Aller au contenu

Sépa­rer les morts des vivants

C’est le thème central passion­nant de la dernière livrai­son de « l’Ac­tua­lité Poitou Charentes »

La revue de l’Es­pace Mendès France de Poitiers a changé de nom pour s’ap­pe­ler main­te­nant « L’ac­tua­lité Nouvelle Aqui­taine », nouveau décou­page admi­nis­tra­tif régio­nal oblige – c’est le mot « oblige » qui est ici impor­tant.

Le « spécial archéo­lo­gie » n°113 est derrière nous. Le numéro 114 revient à son éclec­tisme bien­venu, à ses thèmes guidés d’abord par une curio­sité tous azimuts.

On y trouve des invi­ta­tions à la lecture de poésie, de romans, de BD, d’es­sais en rela­tion avec l’ac­tua­lité locale.

Nous avons était très inté­res­sés par un article d’un cher­cheur borde­lais, Éric Chau­vier, qui a étudié le péri­phé­rique borde­lais, le plus long de France. Il le quali­fie de » faux progrès », de contrainte qui est « un marqueur des dysfonc­tion­ne­ments actuels » pour s’in­ter­ro­ger « comment la ville fait souf­frir ». La métro­po­li­sa­tion provoque  des déséqui­libres facteur de profondes inéga­li­tés « comme si fina­le­ment les riches des centres-villes avaient besoin des pauvres pour, disons-le crûment, stimu­ler leur libido, ou du moins se proje­ter et sortir de leur ennui ».

Le dossier central de « L’ac­tua­lité » s’in­ti­tule In fine et s’at­tache à parler de la néces­sité pour les socié­tés de sépa­rer les morts et les vivants dans des aspects parfois inat­ten­dus.

À propos du portrait post mortem du père Camille de la Croix, en 1911, mis en scène dans son petit musée des moulages méro­vin­giens.

Rites d’en­trée et de sortie. Chaque culture témoigne d’une volonté de bien sépa­rer les morts des vivants, voilà pourquoi les funé­railles sont univer­selles. Qu’on le veuille ou non, « il faut que le mort s’en aille » comme nous l’ex­plique le socio-anthro­po­logue Patrick Baudry.

Diagnos­tiquer la mort. Comment distin­guer une personne vivante d’une personne décé­dée ? À un ques­tion­ne­ment aussi fonda­men­tal, pas de réponse univer­selle. Olivier Lesieur et René Robert, méde­cins réani­ma­teurs, nous éclairent.

Celle qui fait parler les morts. Psychiatre et méde­cin légiste à Poitiers, Alexia Delbreil présente ce métier atypique qui suscite à la fois un vif inté­rêt et un profond malaise. Qu’en est-il réel­le­ment ?

Cadavre, autop­sie et scène de crime. Les cadavres présen­tés dans les séries ou films poli­ciers en disent long sur notre rapport à la mort. Maud Desmet a écrit une thèse puis un livre paru en août dernier sur le sujet.

Un mort au cœur grena­dine. Cyril Brèque décrit SimLife, dispo­si­tif qui permet de revas­cu­la­ri­ser des cadavres pour la forma­tion des futurs chirur­giens.

Nean­der­tal, Canni­bale Gour­met. L’an­thro­po­logue Bruno Maureille revi­site les sites archéo­lo­giques de Charente et de Dordogne en s’in­ter­ro­geant sur les pratiques des Néan­der­ta­liens.

Enter­rer des pesti­fé­rés. D’abord soucieux de respec­ter autant que possible les rites funé­raires, les popu­la­tions victimes d’épi­dé­mies de peste ont  ni par redou­ter le contact avec les défunts. Expli­ca­tions avec Sacha Kacki.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.