Aller au contenu

Le Front de gauche dans la Vienne est bien vivant. Il était temps de le confir­mer.

Nous étions, le dimanche 29 juin, 45 mili­tants du Front de gauche du dépar­te­ment, de Buxe­rolles, Châtel­le­rault, Chau­vi­gny, Mont­mo­rillon, Poitiers, Queaux, et j’en oublie, à nous rassem­bler.

Pour réaf­fir­mer que nous sommes à la conquête de l’élec­to­rat de gauche, que nous visons à être hégé­mo­niques dans le champ poli­tique. L’objec­tif immé­diat est pour le Front de Gauche  d’être une forma­tion poli­tique anti-austé­ri­taire à voca­tion majo­ri­taire.
A la suite de la défaite des élec­tions euro­péennes (appré­ciée diver­se­ment), des mili­tants qui font vivre le Front de gauche se sont réunis pour réaf­fir­mer qu’il n’existe pas de stra­té­gie alter­na­tive à la construc­tion du Front de gauche. Car dans ce dépar­te­ment plus qu’ailleurs, l’ac­tion conver­gente des diverses forces parties prenantes de notre Front se passa très bien.

Les Assem­blées citoyennes doivent vivre, se déve­lop­per, s’ou­vrir.
Ce sont, rappe­lons-le, la struc­ture de base du FG. Ce sont ces struc­tures de base qui doivent vivre et se déve­lop­per sans être dépen­dantes d’états-majors poli­tiques.
Fonc­tion­ne­ment variable sur le dépar­te­ment:
-impor­tant pour le Sud Vienne, même si la situa­tion à Mont­mo­rillon est un peu diffi­cile.
-A Châtel­le­rault, décla­ra­tion d’une asso­cia­tion en préfec­ture, bureau respec­tant le plura­lisme et les hors-partis, Inter­ven­tions diverses et suivies, dont envers les sala­riés de Fede­ral Mogul.
-A Poitiers, situa­tion diffi­cile depuis les discus­sions précé­dant les Muni­ci­pales et depuis la campagne des Muni­ci­pales qui ont mis en plein jour des diver­gences entre PCF/PG-Ensemble. Le premier parti­ci­pant à la liste d’A Claeys, député PS, les deuxièmes parti­ci­pant à la liste diri­gée par une mili­tante d’EE-LV. Aucune Assem­blée citoyenne où les diver­gences d’ana­lyse entre compo­santes du FG auraient pu être expli­ci­tées n’a pu avoir lieu.
Un fonc­tion­ne­ment continu, persé­vé­rant, comme dans le Sud Vienne par exemple, est néces­saire.

Des débats riches et contra­dic­toires.
Pour certain(e)s le PS n’est plus à gauche. D’autres insistent sur le fait que nous devons nous adres­ser à tout l’élec­to­rat de gauche (qui est encore un élec­to­rat pouvant voter socia­liste). D’autres encore insistent sur les deux orien­ta­tions stra­té­giques anta­go­niques « à gauche »: celles des sociaux-libé­raux et celle du Front de gauche et des forces à la gauche du PS.
La ques­tion de « quelle stra­té­gie pour être une gauche de trans­for­ma­tion sociale, à voca­tion et ambi­tion majo­ri­taires, » a été posée mais non tran­chée.
Une méthode reçut des assen­ti­ments nombreux :mettre en avant des alter­na­tives program­ma­tiques et de cher­cher à construire à partir de ces points des conver­gences sans exclu­sives à gauche.
Une démarche d’in­ter­pel­la­tions et de propo­si­tions à la gauche du PS , à Nouvelle Donne, à la partie du NPA acces­sible à nos discus­sions, à la gauche d’EELV (pour les mili­tants d’En­semble et du PG, EELV à Poitiers est sur cette ligne) serait possible dans la démarche d’un élar­gis­se­ment à venir du Front de gauche.
Mais le débat est diffi­cile, nous ne le cachons pas: certains consi­dèrent qu’EELV n’est une forma­tion poli­tique de gauche, est très respon­sable de la poli­tique austé­ri­taire actuelle.
D’autres disent leur réti­cence quant  au rôle dans le Front de gauche d’élus très proches d’un député social-libé­ral de premier plan.
D’autres enfin insistent sur les quelques ouver­tures possibles dans une situa­tion poli­tique si diffi­cile, ouver­tures qui vont concou­rir à élar­gir le rassem­ble­ment anti-austé­ri­taire. Cette dernière posi­tion poli­tique a semblé plus reprise que les précé­dentes.

Des thèmes d’ac­tion immé­diate ont été rete­nus:
Soute­nir l’ac­tion anti-TAFTA du comité local qui existe à l’ini­tia­tive d’ATTAC
Soute­nir les ouvriers de Fede­ral Mogul (action du comité de Châtel­le­rault déjà exis­tante)
Soutien à la lutte des chemi­nots (il existe une péti­tion de soutien sur le site du Front de gauche, et des mili­tants du Fg sont allé(e)s aux AGs des chemi­nots.)
Soutien aux luttes des inter­mit­tents du spec­tacle (des mili­tants du FG sont inves­tis là aussi).
Et aussi: la ques­tion d’Al­stom, La Sécu­rité sociale, etc.

Des thèmes sont à discu­ter, préci­ser, au sein du Front de gauche, lors de réunions du Front de Gauche:
Le coût du capi­tal/ et autres problèmes écono­miques
L’ana­lyse de l’élec­to­rat popu­laire du FN et de la droite.
La crise du poli­tique, la crise de la démo­cra­tie.
La ques­tion du popu­lisme, de ce qu’est le peuple.
L’ana­lyse des classes sociales aujourd’­hui, en France: sala­riat, préca­riat, chômage struc­tu­rel, etc.
Comment s’adres­ser aux personnes en rupture de liens de soli­da­rité élémen­taires? Nous ne savons mani­fes­te­ment pas nous adres­ser aux personnes peu diplô­més et une partie de cet élec­to­rat à voter FN, beau­coup plus que FG. Il est néces­saire d’avoir un discours simple et compré­hen­sible et non simpliste.
Dans nos prochaines réunions, dans nos Assem­blées citoyennes, nous aurons à préci­ser à qui on s’adresse en prio­rité:
-à nos collègues qui semblent si proches du FG, celles et ceux qui ont déjà voté FG, et alors risque de repro­duc­tion sociale dans le FG.
-à tout le peuple avec un accent vers les quar­tiers popu­laires dont nous avons voca­tion à deve­nir les porte-voix? Mais sans croire pouvoir repro­duire ce qui fit l’im­plan­ta­tion du PCF dans les années 80 du siècle dernier par exemple. Car la compo­si­tion sociale a changé: écla­te­ment des statuts des sala­riés, un chômage de masse vécu comme seule réalité du travail par des familles entières, etc.

Les élus.
Un constat est fait : il n’y a pas d’élus sous l’étiquette Front de gauche. Il y a des élus qui se situent proches du Front de gauche, certains appar­tiennent à des partis parti­ci­pant au Front de gauche, d’autres non.
Concer­nant ces élus, il est proposé une candi­da­ture aux séna­to­riales (septembre 2014) contre la poli­tique d’aus­té­rité, à l’ini­tia­tive du FG.
Le Front de gauche va propo­ser à tous les élu(e)s inté­ressé(e)s une dénon­cia­tion commune des parte­na­riats public-privé, ainsi que de la dimi­nu­tion de la dota­tion de l’État aux communes. Il importe d’al­ler au-delà des « vœux » propo­sés à tel ou tel Conseil muni­ci­pal. Des réunions asso­ciant élus et toutes personnes inté­res­sées pour prépa­rer ces initia­tives sont souhai­tées.
Le FG propo­sera une action commune d’élus au niveau de l’ag­glo­mé­ra­tion de Poitiers (Grand Poitiers) pour un service public du ramas­sage-trai­te­ment des déchets, et pour une action sur la ques­tion des loge­ments sociaux (répar­ti­tion entre communes, besoins, etc.).

Pour les élec­tions à venir, gardons le prin­cipe que des discus­sions préa­lables à toute prise de posi­tion publique seront orga­ni­sées dans le FG, dans les partis y parti­ci­pant, et bien sûr dans les Comi­tés de base, afin de déter­mi­ner accords et désac­cords. Ce sera nouveau.
A l’ave­nir, le prin­cipe de faire des listes FG au premier tour à toutes les élec­tions est retenu, semble-t-il. Ensemble y est favo­rable, bien sûr.
Pour le second tour, que faire ? : envi­sa­ger par prin­cipe une alliance avec le PS et autres forces de gauche, afin de mettre en œuvre concrè­te­ment nos propo­si­tions poli­tiques? Ou bien consi­dé­rer que le PS n’étant plus de gauche, la ques­tion ne se pose pas du tout ainsi ? Ou bien consi­dé­rer la ques­tion à voir plus tard? Ques­tion non tran­chée, on le voit.
Les mili­tants d’En­semble, avec leur propo­si­tion d’un Front social et poli­tique anti-austé­ri­taire, d’un appel systé­ma­tique aux forces en rupture avec la poli­tique anti-sociale, si massi­ve­ment impo­pu­laire, des Hollande-Valls, ont parti­cipé, chacun(e) avec leur sensi­bi­lité à ces débats. Nous sommes conscients que la situa­tion sociale et poli­tique est très dange­reuse ;  et le Front de gauche peut deve­nir une force poli­tique multi­pliant les initia­tives à la base pour faire échec à cette poli­tique du PS qui reçoit le soutien critique quoti­dien du MEDEF.
Mais nous ne sommes pas assez nombreux, alors, vrai­ment :
Rejoi­gnez le Front de gauche86 !

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.