Aller au contenu

Gilets jaunes : l’Ap­pel de Saint-Nazaire

Réunie du 5 au 7 avril à Saint-Nazaire, l’As­sem­blée des assem­blées des Gilets jaunes a adopté dimanche 7 un appel final. En voici le texte, publié sur Repor­terre et sur Media­part.

« Nous Gilets jaunes, consti­tués en assem­blées locales, réunis à Saint-Nazaire, les 5, 6 et 7 avril 2019, nous adres­sons au peuple dans son ensemble. À la suite de la première assem­blée de Commercy, envi­ron 200 délé­ga­tions présentes pour­suivent leur combat contre l’ex­tré­misme libé­ral, pour la liberté, l’éga­lité et la frater­nité.

Malgré l’es­ca­lade répres­sive du gouver­ne­ment, l’ac­cu­mu­la­tion de lois qui aggravent pour tous les condi­tions de vie, qui détruisent les droits et liber­tés, la mobi­li­sa­tion s’en­ra­cine pour chan­ger le système incarné par Macron. Pour seule réponse au mouve­ment incarné par les Gilets jaunes et autres mouve­ments de lutte, le gouver­ne­ment panique et oppose une dérive auto­ri­taire. Depuis cinq mois partout en France, sur les ronds-points, les parkings, les places, les péages, dans les mani­fes­ta­tions et au sein de nos assem­blées, nous conti­nuons à débattre et à nous battre, contre toutes les formes d’iné­ga­lité et d’injus­tice et pour la soli­da­rité et la dignité.

Nous reven­diquons l’aug­men­ta­tion géné­rale des salaires, des retraites et des minima sociaux, ainsi que des services publics pour tous et toutes. Nos soli­da­ri­tés en lutte vont tout parti­cu­liè­re­ment aux neuf millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. Cons­cients de l’ur­gence envi­ron­ne­men­tale, nous affir­mons, fin du monde, fin du mois, même logique, même combat.

Face à la masca­rade des grands débats, face à un gouver­ne­ment non repré­sen­ta­tif au service d’une mino­rité privi­lé­giée, nous mettons en place les nouvelles formes d’une démo­cra­tie directe.

Concrè­te­ment, nous recon­nais­sons que l’as­sem­blée des assem­blées peut rece­voir des propo­si­tions des assem­blées locales, et émettre des orien­ta­tions comme l’a fait la première assem­blée des assem­blées de Commercy. Ces orien­ta­tions sont ensuite systé­ma­tique­ment soumises aux groupes locaux. L’As­sem­blée des assem­blées réaf­firme son indé­pen­dance vis-à-vis des partis poli­tiques, des orga­ni­sa­tions syndi­cales et ne recon­naît aucun leader auto­pro­clamé.

Pendant trois jours, en assem­blée plénière et par groupes théma­tiques, nous avons tous débattu et élaboré des propo­si­tions pour nos reven­di­ca­tions, actions, moyens de commu­ni­ca­tion et de coor­di­na­tion. Nous nous inscri­vons dans la durée et déci­dons d’or­ga­ni­ser une prochaine Assem­blée des assem­blées en juin.

Afin de renfor­cer le rapport de forces, de mettre les citoyens en ordre de bataille contre ce système, l’As­sem­blée des assem­blées appelle à des actions dont le calen­drier sera prochai­ne­ment diffusé par le biais d’une plate­forme numé­rique.

L’As­sem­blée des assem­blées appelle à élar­gir et renfor­cer les assem­blées citoyennes souve­raines et de nouvelles. Nous appe­lons l’en­semble des Gilets jaunes à diffu­ser cet appel et les conclu­sions des travaux de notre assem­blée. Les résul­tats des travaux réali­sés en plénière vont alimen­ter les actions et les réflexions des assem­blées.

Nous lançons plusieurs appels, sur les euro­péennes, les assem­blées citoyennes popu­laires locales, contre la répres­sion et pour l’an­nu­la­tion des peines des prison­niers et condam­nés du mouve­ment. Il nous semble néces­saire de prendre un temps de trois semaines pour mobi­li­ser l’en­semble des Gilets jaunes et convaincre celles et ceux qui ne le sont pas encore. Nous appe­lons à une semaine jaune d’ac­tion à partir du 1er mai.

Nous invi­tons toutes les personnes voulant mettre fin à l’ac­ca­pa­re­ment du vivant à assu­mer une conflic­tua­lité avec le système actuel, pour créer ensemble, par tous les moyens néces­saires, un nouveau mouve­ment social, écolo­gique, popu­laire. La multi­pli­ca­tion des luttes actuelles nous appelle à recher­cher l’unité d’ac­tion.

Nous appe­lons à tous les éche­lons du terri­toire à combattre collec­ti­ve­ment pour obte­nir la satis­fac­tion de nos reven­di­ca­tions sociales, fiscales, écolo­giques et démo­cra­tiques. Cons­cients que nos avons à combattre un système global, nous consi­dé­rons qu’il faudra sortir du capi­ta­lisme. Ainsi nous construi­rons collec­ti­ve­ment le fameux « tous ensemble » que nous scan­dons et qui rend tout possible. Nous construi­sons tous ensemble à tous les niveaux du terri­toire. Ne nous regar­dez pas, rejoi­gnez-nous. Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.