Aller au contenu

TES : Une base de données « mons­trueuse » et poten­tiel­le­ment liber­ti­cide auto­ri­sée par le gouver­ne­ment

Une fois encore dans le gouver­ne­ment se four­voie dans le registre  « la droite en avait rêvé, la gauche le fait ». Ce dimanche 30 octobre 2016, il vient de créer — par décret — le  fichier « Titres élec­tro­niques sécu­ri­sés » (TES) fichier regrou­pant les infor­ma­tions liées à la créa­tion des pièces d’iden­tité et passe­port ; plus préci­sé­ment ce fichier — natio­nal et unique — rassem­blera les données person­nelles et biomé­triques de la quasi tota­lité des Français. Le fameux « fichier des gens honnêtes » voulu par le précé­dent gouver­ne­ment, retoqué par le Conseil consti­tu­tion­nel en 2012, est donc lancé non pas par une loi comme l’im­po­se­rait une déci­sion de cette impor­tance mais par un simple décret qui intègre les obser­va­tions faites à l’époque par le Conseil consti­tu­tion­nel… et ignore toujours les réserves de la Commis­sion natio­nale de l’in­for­ma­tique et des liber­tés (CNIL). En effet, la CNIL souli­gnait les dangers inhé­rents à un tel système centra­lisé et suggé­rait de rassem­bler les infor­ma­tions sur une puce, dans chaque pièce d’iden­tité.

Aujourd’­hui, le texte prévoit expli­ci­te­ment que « le trai­te­ment ne comporte pas de dispo­si­tif de recherche permet­tant l’iden­ti­fi­ca­tion à partir de l’image numé­ri­sée du visage ou de l’image numé­ri­sée des empreintes digi­tales enre­gis­trées dans ce trai­te­ment ». Demain, prochai­ne­ment peut-être, par le même canal et en igno­rant pareille­ment le Parle­ment, un gouver­ne­ment pourra auto­ri­ser de partir du fichier pour iden­ti­fier des personnes, à partir des critères biomé­triques tel que la couleur des yeux, la forme du visage ou l’em­preinte digi­tale. Et pourquoi pas, il pour­rait aussi élar­gir le champs des personnes auto­ri­sées à utili­ser ce fichier ou permettre d’ef­fec­tuer des croi­se­ments tous azimuts. Pour aller vite, les camé­ras de surveillance ou de simples photos pour­raient permettre de retrou­ver l’iden­tité des passants, les parti­ci­pants à une réunion ou à une mani­fes­ta­tion  … et de les suivre sur la durée.

On le sait à la suite des révé­la­tions faites par Edward Snow­den en 2013 sur la NSA, les capa­ci­tés tech­niques de surveillance étatiques géné­ra­li­sée existent et la France, avec la DGSE, n’est pas en reste comme la révélé Le Monde dans la foulée et confirmé Libé­ra­tion. Couplée à ces dispo­si­tifs, l’exis­tence de ce fichier ouvre des pers­pec­tives véri­ta­ble­ment terri­fiantes.

A ce sujet, lire l’in­ter­view de Gaëtan Gorce, séna­teur socia­liste de la Nièvre et commis­saire de la CNIL, dans Libé­ra­tion du 31 octobre : Fichier des pièces d’iden­tité : « Ce décret crée un monstre » ; ou encore ces articles dans Nume­rama L’iden­tité biomé­trique de 60 millions de Français réunie dans un seul fichier. ou NextIm­pact Au Jour­nal offi­ciel, un fichier biomé­trique de 60 millions de « gens honnêtes ». Écou­ter aussi, le débat Michel Tubiana de la Ligue des droits de l’homme et Philippe Goujon député LR (qui évidem­ment pousse à retrou­ver la lettre du « fichier des gens honnêtes »)  sur RTL ce matin.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.