Aller au contenu

France insou­mise: « La Nouvelle Aqui­taine face aux défis : Appel pour un cap commun »

Un appel de la direc­tion de France insou­mise qui ouvre la possi­bi­lité de listes communes sous réserve de négo­cia­tions et de dénon­cia­tion du président de la Région qui a soutenu Macron dès le premier tour de l’élec­tion prési­den­tielle.

« La crise clima­tique sans précé­dent appa­raît aujourd’­hui non plus comme une pers­pec­tive plus ou moins loin­taine mais comme une réalité tangible pour tous. Que ce soit la perte de biodi­ver­sité, les enchaî­ne­ments clima­tiques majeurs (séche­resse, cani­cules, inon­da­tions), ou les épisodes de pollu­tions, jusqu’a­lors réser­vés aux grandes villes du sud main­te­nant éten­dus à nos campagnes, tout démontre l’em­bal­le­ment clima­tique et la respon­sa­bi­lité de nos acti­vi­tés sur celui-ci.

En mars 2021 auront lieu les élec­tions régio­nales et dépar­te­men­tales. Elles sont une oppor­tu­nité pour faire face à l’ur­gence sociale et pour plani­fier les grandes bifur­ca­tions écolo­giques aujourd’­hui indis­pen­sables dans le cadre des compé­tences dévo­lues aux collec­ti­vi­tés terri­to­riales.

C’est sur une nouvelle trajec­toire que nous propo­sons aux orga­ni­sa­tions et mouve­ments poli­tiques  et citoyens, aux asso­cia­tions, syndi­cats s’ins­cri­vant dans la résis­tance aux réformes néo-libé­rales d’Em­ma­nuel Macron, d’ac­cor­der nos forces et nos démarches, parce que nous faisons sépa­ré­ment les mêmes constats et que globa­le­ment nous appor­tons des réponses conver­gentes. Il s’agit d’or­ga­ni­ser la plani­fi­ca­tion pour la satis­fac­tion de l’in­té­rêt géné­ral face aux défen­seurs des inté­rêts privi­lé­giés. Il est néces­saire de program­mer ensemble l’ave­nir de la Nouvelle Aqui­taine avec ces trois prio­ri­tés :

⁃ La mise en place d’un bouclier social immé­diat pour préser­ver l’em­ploi, les droits sociaux en condi­tion­nant les aides publiques dispen­sées par la région aux entre­prises et aux asso­cia­tions, et en program­mant des mesures d’aide et de soli­da­rité pour les personnes et les familles en diffi­culté.

⁃ La bifur­ca­tion écolo­gique pour des trans­ports propres, une alimen­ta­tion saine et une agri­cul­ture paysanne : stop­per l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion des terres agri­coles et les grands projets inutiles et impo­sés, donner la prio­rité aux trans­ports ferro­viaires, voya­geurs et marchan­dises, et à leur maillage équi­li­bré.

⁃ La réno­va­tion démo­cra­tique au service de l’in­té­rêt géné­ral en s’ap­puyant notam­ment sur l’im­pli­ca­tion citoyenne et la souve­rai­neté popu­laire avec l’ou­til du réfé­ren­dum d’ini­tia­tive citoyenne locale, y compris révo­ca­toire, et les budgets parti­ci­pa­tifs

A cela s’ajoute une crise sani­taire majeure à laquelle l’or­ga­ni­sa­tion de l’état n’a pas su ou pas voulu répondre, lais­sant l’auto-orga­ni­sa­tion aux hôpi­taux publics et aux systèmes de santé faire face seule, sans inves­tis­se­ments tech­niques et en person­nels à la hauteur des enjeux sani­taires. Cet exemple montre, s’il en est besoin, la néces­sité de services publics suffi­sam­ment dotés et orga­ni­sés, juste­ment répar­tis à travers nos terri­toires, pour un égal libre accès à tous nos conci­toyens.

Ces services publics seront encore plus précieux pour faire face à l’ag­gra­va­tion de la crise sociale et écono­mique qui s’avance dans les centres urbains comme en zone rurale.

Une gestion de la Région Nouvelle-Aqui­taine aujourd’­hui inef­fi­cace

Donnant l’illu­sion de s’em­pa­rer des impé­ra­tifs écolo­giques actuels, A.Rous­set a tardi­ve­ment fait voter la « feuille de route » régio­nale Néoterra. Illu­sion ! Ce docu­ment fixe un hori­zon écolo­gique pour ses poli­tiques : un aveu confon­dant quand on sait que la parti­cu­la­rité de l’ho­ri­zon, c’est de s’éloi­gner au fur et à mesure qu’on s’en appro­che…

Le président de Région  a mené une poli­tique écono­mique libé­rale   dite de « ruis­sel­le­ment » : fina­le­ment peu de choses sont arri­vées jusqu’à vous, cela n’a fait qu’ag­gra­ver les inéga­li­tés sociales et terri­to­riales au détri­ment des plus fragiles. Il a « arrosé » la Région d’argent public sans aucune exigence sociale pour préser­ver l’em­ploi, ni aucune limite écolo­gique répon­dant à la gravité et aux urgences de la situa­tion… Il  est aujourd’­hui indis­pen­sable de répondre aux enjeux en fixant non pas un hori­zon, mais bien un objec­tif avec des points d’étapes, attei­gnables, concrets, parta­gés et concer­tés.

En mars 2021, tour­ner enfin la page !

La complé­men­ta­rité et l’équité entre les trois anciennes régions fusion­nées, Aqui­taine, Poitou-Charentes et Limou­sin est une voie juste pour un déve­lop­pe­ment équi­li­bré de la Région Nouvelle Aqui­taine, fondé sur la valo­ri­sa­tion des atouts et des savoir-faire de chaque terri­toire. S’ap­puyer sur la coopé­ra­tion des terri­toires plutôt que sur la concur­rence doit être la nouvelle méthode de travail.

Nous voulons enga­ger les bifur­ca­tions néces­saires pour répondre aux enjeux de l’ur­gence écolo­gique, de l’ur­gence sociale et de l’ur­gence démo­cra­tique et nous devons le faire avec les forces progres­sistes, huma­nistes, écolo­gistes, avec les paysans, les arti­sans et PME, avec les citoyennes et les citoyens enga­gés pour l’éco­lo­gie popu­laire  et les droits sociaux, avec les membres des syndi­cats, asso­cia­tions, ONG, Gillet jaunes… 

Nous avons des objec­tifs sociaux, écono­miques et écolo­giques communs. Nous appe­lons à former des  listes  communes pour les élec­tions dépar­te­men­tales et régio­nales, à même de faire adve­nir une alter­na­tive popu­laire et démo­cra­tique pour chan­ger ensemble la vie et l’ave­nir des habi­tant.e.s de Nouvelle Aqui­taine.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.