Aller au contenu

Le Syndi­cat des avocats de France adresse une lettre ouverte à Madame Peni­caud, Ministre du travail.

Lettre datée du 19 mars.

http://lesaf.org/lettre-ouverte-a-madame-muriel-peni­caud-ministre-du-travail/

Madame la Ministre du Travail,

Nous vous deman­dons d’in­ter­ve­nir en urgence afin de clari­fier les posi­tions du Gouver­ne­ment et de préci­ser offi­ciel­le­ment l’ordre des prio­ri­tés dans l’ap­pli­ca­tion du Code du travail en cette période de confi­ne­ment lié à la pandé­mie de Covid-19. Ces éléments ne sont natu­rel­le­ment pas exhaus­tifs, mais il est hors de ques­tion de préser­ver l’in­té­rêt écono­mique des entre­prises et de leurs action­naires, sans préser­ver aussi les droits des sala­riés.

  1. Dans le cadre des rela­tions indi­vi­duelles de travail :
  • Sur le droit de retrait :

Vous indiquez dans votre Ques­tions/réponses en date du 17 mars 2020 que « dans le contexte actuel, dans la mesure où l’em­ployeur a mis en œuvre les dispo­si­tions prévues par le code du travail et les recom­man­da­tions natio­nales visant à proté­ger la santé et à assu­rer la sécu­rité de son person­nel, qu’il a informé et préparé son person­nel, notam­ment dans le cadre des insti­tu­tions repré­sen­ta­tives du person­nel, le droit indi­vi­duel de retrait ne peut pas, en prin­cipe, trou­ver à s’exer­cer. » et plus loin : « Dans ces condi­tions, dès lors que sont mises en œuvre tant par l’em­ployeur que par les sala­riés les recom­man­da­tions du gouver­ne­ment la seule circons­tance que je sois affecté(e) à l’ac­cueil du public et pour des contacts brefs ne suffit pas, sous réserve de l’ap­pré­cia­tion souve­raine des tribu­naux, à consi­dé­rer que je justi­fie d’un motif raison­nable pour exer­cer mon droit de retrait. »

Cette affir­ma­tion est de nature à dissua­der des sala­riés d’exer­cer leur droit de retrait, de peur de perdre du salaire ou d’être sanc­tion­nés, ce d’au­tant que plus loin, vous expliquez aux employeurs comment réagir en cas de droit de retrait abusif, alors même que leur employeur n’aura pas mis en œuvre de manière suffi­sante les mesures de préven­tion préco­ni­sées, ce qui n’est pas conforme à la démarche géné­rale de préven­tion et de soli­da­rité préco­ni­sée par le Gouver­ne­ment ni aux prin­cipes de préven­tion qu’im­posent le code du travail.

De nombreux cas nous sont remon­tés de sala­riés extrê­me­ment inquiets pour leur santé et celle de leurs proches, dans la mesure où ils ne peuvent être en télé­tra­vail et où l’em­ployeur leur impose de venir travailler sans prendre de mesures suffi­santes (certains employeurs se contentent de prétendre être allé cher­cher du gel hydro­al­coo­lique à la phar­ma­cie et ne pas en avoir trouvé pour se croire exoné­rés de leurs obli­ga­tions !).

Puisque vous expliquez aux employeurs comment agir si le sala­rié exerce abusi­ve­ment son droit de retrait, il est impé­ra­tif que vous renfor­ciez clai­re­ment les sanc­tions encou­rues par les employeurs qui ne mettraient pas en place de mesures de préven­tion suffi­santes (sanc­tions qui doivent être d’au­tant plus dissua­sives qu’elles ne pour­ront être pronon­cées qu’a­près la période de confi­ne­ment puisque les tribu­naux ne peuvent en être saisis immé­dia­te­ment) en expliquant aux sala­riés de quels recours ils disposent.

Dans le même ordre d’idée, il est néces­saire d’im­po­ser aux employeurs d’ap­pliquer le même régime aux sala­riés concer­nés par une suspi­cion de Covid-19 qu’à ceux diagnos­tiqués comme ayant contracté le virus, dans la mesure où le nombre de tests dispo­nibles ne permet pas de diagnos­tiquer avec certi­tude toutes les personnes présen­tant des symp­tômes.

Vous ne pouvez pas lais­ser les sala­riés seuls face au choix de préser­ver leur santé et de parti­ci­per aux consignes gouver­ne­men­tales visant à limi­ter la diffu­sion du virus, ou de perdre leur rému­né­ra­tion, voire leur emploi, lorsque l’em­ployeur ne prend de mesures de préven­tion sérieuses et effi­caces.

  • Sur le télé­tra­vail :

Vous affir­mez dans votre Ques­tions/Réponses que « la mise en œuvre du télé­tra­vail dans ce cadre ne néces­site aucun forma­lisme parti­cu­lier ».

Or fréquem­ment, même si le travail peut être effec­tué à distance, le sala­rié ne dispose pas des outils néces­saires (équi­pe­ment infor­ma­tique, accès inter­net effi­ca­ce…) ni d’un loge­ment suffi­sam­ment grand pour ne pas être dérangé par ses proches.

Pour ces cas et si le sala­rié ne répond pas aux condi­tions permet­tant un arrêt de travail, il convien­drait de contraindre les entre­prises à dispen­ser leurs sala­riés de travail (rému­né­rés) ou à utili­ser le méca­nisme de l’ac­ti­vité partielle (là où aujourd’­hui, ce n’est présenté que comme une faculté).

Vous évoquez la possi­bi­lité pour l’em­ployeur de modu­ler les durées du travail, mais vous omet­tez d’évoquer la néces­sité d’in­for­mer et consul­ter le CSE.

  • Sur les ruptures du contrat de travail :

Le Gouver­ne­ment affirme vouloir éviter les licen­cie­ments, mais il semble­rait que de nombreux employeurs usent, voire abusent, du droit de mettre fin à la période d’es­sai sans motif.

Puisque vous prenez la peine d’ex­pliquer aux sala­riés que l’exer­cice du droit de retrait peut être abusif, il serait oppor­tun de rappe­ler égale­ment aux employeurs que la rupture de période d’es­sai peut être abusive.

  1. Dans le cadre des rela­tions collec­tives de travail :
  • Sur la situa­tion des repré­sen­tants du person­nel :

Les repré­sen­tants du person­nel sont surchar­gés de travail en raison des ques­tions inces­santes des sala­riés et des diffi­cul­tés qu’ils rencontrent, dans de nombreuses entre­prises, pour veiller à ce que l’em­ployeur prenne de réelles mesures de préven­tion des risques pour l’en­semble des sala­riés ou pour s’as­su­rer qu’il met en place des moyens appro­priés pour le télé­tra­vail, etc…

En consé­quence, afin de mettre en pratique l’es­prit de soli­da­rité appelé de ses vœux par le Président de la Répu­blique, pour­riez-vous rappe­ler formel­le­ment aux entre­prises :

  • Qu’elles ne peuvent pas impo­ser de mise en acti­vité partielle aux repré­sen­tants du person­nel, de manière à leur permettre de conti­nuer à prendre leurs heures de délé­ga­tion et à assu­mer toutes leurs missions auprès des sala­riés. La juris­pru­dence a toujours rappelé que les mandats ne sont pas suspen­dus en cas de chômage partiel et que l’em­ployeur doit main­te­nir le salaire de tout repré­sen­tant du person­nel à qui il ne peut impo­ser ce régime ;
  • Que les heures de délé­ga­tion peuvent être dépas­sées en cas de circons­tances excep­tion­nelles et qu’à l’évi­dence la situa­tion actuelle relève de circons­tances excep­tion­nelles, de telle sorte que les repré­sen­tants du person­nel puissent exer­cer leur mandat et se concen­trer sur la gestion de la crise, sans perdre du temps et de l’éner­gie à devoir se préoc­cu­per de leur propre situa­tion et sans subir de pres­sion de leur hiérar­chie.
  • Sur les consul­ta­tions et exper­tises en cours :

Alors que les réunions des CSE ne peuvent souvent plus se tenir, en raison de la ferme­ture des sites, de l’in­ter­dic­tion de dépla­ce­ment des sala­riés élus, et du manque de moyens de visio­con­fé­rence adap­tés, aucun décret n’est inter­venu pour contraindre les entre­prises à suspendre leurs projets soumis à consul­ta­tion des CSE ou a minima pour aména­ger une suspen­sion des délais préfix de consul­ta­tion prévus par les articles L.2312–16 et R.2312–6 du Code du travail ou encore L.1233–30 en matière de PSE.

De même, rien n’est prévu à notre connais­sance concer­nant les délais dont disposent les divers experts dési­gnés par les CSE, quelle que soit la mission en cours (missions dans le cadre des consul­ta­tions récur­rentes, ou sur des projets aux impacts impor­tants, dans le cadre d’un droit d’alerte, ou concer­nant un risque grave…), alors qu’à l’évi­dence, le confi­ne­ment empêche les experts de travailler norma­le­ment (impos­si­bi­lité notam­ment de rencon­trer les sala­riés et la Direc­tion, de rece­voir les infor­ma­tions néces­sai­res…).

Ces situa­tions posent d’au­tant plus diffi­culté que l’ac­cès au juge est impos­sible, puisque les tribu­naux ne restent ouverts que pour certaines audiences essen­tiel­le­ment en droit pénal ou en référé « d’ex­trême urgence », qu’il n’est prévu aucun audien­ce­ment possible en procé­dure accé­lé­rée au fond appli­cable en cas de contes­ta­tion portant sur les délais de consul­ta­tion ou d’ex­per­tise, et qu’il n’est possible d’in­tro­duire aucun conten­tieux même en cas de réor­ga­ni­sa­tion impliquant des situa­tions dange­reuses.

Le conten­tieux collec­tif du travail réclame le main­tien d’un accès au Juge qui n’a pas été envi­sagé.

De même les DIRECCTE ne peuvent pas trai­ter norma­le­ment les dossiers, la plupart du person­nel étant en télé­tra­vail, sans accès aux dossiers papier et avec un accès extrê­me­ment limité à la plate­forme spéci­fique en matière de PSE.

Les inspec­teurs du travail ne peuvent plus se dépla­cer sur site. Les sala­riés se retrouvent sans protec­tion au pire moment.

  • Sur la contes­ta­tion des accords collec­tifs :

Le délai de deux mois prévu par l’ar­ticle L.2262–14 du Code du travail ne saurait trou­ver appli­ca­tion dans le contexte actuel où aucune saisine du Juge ne peut inter­ve­nir.

  1. Sur les délais de pres­crip­tion

Par ailleurs, de façon géné­rale, il convien­drait de préci­ser de manière claire et dans un texte oppo­sable devant un juge, la suspen­sion de tous les délais de pres­crip­tion, notam­ment dans le cadre des actions prud’­ho­males, tels que le délai d’un an pour saisir à comp­ter de la rupture du contrat de travail, et dans le cadre des conten­tieux devant les juri­dic­tions admi­nis­tra­tives et judi­ciaires. En effet, compte tenu du confi­ne­ment, il est diffi­cile, voire impos­sible, pour les défen­seurs syndi­caux et les avocats d’avoir accès à leurs dossiers et de dépo­ser maté­riel­le­ment des requêtes.

  1. Sur le projet de loi visant à modi­fier le Code du travail par ordon­nance :

En outre, nous sommes parti­cu­liè­re­ment inquiets quant au fait que le projet de loi rela­tif au Covid-19 prévoit de permettre au Gouver­ne­ment de modi­fier de nouveau le Code du travail par ordon­nance afin d’en­vi­sa­ger de nouvelles déro­ga­tions à des règles jusqu’à présent consi­dé­rées comme d’ordre public et d’in­ter­ve­nir dans des domaines aussi impor­tants que la durée du travail, le repos hebdo­ma­daire, le repos domi­ni­cal, l’ac­qui­si­tion et la prise des congés payés, des jours de réduc­tion du temps de travail, des règles rela­tives aux procé­dures collec­tives (déjà si peu protec­trices des sala­riés en parti­cu­lier en termes de délais de procé­dure).

Depuis 2013, les réformes de grande ampleur se sont succé­dées pour modi­fier de manière profonde et déstruc­tu­rante le droit du travail. Dans le même temps des réformes très lourdes sont égale­ment venues boule­ver­ser les procé­dures appli­cables à la Justice sociale.

Tous ces textes sont d’une complexité majeure à appliquer, voire impos­sible parfois (textes contra­dic­toires, situa­tions non couver­tes…) et les sala­riés en pâtissent dans l’exer­cice de leurs droits comme dans l’ac­cès au Juge pour se défendre.

Il serait catas­tro­phique d’y ajou­ter encore de la confu­sion.

Il n’est évidem­ment pas ques­tion non plus que des réformes puissent être déci­dées dans l’ur­gence avec des effets au-delà de la période excep­tion­nelle du confi­ne­ment.

Nous vous exhor­tons à ne pas « légi­fé­rer » encore dans la préci­pi­ta­tion, sans prendre le temps de consul­ter les parte­naires sociaux et les prati­ciens du droit du travail.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.