Aller au contenu

« Le prof de SVT s’est décou­vert une âme de roman­cier »

Une inter­view à la NR de notre cama­rade Bruno Rion­det sur son dernier roman

Bruno Rion­det enseigne au lycée du Bois d’Amour. Toujours engagé dans la poli­tique, il écrit des romans. Pour mieux faire passer son message.

Samedi 5 mars, Bruno Rion­det dédi­ca­cera son troi­sième roman, « le Rejet », à la librai­rie Joseph-Gibert à Poitiers. Origi­naire du Dauphiné, fils de paysans ouvriers, Bruno Rion­det est profes­seur de Sciences et Vie de la Terre au lycée du Bois d’Amour. Il s’est égale­ment engagé dans la vie publique avec le mouve­ment « les Alter­na­tifs » aujourd’­hui partie prenante d’« Ensemble », une des compo­santes du Front de gauche. « Je ne fais plus partie des instances diri­geantes, dit-il. Mais je conti­nue de mili­ter. »

«  Je me sens bien dans le roman  »Prendre la plume, n’est-ce pas une autre façon de pour­suivre l’ac­tion poli­tique ?

Tout à fait. C’est en tout cas comme cela que je conçois ma nouvelle acti­vité. Écrire des romans, cela rejoint mon plai­sir d’écrire et de racon­ter des histoires à mes petits-enfants. De toucher aussi le grand public. Il existe d’autres formes d’ex­pres­sion, comme l’art, pour faire passer des messages. Person­nel­le­ment, je me retrouve bien dans le roman.

Juste­ment, quel est le message que vous souhai­tez faire passer ?

Mon premier roman, « Sur sa trace », mettait en avant les nano­tech­no­lo­gies qui enva­hissent l’in­dus­trie cosmé­tique, mais aussi notre alimen­ta­tion. Le deuxième, « A demain sous l’arc-en-ciel », voulait atti­rer l’at­ten­tion sur le danger des pesti­cides et des pertur­ba­teurs endo­cri­niens. Avec « Le Rejet », je porte un coup de projec­teur sur notre société qui a vite fait de se débar­ras­ser de tout ce qui entrave sa course à la consom­ma­tion. La trame du livre est celle de collé­giens qui découvrent le gaspillage alimen­taire, puis, guidés par leurs ensei­gnants, s’aperçoivent que bon nombre de nos outils sont program­més pour tomber en panne. Jusqu’à s’aper­ce­voir qu’on a vite fait de reje­ter ceux qui vivent dans la préca­rité. Nos parents et grands-parents eux-mêmes sont souvent mis à l’écart de notre société.

Le message passe-t-il mieux qu’à l’oc­ca­sion d’un cours ou d’un meeting ?

En tout cas, c’est la forme d’ex­pres­sion qui est la mienne aujourd’­hui. Et je me suis astreint à déve­lop­per le côté roman en mettant en avant des person­nages comme Julien Béret, un jour­na­liste enquê­teur et les jeunes lycéens. Je fais relire mes textes à mes quatre enfants. Ils apportent leurs contri­bu­tions. Je solli­cite aussi mon épouse, Mireille Moscati, qui a dessiné des portraits dans mon dernier livre.

Avez-vous d’autres projets ?

Oui, toujours avec mon épouse, je prépare une BD. J’écris le scéna­rio. Mireille fera les dessins. Le sujet sera celui des mani­pu­la­tions géné­tiques et des expé­ri­men­ta­tions médi­cales. Toujours dans l’ac­tua­lité.

Jean-Jacques Bois­son­neau, NR 01/03/16

Le Rejet, Société des écri­vains, 19,95 €. Dédi­cace samedi 5 mars de 16 h à 18 h à la librai­rie Gibert-Joseph, rue Gambetta à Poitiers. L’au­teur a aussi ouvert un blog

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.