Aller au contenu

Clemen­tine Autain dans l’Hu­ma­nité: « L’ex­trême droite et Macron,ce n’est pas pareil »

La dépu­tée insou­mise Clémen­tine Autain rappelle les dangers d’une extrême droite au pouvoir. Elle juge par ailleurs que la propo­si­tion pour les légis­la­tives, faite par la FI au PCF, à EELV et au NPA, repose « sur des bases fermes mais ouvertes ». Forts des 21,95 % de Jean-Luc Mélen­chon, les insou­mis ont ouvert la porte à un rassem­ble­ment à gauche regrou­pant le PCF, EELV et le NPA, pour les légis­la­tives. Pour la dépu­tée FI Clémen­tine Autain, après avoir battu Marine Le Pen au second tour de la prési­den­tielle dimanche, l’enjeu sera d’in­fli­ger une défaite à Emma­nuel Macron au mois de juin.

Q1 : Que repré­sen­te­rait une victoire de l’ex­trême droite, dimanche ?

Un terrible voyage au bout de la nuit. Il ne faut pas oublier que l’ex­trême droite cible d’abord les mino­ri­tés, en parti­cu­lier les étran­gers, les musul­mans et les habi­tants des banlieues popu­laires. Les femmes, ciblées par une miso­gy­nie consti­tu­tive de leur iden­tité poli­tique, en seront les premières victimes. L’ex­trême droite fera de l’État de droit des cocottes en papier.

La liberté sera sous surveillance, et la poli­tique anti­so­ciale, que nous contes­tons chez Macron, se pour­sui­vra.

C’est un cock­tail dange­reux quand nous connais­sons les modèles de Marine Le Pen : Donald Trump, Jair Bolso­naro, Viktor Orban. Et si Le Pen et ses amis prennent le pouvoir, méfions-nous de leur capa­cité à ne pas le rendre…

Q2 : Comment écar­ter ce risque, dimanche 24 avril ?

Avec la France insou­mise et l’Union popu­laire, je me suis battue pour que Marine Le Pen ne soit pas présente à ce second tour. Main­te­nant que nous avons raté cet objec­tif de très peu, la morale habi­tuelle du « front répu­bli­cain » peut-elle nous sauver ?Je ne le crois pas. Depuis 2002, on explique qu’il faut éviter le pire. Or, le moins pire de 2017, Emma­nuel Macron, est d’une grande violence sociale et liber­ti­cide. Nous sommes donc devant un os, surtout auprès des jeunes géné­ra­tions qui ne sont pas irri­guées comme les précé­dentes par le combat anti­fas­ciste. D’ailleurs, à la diffé­rence de 2002, nous n’avons pas de mani­fes­ta­tions monstres et immé­diates. Un ressort s’est cassé parce que les gens sont en colère face à une forme de non-choix, après être passés si près du second tour avec la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon. C’est dire si la situa­tion est dange­reuse. Nous devons mener un travail de conscien­ti­sa­tion sur ce que recouvre concrè­te­ment l’ex­trême droite. Un simple mot d’ordre de type « votez Macron » me semble de nature à divi­ser la grande famille éman­ci­pa­trice, et nous n’ar­ri­ve­rons pas ainsi à être massi­ve­ment compris sur le sens même à donner à ce vote. En réalité, c’est Emma­nuel Macron qui porte la respon­sa­bi­lité de rassem­bler les élec­teurs. J’en­tends que tant de gens ne supportent pas l’idée de remettre un bulle­tin de vote Macron dans l’urne. J’en vois la diffi­culté et j’en suis inquiète. En propo­sant la retraite à 65 ans, entre autres, il ne favo­rise pas un vote contre Marine Le Pen. Avec la poli­tique menée durant ses cinq dernières années, il nous a mis en danger face à Marine Le Pen. Or Macron et l’ex­trême droite, cela n’est pas pareil. Quand nous disons « pas une voix pour l’ex­trême droite », c’est notre façon d’en­trer en jeu pour ne pas tirer un trait d’éga­lité entre les deux. Mais c’est aussi une invi­ta­tion à ce que chacun prenne ses respon­sa­bi­li­tés.

Q3 Si Marine Le Pen est battue, Emma­nuel Macron aura cinq années de plus à l’Ély­sée. Comment la résis­tance à ses poli­tiques ultra­li­bé­rales devra-t-elle s’or­ga­ni­ser ?

Nous devrons infli­ger une défaite à Macron aux légis­la­tives. Cela néces­site la construc­tion d’une majo­rité à l’As­sem­blée natio­nale. C’est ambi­tieux mais nous devons l’être. Le scru­tin du 10 avril nous le montre : avoir de l’am­bi­tion permet de nous porter haut. C’est la respon­sa­bi­lité que nous avons, avec l’Union popu­laire. Nous devons être à la hauteur des suffrages qui nous ont été accor­dés, en parti­cu­lier ceux issus de la jeunesse et des quar­tiers popu­laires. Ils sont venus aux urnes grâce à la campagne de Jean-Luc Mélen­chon, contri­buant à notre score. Cela nous oblige. Nous devons pour­suivre et ampli­fier cette dyna­mique, en agré­geant toujours plus.

Q4 Juste­ment, quels rassem­ble­ments souhai­tez-vous à gauche pour les légis­la­tives ?

Des cour­riers ont été envoyés à EELV et au NPA, et une première rencontre s’est tenue avec les commu­nistes. Êtes-vous opti­miste ?J’ai l’op­ti­misme de la volonté !Des millions de gens en ont concrè­te­ment besoin, car ils attendent la hausse de leurs salaires, des moyens pour les services publics, la fin des lois liber­ti­ci­des…Et il y a urgence à mener la tran­si­tion écolo­gique et à bâtir une nouvelle Répu­blique. Je sais les rancœurs à surmon­ter. Les mots très violents à l’égard de Jean-Luc Mélen­chon pendant la campagne, venus d’Anne Hidalgo et de Yannick Jadot, et dans une moindre mesure de Fabien Rous­sel, ont construit des murs alors que nous avions besoin de passe­relles. Je sais aussi que, sur le fond, des points program­ma­tiques et stra­té­giques restent à discu­ter. Je note enfin que les propo­si­tions de discus­sions faites pendant la campagne prési­den­tielle au PCF et à EELV sont restées lettre morte. La décla­ra­tion de l’in­ter­groupe parle­men­taire insou­mis de mardi tend clai­re­ment la main, sur des bases fermes mais ouvertes. Elle propose une méthode : se rassem­bler sur le fond pour déga­ger une pers­pec­tive majo­ri­taire cohé­rente. J’in­vite toutes les forces et person­na­li­tés de gauche et de l’éco­lo­gie poli­tique à se saisir de cette porte ouverte.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.