Aller au contenu

Commu­niqué de Ensemble! (natio­nal). Trai­te­ment de l’au­tisme : l’ordre moral à l’of­fen­sive.

Un projet de réso­lu­tion du député Didier Fasquelle et de plusieurs dizaines de parle­men­taires Les Répu­bli­cains va être discuté au Parle­ment le 8 décembre prochain « invi­tant le gouver­ne­ment » à impo­ser la forme parti­cu­lière, telle qu’ils la défi­nissent, de prise en charge de l’au­tisme. Ils prévoient une sanc­tion pénale pour quiconque ne suivrait pas les direc­tives d’État.

L’ap­pel à une science d’État est ici de retour et c’est même devenu enjeu élec­to­ral de la droite dure. Cela vient éclai­rer ce que signi­fient les restruc­tu­ra­tions inces­santes du système de santé publique : ces poli­tiques se préparent à le dépe­cer pour le livrer à des asso­cia­tions recon­nues comme « d’in­té­rêt public » ou privées.

L’au­tisme est cette fois le prétexte à une offen­sive contre le service public de santé. Le projet est de forma­ter la déci­sion théra­peu­tique, en niant que les connais­sances scien­ti­fiques sont, en matière de psychia­trie et de connais­sance des handi­caps de l’en­fant, très évolu­tives. Concer­nant l’au­tisme, il n’existe ici non plus aucune vérité totale, révé­lée ; la recherche ne peut qu’être pluri­dis­ci­pli­naire, et la pratique profes­sion­nelle doit s’adap­ter aux besoins de chaque enfant.

Or, depuis quelques années, plusieurs asso­cia­tions rece­vant des fonds publics, dont SOS Autisme, font un lobbying intense, avec succès, auprès de l’Haute Auto­rité Sani­taire et de ministres dits socia­listes pour impo­ser leur vision de prise en charge. Cela s’ac­com­pagne systé­ma­tique­ment de dénon­cia­tion de la psycha­na­lyse et de tout soin psychia­trique.

Il ne peut et il ne doit pas y avoir de doctrine scien­ti­fique d’État ! Nous réaf­fir­mons que la diver­sité des pratiques de soins, leur dialec­tique, est à préser­ver, en cette période de grande régres­sion orga­ni­sée pour trans­for­mer le soin en stricte marchan­dise sous contrôle d’Etat. Défendre la liberté de penser le soin et défendre les inven­tions dans le champ de l’au­tisme, et ailleurs, vont de pair. Défendre le service public de santé et ses sala­rié.e.s est une lutte poli­tique urgente et nous la mène­rons dans un front large.

Le 7 décembre 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.