Aller au contenu

Le rejet : un roman de Bruno Rion­det

Une présen­ta­tion du roman de notre cama­rade

Après Sur sa trace et  À demain sous l’arc-en-ciel … , voici la suite de la trilo­gie des aven­tures du jour­na­liste-enquê­teur Julien Béret.

Bruno Rion­det essaie d’ex­plo­rer un nouveau champ.

Jeter, se débar­ras­ser, mettre au rebut … Julien Béret n’est pas le seul à s’éton­ner de tout ce que la société rejette : télé­phones péri­més, sala­riés licen­ciés, impri­mantes vite usagées, anciens oubliés,…

Pendant ce temps, Nathan et Maelle, les « faux ju » comme on les appelle, découvrent la réalité du gaspillage alimen­taire.

D’abord à la cantine du collège. Puis au niveau natio­nal, et même global. A l’échelle de la planète, la FAO estime que plus du tiers de la produc­tion alimen­taire est perdue ou gaspillée. Si le gaspillage était un pays, ce serait le 3ième plus gros émet­teur de la planète.

Même Antoine et sa copine de lycée, Clémence, enquêtent sur les déchets. Ils s’aiment bien, tous les deux. Mais ils ne veulent pas sortir ensemble, de « peur de se perdre ».

Cette année là, ils vont décou­vrir Ivan Ilitch, Hans Jonas, la décrois­sance, la sobriété heureuse. Et hallu­ci­ner face à la ques­tion de l’ob­so­les­cence program­mée, qui peut prendre diffé­rentes formes. Esthé­tique, ou cultu­relle – les adoles­cents – mais pas qu’eux !!- sont très sensibles aux effets de mode. Fonc­tion­nelle, ou tech­nique – un compo­sant d’une machine a une durée de vie plus courte que la machine elle-même. Et puis il y a tout le domaine du numé­rique, où les incom­pa­ti­bi­li­tés s’ad­di­tionnent à la « moder­nité » des nouvelles versions, rendant ringards les anciennes, …  comme leurs utili­sa­teurs !

Quant aux parents, le rejet, ils le vivent, avec le chômage et l’in­té­rim. Baladé de centrale nucléaire à une autre, en passant par Civaux. Comme beau­coup de sous-trai­tants du nucléaire qu’on envoie au « casse-pipe ».

La grand-mère, atteinte d’une mala­die neuro-dégé­né­ra­tive, ne veut pas finir en maison de retraite. Qui pour­rait l’ai­der à trou­ver une fin de vie digne ?

Et Julien, entre deux repor­tages, vit un petit rêve : il est amou­reux. Et ça, Marie, sa tante, elle appré­cie. Elle peut main­te­nant « partir », l’es­prit tranquille !

lerejet

Le rejet
Dessins de Mireille Moscati
Société des Ecri­vains, décembre 2015, 290 p, 20€
En vente en librai­rie ou auprès de l’au­teur

bruno.rion­det chez laposte point net

http://rion­det-bruno.blog­spot.fr/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.