Aller au contenu

Conver­gence des luttes : l’ini­tia­tive de F. Fruf­fin

Voici le compte-rendu sur l’ini­tia­tive F. Ruffin (et Lordon) à la Bourse du travail le 4 avril, rédigé par un cama­rade d’En­semble présent à l’AG :

  • Grande affluence, peut-être 1000 personnes (impos­sible d’en­trer dès 18h30 pour réunion à 19h). 500 à l’in­té­rieur, autant à l’ex­té­rieur. Tout cela en quelques jours par FB. Public Nuit Debout il me semble, mais aussi luttes en cours.
  • Initia­tive Ruffin-Lordon, mais visi­ble­ment coor­don­née avec : SNJ CGT (secré­taire géné­ral présent),la CGT Chemi­nots gare de Lyon, SUD Rail, Jolie Môme, l’équipe Fakir, etc …
  • Invi­ta­tions à la ronde de « person­na­li­tés » et surtout de syndi­ca­listes des luttes récentes : Chemi­nots, EHPAD, hôpi­taux, Holli­day Inn, VPC Uber, Green­peace, SUD PTT 92, Carre­four, étudiants. Porte-parole natio­nal de Soli­daires présent (sans prise de parole).
  • Pas de « poli­tiques » expli­cites (sauf Ruffin !). Etaient présents Coque­rel, Filoche, NPA, peut-être d’autres (mais pas vu). Aucun d’eux n’a parlé, c’était une règle fixée.
  • Direc­tion confé­dé­rale CGT consul­tée aussi selon certaines infos (surement d’autres syndi­cats aussi). En gros : pas contre, mais pas impliquée, une sorte de « bien­veillance inter­ro­ga­tive ».
  • Succes­sion de témoi­gnages des luttes, en commençant par les syndi­cats de chemi­nots. Ambiance enthou­siaste, de type Nuit Debout au début. Musique : « La fanfare invi­sible ».
  • Théma­tique géné­rale : les chemi­nots portent l’in­té­rêt géné­ral. Défendre tous les services publics. Tout le monde a droit à un statut (Ruffin : hyper correct sur ce thème).
  • Discours Lordon : « contre l’of­fen­sive géné­rale, débor­de­ment géné­ral ».
  • Discours Ruffin : s’ap­puyer sur toutes les initia­tives et toutes les dates déjà en cours. Adres­ser un « message au pays ». Propo­si­tion d’une date pour une mani­fes­ta­tion natio­nale à Paris, mobi­li­sant toute la société. Avril : problème vacances. Mai : seule date possible le 5 mai. Deman­der à tous les syndi­cats, asso­cia­tions, forces poli­tiques, de se pronon­cer. Il faut l’unité. Donc propo­si­tion le 5 mai, mais d’ici là s’ap­puyer sur tout ce qui est prévu : une date le 14 avril à Marseille,  et la date CGT du 19 avril. Faire partout des « comi­tés du 5 mai ». Quel nom donner ? Ruffin est pour : FaireSaFe­teAMa­cron. Lordon : Débor­de­ment géné­ral. Propo­si­tion : les deux !
  • Inter­ven­tion Jolie Môme : faire du 19 avril une date relai. Donc le soir du 19 : initia­tives dans les gares ou autres lieux. Bon clin d’œil à la CGT.
  • Et après le 5 mai on fait quoi? le 5 est un point de départ. On verra.
  • Vote à main levée pour le 5 mai : écra­sant. Quelques personnes disent : un peu tard.

Outils de Commu­ni­ca­tion :

Appré­cia­tion person­nelle : c’est plutôt un bon cadre (impar­fait sans doute, mais correct au vu de ce qui s’était passé sur ce débat à l’au­tomne 2017), ancré dans le ou les mouve­ments et les syndi­cats (chemi­nots notam­ment, même si pas les fédé­ra­tions), pour lancer cette « marche ». La base de départ est socia­le+ citoyenne. Evidem­ment, la réus­site implique la persis­tance de la dyna­mique de la grève chemi­nots.

Appel aux dons pour la cagnottes des grévistes : https://blogs.media­part.fr/les-invites-de-media­part/blog/230318/une-cagnotte-pour-les-chemi­nots-grevistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *