Aller au contenu

La pauvreté s’est inten­si­fiée en France en 2018, à Poitiers aussi

Le Secours popu­laire vient de publier son baro­mètre de la pauvreté. Pour Ipsos-SPF qui a réalisé ce travail l’in­ten­si­fi­ca­tion de la pauvreté en France pour­suit une tendance inquié­tante en 2018. Plus d’un tiers des Français y a été confronté et ils sont nombreux à redou­ter l’ave­nir diffi­cile réservé à leurs enfants. Un focus tout parti­cu­lier a été mis sur la préca­rité alimen­taire.

Les personnes pauvres, de plus en plus pauvres

Les Français inquiets pour leurs enfants

Restric­tions dans le domaine de l’ali­men­taire

Lire l’ensemble de l’ar­ticle, les données tech­niques et les résul­tats sont télé­char­geables au format PDF.

Et loca­le­ment, dans la Vienne et à Poitiers ?

Dans un article du 22 août dernier, Près d’un Poite­vin sur quatre sous le seuil de pauvreté La Nouvelle-Répu­blique publiait des chiffres de l’INSEE compi­lés par la Gazette des communes :

22,4 % des habi­tants de Poitiers vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 1.000 euros par mois. Un taux qui atteint 37 % dans les quar­tiers de Beau­lieu et des Couron­ne­ries, 47 % à Bel-Air et même 51 % aux Trois-Cités. Dans le même temps, il n’est que de 15 % à Niort, 16 % à Bayonne et 17 % à La Rochelle.

Poitiers est la cinquième ville de plus de 20.000 habi­tants affi­chant le taux de pauvreté le plus élevé en Nouvelle-Aqui­taine avec 22,41 %, derrière Cenon et Lormont en Gironde (26,9 %), Agen dans le Lot-et-Garonne (24,8 %) et Angou­lême en Charente (23,3 %). La ville de Châtel­le­rault arrive derrière avec 20,2 %.
Dans la Vienne, ce taux moyen de pauvreté est de 13,66 %.
Il est de 14,69 % en France.

A Poitiers, le niveau de vie médian s’éta­blit à 1.527 euros contre 1.651 dans la Vienne et 1.697 en France. Le niveau de vie des 10 % les plus riches : 2.985 euros contre 2.824 dans la Vienne et 3.133 en France.
Le niveau de vie des 10 % les plus pauvres : 754 euros contre 918 dans la Vienne et 890 en France.

La Gazette des communes à l’ini­tia­tive de ce compa­ra­teur des terri­toires rappelle que ce taux ne décrit pas une popu­la­tion dému­nie à l’ex­trême : « Le seuil est en effet de 1.000 euros par mois pour une personne seule, ou de 2.500 euros pour un couple avec deux adoles­cents. On rassemble des popu­la­tions qui vivent dans le plus grand dénue­ment et des familles modestes dont la situa­tion écono­mique est très diffé­rente. »

Le site Compas propose une visua­li­sa­tion compa­ra­tive des niveaux de vie et préca­rité dans votre commune rela­ti­ve­ment aux chiffres de votre dépar­te­ment, de votre région et du pays avec les indi­ca­teurs suivants : 10% les plus riches, niveau de vie médian et 10% les plus pauvres. Pour certaines communes, il affiche aussi l’in­dice d’iné­ga­lité et le taux de pauvreté. Lire aussi cet article daté d’aujourd’­hui sur des sites asso­ciés : Un million de pauvres oubliés des statis­tiques. et 600 000 pauvres de plus en dix ans.

Ces études renvoient aux statis­tiques locales de l’INSEE où il est possible de visua­li­ser divers indi­ca­teurs sociaux dont le taux de pauvreté (chiffres de 2015).

Photo : Le panier sympa / L’Éveil épice­rie soli­daire, Poitiers.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.