Aller au contenu

Le mythe du nucléaire sûr se fissure

Commu­niqué de presse de ACEVE, Les Amis de la Terre 86, GSIEN 86, UFC 86, Vienne Nature

 L’Au­to­rité de Sûreté Nucléaire (ASN) vient d’exi­ger l’ar­rêt de 5 réac­teurs nucléaires d’EDF pour effec­tuer des tests, dont Civaux 1. Sept autres, dont Civaux 2, n’ont toujours pas reçu l’au­to­ri­sa­tion de redé­mar­rer. En cause : le dépas­se­ment de la teneur en carbone de l’acier de certains équi­pe­ments vitaux pour la sûreté. Ce problème concerne quatre géné­ra­teurs de vapeur (GV) sur les huit que comportent les deux tranches de Civaux.

 Les géné­ra­teurs de vapeur sont déci­dé­ment un des maillons faibles des centrales. Leur vulné­ra­bi­lité est connue depuis long­temps. Ils vieillissent mal, comportent des milliers de tubes dont la fissu­ra­tion ou la rupture condui­rait à la conta­mi­na­tion du circuit secon­daire et au relâ­che­ment de radio­ac­ti­vité dans l’en­vi­ron­ne­ment (air et rivière). La fragi­li­sa­tion de l’acier des fonds de géné­ra­teurs par l’ excès de carbone vient aggra­ver ce risque.

Ces géné­ra­teurs défaillants sorti­raient des usines de Creu­sot Forge (filiale d’AREVA) et du Japo­nais JCFC (filiale de Mitsu­bi­shi). Il faudra expliquer pourquoi les pièces forgées dans deux usines si éloi­gnées présentent les mêmes défauts géné­riques.
A expliquer aussi les irré­gu­la­ri­tés consta­tées par l’ASN dans les dossiers de certi­fi­ca­tion des pièces qui concer­ne­raient 24 réac­teurs en France. Ces scan­dales illus­trent de manière écla­tante les limites du système de contrôle, où, faute de volonté ou de moyens, l’on postule que les indus­triels sont de bonne foi, déclarent d’eux-mêmes les problèmes et les résolvent pour garan­tir la sûreté.

[Des asso­cia­tions ont porté plainte pour faux et usage de faux et mise en danger de la vie d’au­trui auprès du Procu­reur de Paris, pour ce qui concerne la centrale de Fessen­heim.]

.

Une sortie du nucléaire doit être enfin entre­prise main­te­nant !

 Force est de consta­ter que le savoir-faire des indus­triels ne satis­fait plus les exigences de renta­bi­lité du nucléaire. Le rêve du savant devient le cauche­mar de l’in­gé­nieur. Les augmen­ta­tions de rende­ment des centrales et la prolon­ga­tion de leur durée de vie poussent les maté­riaux à leurs limites et multi­plient les risques. Plus que jamais, la « sûreté nucléaire » s’avère un mythe.

Parce que les équi­pe­ments concer­nés sont essen­tiels pour la sûreté et parce que la liste des réac­teurs impac­tés ne fait que s’al­lon­ger, le prin­cipe de précau­tion impose que la poli­tique éner­gé­tique de la France change de cap en plani­fiant la sortie du nucléaire avec l’ar­rêt des centrales par ordre de dange­ro­sité . Il nous semble urgent de ne pas dépen­ser des milliards d’eu­ros pour prolon­ger nos centrales nucléaires vieillis­santes , mais d’in­ves­tir ces sommes dans les écono­mies d’éner­gie et dans le déve­lop­pe­ment d’un mix d’éner­gies renou­ve­lables.

 Poitiers, le 26/10/16

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.