Aller au contenu

La NR du 17 septembre: « Ferme des taurillons à Cous­say : des postes d’ob­ser­va­tion contre un « projet bull­do­zer »

Le chan­tier de la ferme-usine des 1.200 taurillons à Cous­say-les-Bois est immi­nent. Une centaine d’op­po­sants ont inau­guré ce samedi 17 septembre deux postes d’ob­ser­va­tion pour… surveiller le début des travaux.

Les mili­tants de l’as­so­cia­tion Aspect (1) et le collec­tif des oppo­sants ne manquent pas d’ima­gi­na­tion pour pertur­ber les travaux immi­nents de la future ferme des 1.200 taurillons à Cous­say-les-Bois, près de Châtel­le­rault.

Ce samedi après-midi 17 septembre 2022, une centaine de personnes (asso­cia­tions, parti­cu­liers, maires de Cous­say et de La Roche-Posay, élus…) se sont une nouvelle fois mobi­li­sées pour empê­cher ou du moins, retar­der le chan­tier au lieu-dit Les Patu­relles. Sous le regard de plusieurs mili­taires de la compa­gnie de gendar­me­rie de Châtel­le­rault.

Les oppo­sants, qui avaient ouvert un chemin commu­nal autour du site incri­miné, ont dévoilé les deux postes d’ob­ser­va­tion aména­gés qui surplombent la clôture grilla­gée ainsi que les cabanes de chan­tier fraî­che­ment instal­lées. « C’est pour surveiller la faune sauvage et… domes­tique. Ce ne sont pas des mira­dors… », ironisent les mili­tants d’As­pect.(…)

Depuis le 16 septembre, les promo­teurs du projet (2) peuvent léga­le­ment démar­rer le chan­tier confor­mé­ment au permis de construire. Un chan­tier qui sera, à n’en pas douter, sous étroite surveillance avec ces deux postes d’ob­ser­va­tion.

Au micro, lors de cette mobi­li­sa­tion citoyenne, Michel Favreau, maire de Cous­say-les-Bois prévient :

« Les travaux vont commen­cer la semaine prochaine, peut-être lundi. Ils [les porteurs du projet] ont les docu­ments, ils ont tout ce qu’il faut pour démar­rer le chan­tier. Sauf que le porteur du projet est soumis à des prépa­ra­tions obli­ga­toires à faire avant le commen­ce­ment des travaux. On va surveiller. Si les préco­ni­sa­tions ne sont pas respec­tées je pren­drais un arrêté d’in­ter­dic­tion de travaux. »

En tant qu’of­fi­cier de police judi­ciaire, le maire de Cous­say-les-Bois peut bloquer les travaux avec saisine du procu­reur de la Répu­blique si les préco­ni­sa­tions avant le début du chan­tier ne sont pas respec­tées. (…)

Domi­nique Brunet, l’un des trois co-prési­dents d’As­pect, appuie : « On est dans une zone humide natu­relle. On va surveiller les travaux. En tant qu’of­fi­cier de police judi­ciaire, le maire de Cous­say peut bloquer les travaux avec saisine du procu­reur de la Répu­blique. » (…)« Ils [Les porteurs du projet] n’au­raient jamais dû obte­nir ces permis de construire. C’est un déni de justice. On ne comprend pas qu’un projet indus­triel de ce type voie le jour alors que les citoyens et des élus de plusieurs collec­ti­vi­tés sont contre et nous soutiennent. C’est une injus­tice » (….)

Le climat des prochains jours risque d’être tendu sur site à l’ap­proche du début des travaux (3). Les oppo­sants n’ont pas dit leur dernier mot. Y compris sur le terrain judi­ciaire (…)

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.