Aller au contenu

Toujours la guerre ?

Au lende­main des élec­tions prési­den­tielles en Argen­tine un article attire notre atten­tion sur la situa­tion ici

Amnis­tie des fauteurs de guerre et après ? Nouvelle guerre ?

Résis­ter c’est en pas se plier au déter­mi­nisme auto­réa­li­sa­teur de « toujours la guerre »

Au lende­main des élec­tions prési­den­tielles en Argen­tine un article attire notre atten­tion.

Il ne s’agit pas des résul­tats, non plus des stra­té­gies ou des alliances des forces en présence.

Cette nouvelle nous informe que plusieurs jour­na­listes de « la nación »mani­festent leur oppo­si­tion à un édito­rial du jour­nal argen­tin deman­dant l’am­nis­tie ainsi que l’ar­rêt des pour­suites des anciens tortion­naires pendant la dicta­ture mili­taire (1976–1983).

Article repris dans « le Monde » du 23 /11 /2015

Nous ne pouvons rester indif­fé­rents et nous dénonçons de la manière la plus éner­gique ces événe­ments contre les droits de l’homme. Nous dénonçons cette mani­pu­la­tion tendant à effa­cer les millions de dispa­rus, de tous les âges et issus de tous les secteurs sociaux cultu­rels, profes­sion­nels, univer­si­taires, artistes, ouvriers, étudiants et même des bébés . « Plus jamais ça »

Mais au-delà de notre indi­gna­tion et en nous nous reven­diquons citoyens du monde, il y a dans cette situa­tion kafkaïenne matière à notre réflexion.

Il ne s’agit pas de trans­po­ser la situa­tion argen­tine ici ou ailleurs.

Nous n’ana­ly­se­rons pas ici des stra­té­gies des partis poli­tiques argen­tins pour faire des compa­rai­sons simplistes car se serait insuf­fi­sant pour comprendre des situa­tions dans des lati­tudes socio-cultu­relles diffé­rentes.

Mais on peut réagir à des point d’éveil cligno­tants ou symp­to­ma­tiques qui amènent à prendre posi­tion parce qu’il y a une situa­tion extrême : la guerre !!

C’est notre devoir d’Homme, porteur, défen­seur, mili­tant de la VIE, de faire la GUERRE à la GUERRE.

Le langage devient idéo­lo­gie : « échan­geons nos liber­tés contre des mesures de sécu­rité ». Élimi­nons nos enne­mis, et l’idéo­lo­gie déjà mise en exergue par tous les moyens de Démo­cra­tie Forte : ce système auto­ri­taire appuyé sur une struc­ture juri­dique qui exploite la peur, cette insé­cu­rité provoquant l’ex­crois­sance des forces répres­sives auto-réali­sa­trices.

Et voilà les théo­ri­ciens agitant ce fantasme de la Démo­cra­tie Forte.

L’His­toire ne se répète pas. Cela était présent chez les mili­tants des droits de l’homme dans le passé, battons-nous pour empê­cher le futur morbide.

Román Domín­guez

28/11/2015

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.