Aller au contenu

L‘UKRAINE CONTINUE DE RESISTER !

SOUTIEN TOTAL A LA RESISTANCE UKRAINIENNE !

Commu­niqué d’En­semble ! :

L’Ukraine conti­nue de résis­ter et de mettre en échec l’ar­mée russe, toujours et de plus en plus touchée par de lourdes pertes, obli­gée de quit­ter Kyiv et sa région, recen­trée sur l’est de l’Ukraine.

La barba­rie du compor­te­ment de l’ar­mée russe envers les civils, les crimes de guerre ou crimes contre l’hu­ma­nité, la multi­pli­ca­tion des viols -y compris d’en­fants- et les inter­ro­ga­tions légi­times sur le possible carac­tère géno­ci­daire de ces crimes : toute cette horreur, ainsi que les multiples destruc­tions aux graves consé­quences sociales et écolo­giques, n’aura pas réussi à briser la résis­tance ukrai­nienne pour­tant dans un rapport de forces mili­taire très défa­vo­rable.

Le régime dicta­to­rial de la Russie n’a cepen­dant pas encore perdu la guerre. Faute d’avoir rayé l’Ukraine de la carte, son objec­tif initial, l’im­pé­ria­lisme russe vise toujours à nier l’exis­tence de la nation ukrai­nienne et à récu­pé­rer le Donbass et ses ressources agri­coles et minières et annexer toute la rivage de la Mer Noire. Sur la défen­sive, ce régime réuti­lise régu­liè­re­ment la menace de l’arme nucléaire et tente d’im­pres­sion­ner l’opi­nion publique mondiale et euro­péenne atta­chée à la paix.

Une mission du Réseau euro­péen de soli­da­rité avec l’Ukraine, à laquelle parti­cipent deux membres d’En­semble! (Laurence Boffet et Roland Mérieux), est en ce moment à Lviv ! Dans un tel contexte, les acti­vi­tés de soli­da­rité huma­ni­taire et poli­tique conti­nuent en effet, avec notam­ment les convois de soli­da­rité, l’en­voi de missions vers l’Ukraine et la parti­ci­pa­tion aux mani­fes­ta­tions larges contre la guerre, là où elles existent et reflètent entre autres l’in­di­gna­tion face à l’agres­sion russe… Ces acti­vi­tés doivent se diver­si­fier, se multi­plier.

La soli­da­rité doit aussi se traduire sur le plan poli­tique et écono­mique : les sanc­tions doivent être impla­cables, notam­ment sur le plan des hydro­car­bures avec l’em­bargo, et donner l’oc­ca­sion de la bifur­ca­tion écolo­gique d’aban­don des éner­gies fossiles vers des alter­na­tives éner­gé­tiques, en réponse radi­cale, concrète et immé­diate au réchauf­fe­ment clima­tique. Cette soli­da­rité ne doit pas faiblir sous pres­sion de la menace nucléaire russe !
Comment pour­rait-on accep­ter, sous cette menace, de renon­cer aux droits des peuples à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion et à leur auto­dé­fense légi­time en cas d’agres­sion ?Céder à cette menace, c’est encou­ra­ger les impé­ria­lismes et les dicta­tures à impo­ser leur diktat aux peuples du monde !

La dicta­ture pouti­nienne ose instru­men­ta­li­ser le 8 mai 1945* (célé­bré le 9 mai en Russie) contre le peuple ukrai­nien et son gouver­ne­ment trai­tés de nazis ! Alors que la résis­tance anti­na­zie du peuple ukrai­nien aux côtés de la résis­tance des peuples russe et biélo­russe a joué un rôle majeur pour vaincre le nazisme !

Céder à cette menace et à cette réécri­ture de l’his­toire, c’est accep­ter l’ordre établi c’est renon­cer à la démo­cra­tie et à l’éman­ci­pa­tion !

Céder à cette menace ou conti­nuer à renvoyer dos-à-dos l’agres­seur et l’agressé, ou dire au mépris de la réalité des faits que ce sont l’OTAN et les impé­ria­lismes occi­den­taux – auxquels nous nous oppo­sons aussi et depuis toujours -, qui sont respon­sables de l’agres­sion russe, c’est pour­tant ce que dit et propose hélas une partie des gauches dans le monde entier, ce serait entrer dans la voie de l’aveu­gle­ment, du renie­ment, du déshon­neur et de la honte !

Ensemble !, avec le Réseau euro­péen Ukraine Soli­da­rity, conti­nue d’ap­por­ter son soutien total à la résis­tance ukrai­nienne, armée ou non-armée, et son entière soli­da­rité avec les oppo­si­tions qui, malgré la répres­sion, gran­dissent en Russie et en Biélo­rus­sie !

La fin de la guerre et la pers­pec­tive de la paix ne sont possibles que sur la base du respect du droit inter­na­tio­nal, de l’in­té­grité terri­to­riale de l’Ukraine et du respect de l’auto-déter­mi­na­tion et de l’auto-défense du peuple ukrai­nien !

La Commis­sion inter­na­tio­nale d’En­semble ! (6 mai 2022)


Compte-rendu de la délé­ga­tion euro­péenne du réseau euro­péen de soli­da­rité avec l’Ukraine fait par deux cama­rades d’En­semble! qui y parti­ci­paient.

JOUR 1 :

Nous sommes arri­vés à LVIV hier après-midi. Laurence Boffet ainsi que les parle­men­taires présents dans la délé­ga­tion ont  rencon­tré mercredi matin le parti Razem (gauche radi­cale polo­naise, envi­ron 7% aux dernières élec­tions légis­la­tives – soit 6 dépu­tés) puis les asso­cia­tions qui tiennent une maison des soli­da­ri­tés à la fron­tière polo­naise. Ensuite nous avons rencon­trés des huma­ni­taires polo­nais (anciens musi­ciens orga­ni­sa­teurs de festi­vals recon­ver­tis en convoyeurs de tout, médi­ca­ments, repas, réfu­giés). 

Ce jeudi en lien avec les cama­rades de Sotsial­nyi Rukh –  Mouve­ment social Ukrai­nien  ( mili­tant pour une socia­lisme démo­cra­tique), nous rencon­trons aujourd’­hui et demain des repré­sen­tants syndi­caux (en parti­cu­lier du rail, services publics santé, mineurs), des mili­tants écolo­gistes, fémi­nistes, LGBTQ+. La délé­ga­tion euro­péenne du réseau euro­péen de soli­da­rité avec l’Ukraine comprend des parle­men­taires polo­nais, suisses, danois, finlan­dais des partis essen­tiel­le­ment « rouge et vert » ainsi que des repré­sen­tants de mouve­ments de soli­da­ri­tés anglais, belge, espa­gnol ( Cata­logne ). 

Du côté français sont présents  dans la délé­ga­tion des cama­rades du NPA ( Cathe­rine Samary et Olivier Besan­ce­not ) du PEPS (  Patrick Farbiaz ) Mireille Fanon-Mendes-France ( Fonda­tion Fanon ) et Laurence Boffet et Roland Merieux pour Ensemble !

JOUR 2 ( jeudi ) à Lviv

La mati­née a été consa­cré en une rencontre avec les respon­sables du  Forum social Ukrai­nien ( Sotsial­nyi Rukh )  ils nous ont présen­tés leurs diverses acti­vi­tés en parti­cu­lier sur les ques­tions sociales et démo­cra­tiques que leur mouve­ment tente de mettre en œuvre et leur vision de la situa­tion poli­tique dans leur pays en état de guerre (soutien au président W. Zelensky et son gouver­ne­ment concer­nant inté­grité et la souve­rai­neté de l’Ukraine et l’agres­sion impé­ria­liste de la Russie mais très critique sur de nombreuses autres ques­tions comme le sociale, l’éco­lo­gie et le respect des proces­sus démo­cra­tiques ). 

Plusieurs membres de la délé­ga­tion euro­péenne étaient presents : parle­men­taires danois, finlan­dais, polo­nais, membres de partis (  Suisse –  Espa­gnol – Britan­niques –  Français ) + des cama­rades Argen­tins d’Izquierda Socia­lista qui reve­naient de Kiev ). 

Une décla­ra­tion commune est en cours de rédac­tion repre­nant les larges conver­gences évoquées toute la mati­née, décla­ra­tion proche de celle du texte du réseau euro­péen de soli­da­rité à l’Ukraine avec un point complé­men­taire majeur pour eux, l’adhé­sion rapide de l’Ukraine à l’UE.

L’après-midi a été consa­cré à des inter­ven­tions et échanges avec les syndi­cats ukrai­niens, qui sont géné­ra­le­ment dans deux grandes confé­dé­ra­tions ( la confé­dé­ra­tion des syndi­cats et la confé­dé­ra­tion des syndi­cats libres ). Des repré­sen­tant-e-s de diffé­rents secteurs d’ac­ti­vi­tés sont inter­venu-e-s tels que ceux de la construc­tion, des trans­ports dont des cama­rades du rail, de la santé avec la présence d’un syndi­cat nouveau et indé­pen­dant des deux confé­dé­ra­tions qui défend les travailleurs pauvres de la santé, des mineurs et de l’éner­gie  ( nucléaire ). Une descrip­tion précise sur les luttes sociales avant la guerre concer­nant les hausses de salaire, les consé­quences du néoli­bé­ra­lisme sur les secteurs publics ou la santé nous ont rappe­lés les nôtres. Aujourd’­hui les syndi­cats sont tour­nés vers l’aide concrète aux travailleurs ukrai­niens victimes de la déré­gu­la­tion en ce temps de guerre ( licen­cie­ments,  non paie­ment des salaires voire du travail gratuit, main­tien de la sécu­rité et des infra­struc­tures dans les trans­ports ou le nucléaire). La ques­tion écolo­gique a aussi été abordé par certains syndi­cats.


Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.