan B pour l’euro. Les commu­nistes se sont démo­cra­ti­sés. Géné­ra­tion·s a rompu les amarres avec le vieux PS. L’exi­gence écolo­gique, portée par les Verts est deve­nue une charte pour tous. Chacun bien sûr a son point fort, son point d’hon­neur, et surtout ses inté­rêts propres. Mais, en 2012 déjà, l’exis­tence d’un programme commun avait ramené l’es­poir et permis de regrou­per les forces. En 2017, l’ef­fon­dre­ment, les divi­sions et le discré­dit du PS et le rallie­ment des Verts, avaient permis de rassem­bler près de 20 % des suffrages sur un candi­dat commun. Et voilà à nouveau la divi­sion !

La surprise vient du côté des gilets jaunes. Ils ont montré que l’on peut faire de la poli­tique « autre­ment » : à l’ho­ri­zon­tale. On a vu toute une popu­la­tion, suppo­sée plus ou moins hors-jeu, mani­fes­ter une conscience et une compé­tence insoupçon­nées, capable de mener à l’échelle du pays une action de longue durée qui lais­sera des traces dans la culture natio­nale. Il ne s’agit pas, pour la gauche popu­laire, de mimer les gilets jaunes. Elle doit simple­ment comprendre que le « peuple » auquel elle s’adresse ne la pren­dra pas au sérieux tant qu’elle n’aura pas changé sa pratique poli­tique.

L’idée est simple, et certains la mettent en avant depuis 2012. Ce que ne peuvent ni la forme « parti », ni la forme « mouve­ment », l’une mena­cée de sclé­rose bureau­cra­tique, l’autre de dérive charis­ma­tique, seule le peut la forme « collec­tif ».

Que les diverses orga­ni­sa­tions de la gauche popu­laire, sans rien aban­don­ner de leur iden­tité ni de leur dyna­mique propre, appellent à la consti­tu­tion, en chaque loca­lité ou circons­crip­tion, de collec­tifs dans lesquels se retrou­ve­ront toutes les personnes, membres ou non d’un parti, d’un syndi­cat ou d’une asso­cia­tion, prêtes à s’en­ga­ger sur les grandes orien­ta­tions communes. Et qu’elles recon­naissent à ces collec­tifs locaux, où elles seront elles-mêmes présentes et influentes à travers leurs membres, la pleine respon­sa­bi­lité poli­tique à leur niveau : la charge de mener le combat social et citoyen, de propo­ser des candi­dats aux élec­tions locales et natio­nales, etc. Non pas de simples « assem­blées géné­rales », souvent utiles mais par essence vola­tiles, mais des collec­tifs durables et incon­tes­tables par leur forme démo­cra­tique d’as­so­cia­tion. La remon­tée disci­pli­née vers le sommet n’est pas très diffi­cile à conce­voir, l’es­sen­tiel étant que le collec­tif central soit issu des rangs des collec­tifs de base et demeure sous leur contrôle, et par là d’au­tant plus capable d’ima­gi­na­tion, d’ini­tia­tive et de réac­tion.

Les diffé­rents partis et mouve­ments, présents et à venir, y trou­ve­ront leur espace natu­rel, où ils se déve­lop­pe­ront selon leur culture propre, à parta­ger comme un bien commun. Mais le pouvoir restera ancré en bas. Cela exigera, bien sûr, quelques prin­cipes corré­la­tifs d’or­ga­ni­sa­tion tout simple­ment démo­cra­tiques. En tout premier lieu, la limi­ta­tion de la réité­ra­tion des mandats, s’agis­sant tant des diri­geants que des candi­dats présen­tés aux charges élec­tives, les uns et les autres ayant amassé, au terme de leur enga­ge­ment, un capi­tal de pouvoir qui est à rendre au peuple.

Ce n’est qu’ainsi que pourra naître, aujourd’­hui en France, une grande force poli­tique popu­laire, diverse et cohé­rente. Et ce peuple d’ou­vriers et d’em­ployés, de chômeurs et d’in­dé­pen­dants, ce grand nombre dont les gilets jaunes sont l’image et le symbole, et qui s’est révélé si « poli­tique », pourra peut-être y recon­naître les siens.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.