Aller au contenu

La pauvreté s’est inten­si­fiée en France en 2018, à Poitiers aussi

Le Secours popu­laire vient de publier son baro­mètre de la pauvreté. Pour Ipsos-SPF qui a réalisé ce travail l’in­ten­si­fi­ca­tion de la pauvreté en France pour­suit une tendance inquié­tante en 2018. Plus d’un tiers des Français y a été confronté et ils sont nombreux à redou­ter l’ave­nir diffi­cile réservé à leurs enfants. Un focus tout parti­cu­lier a été mis sur la préca­rité alimen­taire.

Les personnes pauvres, de plus en plus pauvres

Les Français inquiets pour leurs enfants

Restric­tions dans le domaine de l’ali­men­taire

Lire l’ensemble de l’ar­ticle, les données tech­niques et les résul­tats sont télé­char­geables au format PDF.

Et loca­le­ment, dans la Vienne et à Poitiers ?

Dans un article du 22 août dernier, Près d’un Poite­vin sur quatre sous le seuil de pauvreté La Nouvelle-Répu­blique publiait des chiffres de l’INSEE compi­lés par la Gazette des communes :

22,4 % des habi­tants de Poitiers vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 1.000 euros par mois. Un taux qui atteint 37 % dans les quar­tiers de Beau­lieu et des Couron­ne­ries, 47 % à Bel-Air et même 51 % aux Trois-Cités. Dans le même temps, il n’est que de 15 % à Niort, 16 % à Bayonne et 17 % à La Rochelle.

Poitiers est la cinquième ville de plus de 20.000 habi­tants affi­chant le taux de pauvreté le plus élevé en Nouvelle-Aqui­taine avec 22,41 %, derrière Cenon et Lormont en Gironde (26,9 %), Agen dans le Lot-et-Garonne (24,8 %) et Angou­lême en Charente (23,3 %). La ville de Châtel­le­rault arrive derrière avec 20,2 %.
Dans la Vienne, ce taux moyen de pauvreté est de 13,66 %.
Il est de 14,69 % en France.

A Poitiers, le niveau de vie médian s’éta­blit à 1.527 euros contre 1.651 dans la Vienne et 1.697 en France. Le niveau de vie des 10 % les plus riches : 2.985 euros contre 2.824 dans la Vienne et 3.133 en France.
Le niveau de vie des 10 % les plus pauvres : 754 euros contre 918 dans la Vienne et 890 en France.

La Gazette des communes à l’ini­tia­tive de ce compa­ra­teur des terri­toires rappelle que ce taux ne décrit pas une popu­la­tion dému­nie à l’ex­trême : « Le seuil est en effet de 1.000 euros par mois pour une personne seule, ou de 2.500 euros pour un couple avec deux adoles­cents. On rassemble des popu­la­tions qui vivent dans le plus grand dénue­ment et des familles modestes dont la situa­tion écono­mique est très diffé­rente. »

Le site Compas propose une visua­li­sa­tion compa­ra­tive des niveaux de vie et préca­rité dans votre commune rela­ti­ve­ment aux chiffres de votre dépar­te­ment, de votre région et du pays avec les indi­ca­teurs suivants : 10% les plus riches, niveau de vie médian et 10% les plus pauvres. Pour certaines communes, il affiche aussi l’in­dice d’iné­ga­lité et le taux de pauvreté. Lire aussi cet article daté d’aujourd’­hui sur des sites asso­ciés : Un million de pauvres oubliés des statis­tiques. et 600 000 pauvres de plus en dix ans.

Ces études renvoient aux statis­tiques locales de l’INSEE où il est possible de visua­li­ser divers indi­ca­teurs sociaux dont le taux de pauvreté (chiffres de 2015).

Photo : Le panier sympa / L’Éveil épice­rie soli­daire, Poitiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.