Aller au contenu

Élec­tions prési­den­tielles et légis­la­tives : Ensemble! fait des choix

Les trois propo­si­tions d’orien­ta­tion soumises au vote pour la consul­ta­tion orga­ni­sée auprès des adhé­rent-es d’En­semble! avant le Collec­tif Natio­nal des 19 et 20 novembre 2016.

Propo­si­tion 1

Présen­ta­tion

Pour sortir de la para­ly­sie, agis­sons ensemble et enga­geons une campagne commune avec Jean Luc Mélen­chon.

Les raisons de notre soutien à la candi­da­ture de JLM.

Elles tiennent d’abord à la conscience des enjeux. Il s’agit, face à la droite et l’ex­trême droite, de faire s’ex­pri­mer un vote popu­laire qui sanc­tionne à gauche la poli­tique désas­treuse menée par le gouver­ne­ment et les partis qui le soutiennent.  Quelles que soient nos diver­gences avec Jean Luc Mélen­chon, la constance de ses enga­ge­ments, son refus des compro­mis­sions et des alliances à géomé­trie variable ont installé sa candi­da­ture comme  la plus crédible à gauche.

Elles se rapportent  ensuite au programme social et écolo­gique défendu : proxi­mité du programme l’Ave­nir en commun  avec l’Hu­main d’abord,  mesures prio­ri­taires  qui corres­pondent aux inté­rêts de notre camp social.

Elles ont trait enfin à la citoyen­neté du mouve­ment appelé à soute­nir cette candi­da­ture, de nature à récon­ci­lier les citoyen(ne)s et la poli­tique.

Une même cohé­rence poli­tique pour la prési­den­tielle et les légis­la­tives.

Ces campagnes parti­cipent d’une même séquence poli­tique, d’une même logique et d’un même choix.  Parce qu’elles ont les mêmes prio­ri­tés, elles doivent donc être appré­hen­dées, prépa­rées et menées ensemble en asso­ciant toutes les forces prêtes à s’en­ga­ger en ce sens.

Des moda­li­tés de soutien complé­men­taires

Certains d’entre nous parti­cipent à l’Es­pace de conver­gence qui regroupe les forces poli­tiques déjà  enga­gées  et à l’ani­ma­tion de   Collec­tifs Insou­mis. D’autres  souhaitent contri­buer à la créa­tion d’un cadre de campagne jugé plus rassem­bleur et mieux à même de faire « front commun ». Mais parce que nous pour­sui­vons le même objec­tif rappelé plus haut ces enga­ge­ments ne sont pas contra­dic­toires mais  complé­men­taires.

Une expres­sion auto­nome d’En­semble sur ce qui nous diffé­ren­cie.

Elle est indis­pen­sable parce que  des diffé­rences existent avec JLM  sur des points impor­tants. Notre concep­tion  du droit des peuples à dispo­ser d’eux même et  d’ une souve­rai­neté popu­laire qui prime sur la souve­rai­neté natio­nale, la place centrale que nous accor­dons à l’auto orga­ni­sa­tion et l’au­to­ges­tion, doivent être défen­dues et enten­dues.

Sortir enfin de la para­ly­sie.

Même impar­faite la candi­da­ture de JLM est la mieux  à même de faire entendre l’al­ter­na­tive que  porte la gauche de gauche. C’est pourquoi il nous faut conju­guer nos efforts et non les disso­cier. Vouloir faire de la parti­ci­pa­tion ou non à France Insou­mise le discri­mi­nant prin­ci­pal et  se divi­ser sur ce point revien­drait à faire le jeu de  l’in­dé­ci­sion et de l’at­ten­tisme. Bien loin des préoc­cu­pa­tions popu­laires, cela nous main­tien­drait des mois encore dans l’in­ca­pa­cité de peser sur le contenu et la dyna­mique des campagnes prési­den­tielles et légis­la­tives et de tracer une pers­pec­tive qui rassemble notre camp social. Pour mettre fin à la para­ly­sie d’En­semble, ne nous nous divi­sons pas. Entre cama­rades d’ac­cord sur l’es­sen­tiel,  unis­sons nos forces !

Propo­si­tion

Ensemble décide :

  • de soute­nir la candi­da­ture de Jean Luc Mélen­chon pour l’élec­tion prési­den­tielle de 2017
  • de mener une campagne commune pour l’élec­tion prési­den­tielle et les élec­tions légis­la­tives, les deux échéances étant liées, dans le cadre de France Insou­mise ou dans un autre cadre plus large et plus plura­liste dont les moda­li­tés sont à défi­nir notam­ment en conver­gence avec l’ap­pel Front Commun.
  • d’avoir une expres­sion auto­nome sur ce qui nous diffé­ren­cie de Jean Luc Mélen­chon et de France Insou­mise.
  • de déve­lop­per et d’ani­mer partout où les condi­tions le permettent les comi­tés de soutien locaux à ces deux campagnes.
  • de pour­suivre le travail d’éla­bo­ra­tion du programme « L’ave­nir en commun ».
  • de contri­buer à lever tous les obstacles à des candi­da­tures unitaires aux légis­la­tives notam­ment par rapport au PCF et de propo­ser des candi­da­tures de cama­rades d’En­semble à ces élec­tions dans le cadre d’une campagne natio­nale commune.

.

Propo­si­tion 2

Présen­ta­tion

Ensemble ! a défini, à son AG de juin, une orien­ta­tion visant à rassem­bler, autour d’une base poli­tique commune, les forces poli­tiques et sociales défen­dant une alter­na­tive au néoli­bé­ra­lisme et à la poli­tique du gouver­ne­ment, «  forces du Front de Gauche, France insou­mise, EELV, socia­listes critiques, Nouvelle Donne, NPA, orga­ni­sa­tions et mili­tants des mouve­ments sociaux et des forces citoyennes  ».

Nous menons une campagne durable pour des candi­da­tures unitaires en 2017, légis­la­tives comme prési­den­tielle.

L’ap­pel des 100, comme d’autres initia­tives unitaires, permettent d’avan­cer dans ce sens.

Le rassem­ble­ment de la gauche alter­na­tive est déci­sif dans la situa­tion : sans lui, on ne peut gagner l’hé­gé­mo­nie à gauche et mino­ri­ser le social libé­ra­lisme ; on ne peut permettre l’im­pli­ca­tion de secteurs du mouve­ment social (contre la loi Travail, la déchéance de natio­na­lité, pour l’ac­cueil des réfu­giés…) ; on ne peut construire une alter­na­tive assez forte pour résis­ter à un retour d’une droite hyper-réac­tion­naire flanquée d’une extrême-droite au plus haut ; on ne peut écar­ter la menace de dislo­ca­tion de la gauche alter­na­tive, notam­ment aux légis­la­tives, si elle n’est pas unie.

Nos choix pour la prési­den­tielle ne peuvent être contra­dic­toires avec ces objec­tifs.

A ce jour,  dans une situa­tion encore mouvante, entre les diffé­rentes candi­da­tures annon­cées ou envi­sa­gées, JLM rencontre un écho et s’ins­talle dans les médias. Mais le contexte social et poli­tique, et sa campagne, sont bien diffé­rentes de ceux de 2012 : en l’ab­sence d’un cadre collec­tif, qu’il refuse, il déve­loppe une logique poli­tique nouvelle, autour d’un « indé­pen­dan­tisme français » qui l’amène à des posi­tions inac­cep­tables, sur les réfu­gié-e-s, les travailleuses et travailleurs déta­ché-e-s, l’Union Euro­péenne, des ques­tions inter­na­tio­nales.

Mais surtout, JLM 2017 déve­loppe sa campagne contre toute idée de rassem­ble­ment des forces de la gauche alter­na­tive, et étend la même logique aux légis­la­tives, par des candi­da­tures réduites partout au cadre de la France Insou­mise, provoquant la désunion de la gauche alter­na­tive. Cela a été confirmé lors des assises de la F.I. le 15 octobre, et les demandes pour une ouver­ture unitaire n’ont pas été enten­dues. La recons­truc­tion d’une gauche véri­table ne pourra se faire derrière un seul courant, mais par le rassem­ble­ment d’un front poli­tique et social, et non par un projet étroit aban­don­nant l’am­bi­tion d’un front commun. Ensemble ! ne peut rejoindre une campagne impo­sée sans cadre collec­tif à égalité entre diffé­rentes forces. “Sou­te­nir” et inté­grer main­te­nant la campagne JLM 2017, c’est être rede­vables des posi­tions qu’il défend. Ce serait, de fait, aban­don­ner notre action dans la pers­pec­tive d’un rassem­ble­ment, puisque dans ce cas nous soutien­drions une campagne qui en combat l’idée même.

Nous devons conti­nuer la discus­sion avec toutes les forces de la gauche alter­na­tive. Si ne se dégage aucune candi­da­ture de large rassem­ble­ment à la prési­den­tielle, et au vu des candi­da­tures exis­tantes, dont celle de J.-L. Mélen­chon, Ensemble ! Déter­mi­nera sa posi­tion pour le vote, en toute indé­pen­dance.

Notre orien­ta­tion poli­tique de rassem­ble­ment pour la recons­truc­tion d’une gauche de trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique ne peut être mise entre paren­thèse pendant les échéances de 2017.

Propo­si­tion

  • Ensemble ! confirme sa poli­tique de rassem­ble­ment des forces poli­tiques et sociales oppo­sées au néoli­bé­ra­lisme et à la poli­tique du gouver­ne­ment. Nous menons une campagne visant à des candi­da­tures unitaires en 2017, prési­den­tielle et légis­la­tives, sur une base poli­tique commune, discu­tée autour de l’«  Appel des cent  » ou d’autres initia­tives de ce type.
  • Les condi­tions ne sont pas réunies, à ce stade, pour soute­nir et parti­ci­per à la campagne de J.-L. Mélen­chon, qui ne porte pas un projet de rassem­ble­ment et veut impo­ser aux légis­la­tives un cadre qui empêche des candi­da­tures unitaires de la gauche alter­na­tive.
  • 
Si ne se dégage aucune candi­da­ture de large rassem­ble­ment à la prési­den­tielle, et au vu des candi­da­tures exis­tantes, dont celle de J.-L. Mélen­chon, Ensemble ! déter­mi­nera sa posi­tion pour le vote, en toute indé­pen­dance.

.

Propo­si­tion 3

Présen­ta­tion

Les élec­tions de 2017 vont consti­tuer une nouvelle étape de la crise poli­tique de la société française : duel droite / extrême droite annoncé, crise histo­rique de la gauche après le quinquen­nat de Hollande… La ques­tion de l’émer­gence d’une nouvelle gauche rassem­blant les forces clai­re­ment oppo­sées au libé­ra­lisme se posera dans des condi­tions nouvelles. L’éner­gie et la créa­ti­vité du mouve­ment contre la loi El Khomri, de Nuit Debout, des résis­tances écolo­gistes… montrent les poten­tia­li­tés de la situa­tion.

Deux réali­tés sont incon­tour­nables à gauche aujourd’­hui :

La divi­sion des forces poli­tiques oppo­sées à Hollande pour l’élec­tion prési­den­tielle. Les gauches du PS sont dans la primaire. EELV désigne son candi­dat. Le Front de gauche s’est disloqué. « Pour­suivre la bataille unitaire » ne peut se faire sans tenir compte des possi­bi­li­tés de sa réali­sa­tion, au risque de déva­lo­ri­ser une ambi­tion néces­saire.

La candi­da­ture de Jean Luc Mélen­chon s’est instal­lée dans l’élec­to­rat popu­laire et permet une sanc­tion à gauche du gouver­ne­ment. Son score repré­sen­tera un élément du rapport de force qui pèsera pour les mobi­li­sa­tions à venir et pour l’es­pace poli­tique de la gauche alter­na­tive. C’est pourquoi Ensemble doit s’en­ga­ger dans la campagne en faveur de Jean Luc Mélen­chon.

Mais le projet de son mouve­ment « France insou­mise », qui vise à être le cadre unique de la recom­po­si­tion poli­tique, est basé sur une concep­tion prési­den­tia­liste de la poli­tique et s’op­pose à toute démarche de co-construc­tion entre forces sociales, poli­tiques, et citoyennes à travers des fronts plura­listes, des alliances.

Cela rend impos­sible de parti­ci­per natio­na­le­ment à la France Insou­mise (même si les situa­tions locales seront diverses) Comme le dit Front Commun, nous faisons la propo­si­tion d’une campagne commune plura­liste dans un cadre plus large.
Nous parta­geons une grande part des combats de Jean Luc Mélen­chon comme en 2012. Sur les diver­gences actuelles (sur la Russie et la Syrie, les migrants, la vision de la France…) Ensemble donnera ses posi­tions en pleine auto­no­mie

La situa­tion est diffi­cile. Mais il ne faut pas contour­ner les batailles qui sont devant nous. Pour les légis­la­tives, il faut refu­ser la divi­sion morti­fère au sein de la gauche anti Hollande et cher­cher au maxi­mum les conver­gences à travers des candi­da­tures communes, des accords de répar­ti­tion… Des points d’ap­puis existent : dans l’ap­pel Front Commun, à travers les débats du PCF qui peut choi­sir au final d’ap­pe­ler à voter pour Mélen­chon, dans le travail entre­pris dans l’Ap­pel des 100, parmi les syndi­ca­listes et asso­cia­tifs qui cherchent une alter­na­tive poli­tique sans vouloir se rallier à un mouve­ment prési­den­tia­li­sé…
Ensemble peut jouer un rôle de trait d’union pour permettre l’émer­gence dans la prochaine période d’une nouvelle gauche alter­na­tive, porteuse des aspi­ra­tions démo­cra­tiques, sociales, écolo­giques et radi­cales qui s’ex­priment. Cela suppose d’être force d’ini­tia­tive en conser­vant notre indé­pen­dance.

Propo­si­tion

Ensemble décide :

  • de soute­nir la candi­da­ture de Jean Luc Mélen­chon et de propo­ser à France Insou­mise et aux forces qui envi­sagent de le soute­nir de consti­tuer un cadre natio­nal commun et des collec­tifs locaux, pour une campagne plura­liste asso­ciant forces sociales, citoyennes et poli­tiques, sans parti­ci­per natio­na­le­ment au mouve­ment « France insou­mise »
  • de déve­lop­per les initia­tives propres d’En­semble en soutien à la candi­da­ture de Jean Luc Mélen­chon, en se réser­vant la possi­bi­lité de s’ex­pri­mer publique­ment en cas de désac­cord
  • de parti­ci­per au cadre « Front Commun » et de pour­suivre le travail engagé dans « l’ap­pel des Cents »
  • de refu­ser la concur­rence entre les candi­da­tures du PCF, de la France Insou­mise, d’EELV… pour les élec­tions légis­la­tives et de cher­cher à concré­ti­ser des candi­da­tures communes rassem­blant les forces oppo­sées au gouver­ne­ment
  • de propo­ser des candi­da­tures d’En­semble, notam­ment dans des circons­crip­tions éligibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.