Aller au contenu

Sortie du nouveau rapport de l’AITEC ! « Collec­ti­vi­tés locales, reprendre la main, c’est possible ! »

Le nouveau rapport de l’AITEC « Collec­ti­vi­tés locales, reprendre la main, c’est possible ! Poli­tiques publiques de tran­si­tion démo­cra­tique et écolo­gique : résis­tances et alter­na­tives locales à la libé­ra­li­sa­tion » se fonde sur une enquête appro­fon­die menée en 2017 auprès d’élu-e-s, d’agents terri­to­riaux, et d’ac­teur-trice-s du monde asso­cia­tif. Il met en avant des poli­tiques publiques locales alter­na­tives, plus démo­cra­tiques, plus justes et plus durables, à rebours de la libé­ra­li­sa­tion des marchés, du tout-privé et d’une écono­mie hors-sol.

Collec­ti­vi­tés locales, reprendre la main, c’est possible !

L’as­pi­ra­tion modeste est de dres­ser un paysage non exhaus­tif des contraintes régle­men­taires que rencontrent les collec­ti­vi­tés locales progres­sistes pour porter des poli­tiques publiques locales de tran­si­tion démo­cra­tique et écolo­gique. Ce rapport propose des pistes pour saisir les oppor­tu­ni­tés permet­tant de créer un “écosys­tème” d’al­ter­na­tives afin de renou­ve­ler ou inven­ter des formes de gouver­nance locale plus démo­cra­tiques, justes et durables.

Les poli­tiques néoli­bé­rales d’aus­té­rité et de libé­ra­li­sa­tion des échanges commer­ciaux et finan­ciers ont poussé dans le sens d’une trans­po­si­tion des règles du marché dans la sphère publique. Elles placent les grandes entre­prises, souvent trans­na­tio­nales et fortes de moyens tech­niques et finan­ciers impor­tants, en parte­naires idéaux des pouvoirs publics. Ces poli­tiques parti­cipent de l’as­sè­che­ment des systèmes de soli­da­ri­tés publics et de l’as­phyxie de l’éco­no­mie de proxi­mité  : remise en cause de l’uni­ver­sa­lité des services publics, diffi­cul­tés de relo­ca­li­sa­tion de l’éco­no­mie, gestion comp­table déshu­ma­ni­sée des poli­tiques publiques, etc. Elles étouffent les possi­bi­li­tés de déve­lop­per les poli­tiques néces­saires pour répondre aux défis sociaux et envi­ron­ne­men­taux auxquels nous faisons face loca­le­ment et globa­le­ment.

Pour autant, ces contraintes n’éliment pas la moti­va­tion de certaines collec­ti­vi­tés à faire émer­ger tout un panel de solu­tions pour contre-carrer les ambi­tions de lucra­ti­vité et d’ac­ca­pa­re­ment portées par les tenants de la doxa néoli­bé­rale. Trois entrées d’al­ter­na­tives ont pu être iden­ti­fiées :

1. Premiè­re­ment, il s’agit de (re)démo­cra­ti­ser des services publics  : remu­ni­ci­pa­li­ser les services publics, inves­tir dans des socié­tés coopé­ra­tives d’in­té­rêt géné­ral (SCIC), ne pas s’en­fer­mer dans des contrats de parte­na­riats publics-privés etc. Cela permet de pouvoir garder la main publique sur les services et donc le contrôle des dépenses et des orien­ta­tions, d’in­clure les citoyen-ne-s dans les proces­sus de contrôle et de déci­sion, et d’orien­ter les (ré)inves­tis­se­ments pour l’amé­lio­ra­tion et l’ac­ces­si­bi­lité du service ;

2. Deuxiè­me­ment, il s’agit d’al­ler vers une commande publique respon­sable  : privi­lé­gier les achats publics locaux en prenant en compte les notions de cycle de vie ou de circuit-court, bien connaître l’offre terri­to­riale pour adap­ter la demande publique aux capa­ci­tés des TPE/PME et entre­prises de l’éco­no­mie sociale et soli­daire (ESS), etc. Cela permet de prendre en compte l’im­pact social et envi­ron­ne­men­tal de l’achat public tout en relo­ca­li­sant l’éco­no­mie et en soute­nant les acteurs socio-écono­miques locaux ;

3. Troi­siè­me­ment, il s’agit de travailler avec et pour le tissu socio-écono­mique du terri­toire : struc­tu­rer l’offre des acteur-trice-s écono­miques locaux (fami­liaux, arti­sa­naux, agri­coles ou éthiques), faci­li­ter l’ac­cès au foncier et aux équi­pe­ments publics pour les acteur-trice-s de l’ESS, soute­nir des initia­tives de coopé­ra­tives citoyennes (d’ha­bi­tant-e-s, d’éner­gies renou­ve­lables, etc.), etc. Cela renforce l’offre locale face aux grands groupes, tout en allant vers une (re)démo­cra­ti­sa­tion des rapports socio-écono­miques locaux.

Cons­cientes des carcans qu’il reste à combattre pour avoir les mains libres afin d’im­pul­ser des proces­sus de relo­ca­li­sa­tion de l’éco­no­mie et de re-démo­cra­ti­sa­tion des poli­tiques publiques locales, plusieurs reven­di­ca­tions et pistes d’ac­tion ont été suggé­rées par les acteur-trice-s rencon­tré-e-s :

  •  Faire sauter les verrous de l’in­ter­dic­tion de la préfé­rence locale pour pouvoir inclure plus de pour­cen­tage d’em­plois et d’en­tre­prises locales dans les contrac­tua­li­sa­tions publiques ;
  •  Permettre des excep­tions à la libre-concur­rence pour toutes les entre­prises de l’ESS, pas seule­ment dans les secteurs social, sani­taire et cultu­rel, mais aussi arti­sa­nal et commer­cial ;
  •  Sortir les services et marchés publics du champ des négo­cia­tions des accords de libre-échange ;
  •  Abor­der les terri­toires de manière beau­coup plus écosys­té­mique, comme un ensemble d’in­te­rac­tions et mener des programmes de plani­fi­ca­tion et d’amé­na­ge­ment du terri­toire en ce sens ;
  •  Accor­der un statut spéci­fique aux communs, y compris une recon­nais­sance juri­dique, pour influer sur les poli­tiques foncières, la gestion des biens sociaux, ou la consé­cra­tion d’es­paces publics ;
  •  Donner plus de place aux mouve­ments sociaux et citoyens dans le proces­sus d’éla­bo­ra­tion des poli­tiques publiques, de l’émer­gence à la mise en œuvre en passant par le suivi et le contrôle.

Bien d’autres pistes sont envi­sa­geables. Par leur force de résis­tance, et la capa­cité struc­tu­rante de leurs préro­ga­tives de puis­sance publique, les collec­ti­vi­tés locales sont des actrices de poids dans les proces­sus de tran­si­tion démo­cra­tique et écolo­gique, pour peu qu’elles s’ancrent dans une démarche struc­tu­relle et systé­mique en s’al­liant entre elles mais aussi avec les acteur-trice-s citoyen-ne-s – asso­cia­tions, mouve­ments sociaux, syndi­cats, collec­tifs d’ha­bi­tant-e-s ou d’usa­ger-e-s, etc – pour porter leurs reven­di­ca­tions. La déso­béis­sance et la résis­tance locales aux proces­sus de libé­ra­li­sa­tion est un fil à tirer pour travailler dans cette démarche sur la base d’une contes­ta­tion commune et d’un projet de société alter­na­tif commun.

Cons­truire l’éman­ci­pa­tion par les poli­tiques publiques locales pour­rait repo­ser sur quelques fonda­men­taux :

  •  Centra­lité des droits et des communs
  •  Résis­tance aux multi­na­tio­nale et au modèle qu’elles véhi­culent
  •  Plai­doyer et portage de reven­di­ca­tions communes auprès des insti­tu­tions poli­tiques
  •  Coopé­ra­tion entre collec­ti­vi­tés locales et mouve­ments sociaux
  •  Croi­se­ment d’échelles entre local, trans­lo­cal, et global
  •  Approche holis­tique de la tran­si­tion
  •  Croi­se­ment stra­té­gique entre alter­na­tive / résis­tance / réseau
  •  Soli­da­rité entre terri­toires et réduc­tion des inéga­li­tés (péréqua­tion, coopé­ra­tion décen­tra­li­sée)

Néan­moins, mettre en place des poli­tiques publiques locales alter­na­tives implique de saisir les enjeux de la libé­ra­li­sa­tion à l’échelle mondiale, parce qu’ils déter­minent la ratio­na­lité domi­nante qui s’im­posent aux poli­tiques locales. Les enjeux de taxa­tion des tran­sac­tions finan­cières, de finan­ce­ment de l’adap­ta­tion au chan­ge­ment clima­tique, de mise en place de poli­tiques migra­toires alter­na­tives, de commerce mondial soli­daire et équi­table, sont des enjeux qui concernent les collec­ti­vi­tés locales et leurs marges de manœuvre, mais ne peuvent s’ap­pré­hen­der au seul prisme de l’échelle locale. Renfor­cer des posi­tions communes pour une tran­si­tion fondée sur les droits et les communs univer­sels, contre un loca­lisme exclu­sif et xéno­phobe, est tout l’enjeu d’une résis­tance au libé­ra­lisme qui abou­tit à un projet poli­tique éman­ci­pa­teur.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.