Aller au contenu

Le vrai visage du bitard

En menaçant de porter plainte contre celles et ceux qui ont attenté à sa « verge blanche », les bitards tombent le masque. Il est peut-être temps que muni­ci­pa­lité et univer­sité renoncent à se faire complices d’une pratique violente et dégra­dante qui n’a pas grand chose à voir avec l’es­prit de Rabe­lais.

Je n’ai jamais pensé que les bitards méritent qu’on s’at­tardent à dénon­cer leur délires avinés. Mais cette affaire devrait faire réflé­chir ceux qui conti­nuent de les subven­tion­ner et regardent d’un œil bien­veillant leur tradi­tion­nelle pratique du « chahut bizu­teur », de l’éruc­ta­tion nauséa­bonde, du tripo­tage bala­deur. Ils seraient garants d’une tradi­tion, qui plus est rabe­lai­sienne ! Il n’y aurait donc rien à dire ! Si on convoque les mannes de l’es­prit Renais­sance, ça justi­fie qu’une univer­sité tende les bras, qu’un Crous délie sa bourse, qu’une muni­ci­pa­lité offre la sienne !

Rabe­lais! Pensez donc ! L’in­so­lence joyeuse, la liberté conqué­rante, l’au­dace de l’uto­pie, tout cela résumé dans des costumes renais­sance, dans des liba­tions hommages, dans la paillar­dise bran­die comme éten­dard !

Sauf que… les costumes ont bien triste mine aujourd’­hui et la liberté d’es­prit et l’es­prit d’in­so­lence ont bien atteint le fond de la bouteille, défi­ni­ti­ve­ment noyés sous la vulga­rité, l’ou­tre­cui­dance, le machisme le plus stupide et l’igno­rance crasse. En menaçant de porter plainte contre ceux qui ont osé porter atteinte à leur « symbole », ils ont bien mérité le quali­fi­ca­tif « d’at­tar­dés » qui leur a été attri­bué : la bite deve­nue bien, voire monu­ment public, ne saurait donc souf­frir l’ou­trage ! Fort de sa légi­ti­mité, insti­tu­tion­na­lisé désor­mais, il est bien ridi­cule, le bitard qui réclame son bon droit, la protec­tion de la force publique en plus de l’onc­tion du pouvoir poli­tique. Lui qui faisait de la provo­ca­tion son petit fond de commerce et lais­sait croire à tous que le second degré était assez haut pour le situer au dessus du sexisme agres­sif, le voilà descendu de sa marche. A portée du mépris… .

Jacques Arfeuillère

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Le vrai visage du bitard »

  1. cormier dit :

    parait il même qu’il font tourner le lait des vaches avant qu’il sorte du pis …  l’ignorance crasse est effectivement un problème de nos jour,  ce genre de journalisme infondée a toujours été a portée de mépris

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.