Aller au contenu

« Déter­miné.e.s pour nos retraites »

Commu­niqué inter­syn­di­cal du 4 octobre :

L’in­ter­syn­di­cale, réunie le 3 octobre à Bagno­let, a pris acte de la volonté du gouver­ne­ment d’ou­vrir des consul­ta­tions concer­nant notre système de retraite. Il faut que le gouver­ne­ment précise ses inten­tions, ses éléments de diagnos­tics, la méthode de concer­ta­tion et ses objec­tifs.
Atta­chées au système par répar­ti­tion, les orga­ni­sa­tions syndi­cales se disent ouvertes pour mener des concer­ta­tions qu’elles souhaitent loyales et trans­pa­rentes pour plus de justice sociale. Celles-ci doivent porter sur les dispo­si­tifs de carrières longues, de péni­bi­lité et d’usure au travail, de tran­si­tion emploi retraite et de fins de carrière, d’em­ploi des séniors, de mini­mum retraite, de finan­ce­ment du régime et d’éga­lité femme/homme. Sur ces ques­tions, les orga­ni­sa­tions syndi­cales travaille­ront ensemble pour porter des reven­di­ca­tions communes. Les orga­ni­sa­tions syndi­cales réaf­firment que l’en­semble de ces sujets ne néces­sitent pas de réforme para­mé­trique.
Les orga­ni­sa­tions syndi­cales réaf­firment ainsi qu’elles sont, comme la majo­rité de la popu­la­tion, ferme­ment oppo­sées à tout recul de l’âge légal de départ en retraite et à une augmen­ta­tion de la durée de coti­sa­tion. Pour l’in­ter­syn­di­cale, des alter­na­tives y compris finan­cières existent et doivent faire l’objet de discus­sions.
Dans ce contexte, nos orga­ni­sa­tions syndi­cales rappellent qu’un sala­rié sur 2 arri­vant à l’âge de départ à la retraite n’est plus en acti­vité (inva­li­dité, chômage, minima sociaux…). Ainsi, toutes mesures d’âge ne feraient que préca­ri­ser encore les actuels et futurs travailleurs et travailleuses. Cela ne géné­re­rait par ailleurs, aucune écono­mie pour notre système car condui­rait à un trans­fert finan­cier vers l’as­su­rance chômage et pour l’in­va­li­dité et les minima sociaux, vers notre système de protec­tion sociale.
Nos orga­ni­sa­tions appellent les actuels et futurs travailleurs et les travailleuses à se réunir et débattre, et n’hé­si­te­ront pas à construire tous les moyens d’ac­tion néces­saires si le gouver­ne­ment demeu­rait arcbouté sur son projet.
Dans ce contexte d’in­cer­ti­tude pour les travailleurs et travailleuses, l’in­ter­syn­di­cale a décidé de se réunir à nouveau courant octobre.
Bagno­let, le 4 octobre 2022

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.