Aller au contenu

La désunion ne passera pas par moi + « appel des 100 » Vienne

Un « appel des 100 » dépar­te­men­tal

Lancé le 1er mai 2016, l’Ap­pel des 100 « Ensemble, favo­ri­ser l’ir­rup­tion citoyenne pour construire l’al­ter­na­tive » est un appel natio­nal signé par des univer­si­taires, des artistes, des syndi­ca­listes, des mili­tant-e-s asso­cia­tif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et respon­sables poli­tiques (socia­listes, écolo­gistes, commu­nistes, Ensemble, Répu­blique et socia­lisme, Front de gauche, …) qui porte une réelle plura­lité et lance le débat à gauche.

« Nous pensons que le rassem­ble­ment des forces de progrès, dans les domaines poli­tique, syndi­cal, asso­cia­tif, cultu­rel et intel­lec­tuel est indis­pen­sable pour créer les condi­tions de la mobi­li­sa­tion popu­laire« .

Il nous a semblé dans la Vienne que cet appel pouvait être amélioré. Nous avons donc travaillé dans un collec­tif unitaire à la rédac­tion d’un appel dépar­te­men­tal que nous vous invi­tons à signer :

.

Recons­truire un espoir à gauche c’est possible !

.

« Depuis 4 ans, celui qui préten­dait « combattre la finance » a trahi toutes les valeurs de gauche ouvrant un boule­vard à la déma­go­gie et au racisme du Front Natio­nal ainsi qu’à la suren­chère de la droite.

Après le pacte de compé­ti­ti­vité qui a offert des dizaines de milliards au patro­nat sans aucun résul­tat sur le chômage, l’ins­tau­ra­tion de l’état d’ur­gence, la déchéance de natio­na­lité, la perpé­tua­tion du modèle produc­ti­viste et consu­mé­riste, et surtout le passage en force de la loi « Travail », c’est l’écœu­re­ment et la colère qui dominent.

Les mobi­li­sa­tions contre la loi Travail ont remis sur le devant de la scène la ques­tion sociale. De même, les initia­tives et les luttes pour la préser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment se multi­plient comme les mobi­li­sa­tions pour le contre sommet de la COP21, la dénon­cia­tion des trai­tés de libre échange (TAFTA et du CETA). Cette volonté de lutter qui s’ex­prime manque pour­tant cruel­le­ment d’une repré­sen­ta­tion poli­tique crédible.

Seul le rassem­ble­ment des forces de gauche en rupture avec la poli­tique du gouver­ne­ment, peut repré­sen­ter et construire un nouvel espoir à gauche, et pour­tant la disper­sion conti­nue. Tout est en place pour que ce scéna­rio de l’élec­tion prési­den­tielle de 2017 soit écrit d’avance. C’est la machine à perdre qui est en marche.

Il y a urgence à rassem­bler toutes les forces, tous les Français qui n’en peuvent plus et aspirent à une véri­table poli­tique de progrès social et écolo­gique.

Sur la sortie des poli­tiques d’aus­té­rité, des logiques de guerre et du tout sécu­ri­taire, sur la lutte contre la finance et l’éva­sion fiscale, la relance des services publics et des inves­tis­se­ments produc­tifs, la baisse du temps de travail, la VIe Répu­blique, la refonte de l’Eu­rope, la plani­fi­ca­tion écolo­gique et l’ou­ver­ture d’un grand débat public sur la tran­si­tion éner­gé­tique portant notam­ment sur la part de l’éner­gie nucléaire qu’il faut rédui­re… les forces oppo­sées au libé­ra­lisme sont d’ac­cord sur l’es­sen­tiel, construire une véri­table alter­na­tive.

 Nous appe­lons toutes celles et tous ceux qui partagent ces valeurs à s’en­ga­ger dans un véri­table mouve­ment popu­laire et citoyen et construire une plate-forme de propo­si­tions à court et moyen termes pour le progrès social et écolo­gique, une poli­tique qui remette l’Hu­main au centre des préoc­cu­pa­tions.

Nous appe­lons toutes les forces, et tous les candi­dats qui se posi­tionnent sur cette alter­na­tive, sur ces valeurs de gauche, à s’en­ga­ger dans une telle démarche et abou­tir à des candi­da­tures communes à la prési­den­tielle, et aux légis­la­tives.

Unis, nous pouvons offrir aux Français les moyens d’im­po­ser une réelle appli­ca­tion d’un programme, en rupture avec la logique libé­rale, avec l’es­poir d’amé­lio­rer consi­dé­ra­ble­ment leurs condi­tions de vie. »

Signez ici

.

jeudi 17 novembre 2016

Meeting de l’ap­pel des 100 Vienne

 

Prochaine réunion de l’ap­pel des 100 Vienne

le mercredi 2 novembre à 20h30

.

***

La désunion ne passera pas par moi

 

Au niveau natio­nal un appel vient de sortir « La désunion ne passera pas par moi ».

Ensemble! 86 trouve cet appel très inté­res­sant car c’est une actua­li­sa­tion néces­saire de l’Ap­pel des Cent dans un contexte où le FN pros­père et mani­feste contre les réfu­gié.e.s, que la droite s’ins­crit dans son sillage, que le PS s’écroule dans l’in­dif­fé­rence.  Ce texte est une propo­si­tion poli­tique qui inter­pelle aussi sur l’après-élec­tions.

Ensemble ! 86 vous invite égale­ment à le signer :

« Et pour­tant, alors que la gauche anti­li­bé­rale et écolo­gique est d’ac­cord sur l’es­sen­tiel, les candi­da­tures se multi­plient avec le risque que l’al­ter­na­tive à gauche devienne inau­dible. (…) Nous allons propo­ser, construire l’union, forcer à l’union. En signant en masse cette tribune-péti­tion, qui dit simple­ment : « pour 2017, il faut une seule candi­da­ture de l’al­ter­na­tive à gauche, nous avons trop de points d’ac­cord ! ». Si nous sommes des centaines de milliers à la récla­mer, elle s’im­po­sera. »

Ses premiers signa­taires : Etienne Bali­bar (philo­sophe), Jacques Bidet (philo­sophe), Alima Boume­diene-Thiery (avocate), Patrick Braoue­zec (député hono­raire), Pierre Cours-Salies (socio­logue), Laurent Eyraud-Chaume (comé­dien), Robert Guédi­guian (cinéaste), Alain Hayot (socio­logue), Anne Jollet (histo­rienne), Pierre Khalfa (co-président de la Fonda­tion Coper­nic), Rémi Lefebvre (poli­tiste), Ben Lefe­tey (mili­tant alter­mon­dia­liste), Noël Mamère (député écolo­giste), Philippe Marlière (poli­tiste), Gérard Mordillat (écri­vain), Jean-Pierre Petit (musi­cien), Domi­nique Noguères (avocate), Willy Pelle­tier (coor­di­na­teur géné­ral de la Fonda­tion Coper­nic), Jean-François Pellis­sier (co-porte-parole d’En­semble), Marie-Chris­tine Vergiat (dépu­tée euro­péenne Front de Gauche), Marie-Pierre Vieu (conseil natio­nal du PCF), Sophie Wahnich (histo­rienne), Pierre Zarka (ancien direc­teur du jour­nal L’Hu­ma­nité), Malika Zediri (asso­cia­tion chômeurs APEIS)

Signez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.