Aller au contenu

Pour un accueil incon­di­tion­nel des réfu­gié.e.s

Commu­niqué daté du 14 octobre de l’Union syndi­cale de la psychia­trie.

Ce syndi­cat tien­dra son congrès à Poitiers les 14–15–16 mars sur le thème des migrant.e.s et des réfu­gié.e.s.

Une réunion publique aura lieu le 24 mars.

 

 

« Les migrants et réfu­giés, dont la situa­tion est la consé­quence de la mondia­li­sa­tion néoli­bé­rale et de ses guerres, montrent aux psys et aux mili­tant.e.s qui inter­viennent auprès d’eux, avec eux, les effets trau­ma­tiques sur le corps et le psychisme de ces périples terribles.

 

Nous affir­mons la néces­sité abso­lue pour ces migrants et réfu­giés d’un premier accueil, de temps long, incon­di­tion­nel. Chaque mur dressé pour clôtu­rer hermé­tique­ment les fron­tières, chaque centre de réten­tion ou de tri entre « bons migrants » et les autres, chaque OQTF distri­buée par les commis­sa­riats, sont donc, à chaque fois, une violence de plus portée à la condi­tion humaine. Ce sont des atteintes à la pensée humaine qui aggravent des vécus trau­ma­tiques anté­rieurs de nos frères et sœurs humains quelque soient leur nature.

 

L’USP réaf­firme donc sa défense de cet accueil incon­di­tion­nel qui doit permettre le temps d’ac­cès aux démarches admi­nis­tra­tives, juri­diques, d’un héber­ge­ment et d’un accès aux soins de droit commun. Lais­ser les migrants à la rue est une indi­gnité, qui bafoue les conven­tions de Genève. Leur crimi­na­li­sa­tion et celle de leur soutien est une évolu­tion terri­fiante de notre société.

 

L USP soutient et parti­cipe aux collec­tifs larges qui se consti­tuent pour le défendre et orga­ni­ser un véri­table accueil alter­na­tif. C’est le premier acte soignant à mettre en œuvre. Cet acte soignant est un acte mili­tant face au défer­le­ment des propos de haine et xéno­phobes qui servent de support à des campagnes élec­to­rales indignes. Elle réaf­firme égale­ment que c’est le sens d’une poli­tique de secteur psychia­trique géné­ra­liste. L’ac­cueil, l’hos­pi­ta­lité, le soin sont incon­di­tion­nels. Il est impé­ra­tif d’avoir à le réaf­fir­mer. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.