Aller au contenu

Les étudiants étran­gers: Edouard Philippe et Marine Le Pen sont d’ac­cord.

Reçu d’une univer­si­taire, le 27 novembre ces deux cita­tions de poli­ti­ciens français,

Deux poli­ti­ciens: l’un est aux affaires, l’autre s’y prépare:

“Notre stra­té­gie : opérer une forme de révo­lu­tion pour que notre attrac­ti­vité ne soit plus tant fondée sur la quasi-gratuité que sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l’ex­cel­lence. (…) Un étudiant étran­ger fortuné qui vient en France paye le même montant qu’un étudiant français peu fortuné dont les parents résident, travaillent et payent des impôts en France depuis des années. C’est injuste.”

MEdouard Philippe, 20 novembre 2018.

“La France, c’est un fait, consacre une dépense publique élevée à ses forma­tions, et c’est un pari heureux sur l’ave­nir de sa jeunesse. Nous devons main­te­nir cet effort et même l’am­pli­fier si possible. En contre­par­tie, je propose d’aug­men­ter les droits de scola­rité dont s’ac­quittent les étudiants étran­gers quand ils étudient dans notre pays. Il n’est pas ques­tion de les augmen­ter à un niveau où ils devien­draient dissua­sifs car la France s’ho­nore de former des étudiants qui devien­dront à leur tour des ambas­sa­deurs de notre culture. Mais ces droits sont actuel­le­ment très bas et doivent mieux reflé­ter le coût qu’ils induisent pour le contri­buable français.”

Marine Le Pen, 31 mars 2017.

Billet invité à retrou­ver paginé ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.