Aller au contenu

Non à l’im­mense plan social sur les emplois aidés !

Mercredi 18 octobre : la  » jour­née noire  » des asso­cia­tions

 

Avec une violence inouïe, le gouver­ne­ment vient de déci­der la suppres­sion de 150 000 emplois aidés dès 2017, et 110 000 supplé­men­taires en 2018. Compte tenu de la fragi­lité des asso­cia­tions, beau­coup débou­che­ront sur des licen­cie­ments. Cet immense plan social a été décidé sans aucune concer­ta­tion et dans une approche stric­te­ment comp­table. Il témoigne d’une igno­rance et d’un mépris de la société civile, qui semble pour le gouver­ne­ment se réduire aux start-up et aux entre­pre­neurs sociaux. Cette déci­sion est catas­tro­phique pour des dizaines, et bien­tôt des centaines de milliers de sala­rié.e.s privés d’em­ploi, pour des milliers de collec­ti­vi­tés inca­pables d’as­su­rer la conti­nuité du service public, pour la survie de milliers d’as­so­cia­tions et pour les popu­la­tions aidées. C’est une atteinte grave à la dignité des personnes, à l’ac­cès au droit, à la soli­da­rité, aux pratiques cultu­relles, spor­tives et éduca­tives, au vivre ensemble.

Les asso­cia­tions ne se défi­nissent pas seule­ment par un  » modèle écono­mique « , mais par un modèle social, démo­cra­tique, humain fait d’éman­ci­pa­tion, de respect des droits fonda­men­taux, d’éga­lité, mais aussi de coopé­ra­tion, de géné­ro­sité. L’in­no­va­tion sociale, ce n’est pas l’ubé­ra­li­sa­tion de la société, mais l’in­ven­tion sans cesse renou­ve­lée de réponses sur le terrain aux besoins des habi­tant.e.s et aux aspi­ra­tions des citoyen.ne.s dans la frater­nité. Le retour au XIXe siècle qu’on nous propose est archaïque et invi­vable.

C’est pourquoi les orga­ni­sa­tions et les citoyens signa­taires demandent :

 

  • Un mora­toire sur la suppres­sion des emplois aidés en 2017–2018, c’est-à-dire de nouvelles instruc­tions à Pôle emploi et aux services décon­cen­trés de l’État pour renou­ve­ler les contrats aidés sur la base des critères de début 2017, sans se limi­ter à des aména­ge­ments à la marge en fonc­tion des protes­ta­tions ;
  • Une étude d’im­pact sérieuse et contra­dic­toire de l’évo­lu­tion des finan­ce­ments publics aux asso­cia­tions, de leurs effets sur la vie citoyenne et les terri­toires, sur les actions réali­sées par les asso­cia­tions au service de l’in­té­rêt géné­ral et sur les condi­tions d’em­ploi dégra­dées des sala­rié.es asso­cia­tifs ;
  • La mise en place dès le budget 2018 d’une ligne budgé­taire dotée de 800 millions d’eu­ros supplé­men­taires et son attri­bu­tion décon­cen­trée aux asso­cia­tions contri­buant à l’in­té­rêt géné­ral qui en ont le plus besoin*, employeuses ou non, afin de permettre à ces asso­cia­tions d’as­su­rer la conti­nuité des missions indis­pen­sables qu’elles remplissent au service de la société ;
  • L’ou­ver­ture d’une négo­cia­tion sur l’em­ploi asso­cia­tif, afin que les asso­cia­tions puissent, pour leurs missions perma­nentes au service de l’in­té­rêt géné­ral, rému­né­rer correc­te­ment leurs sala­rié.e.s de façon stable à travers des CDI, tout en main­te­nant un dispo­si­tif adapté de retour à l’em­ploi.

 

Les signa­taires appellent tous les citoyens et toutes les asso­cia­tions à :

 

  • Aler­ter dès main­te­nant leurs parle­men­taires, qui vont débattre du budget 2018 au mois de novembre, avec les syndi­cats de sala­rié.e.s, et chaque fois que c’est possible, avec des collec­ti­vi­tés locales citoyennes qui partagent les mêmes préoc­cu­pa­tions ;
  • Faire du mercredi 18 octobre, jour du  » forum natio­nal des asso­cia­tions et fonda­tions « , une jour­née noire pour les asso­cia­tions partout en France, sous la forme de leur choix, en s’ha­billant de noir pour symbo­li­ser leur mort program­mée, en portant un bras­sard  » en grève « , ou par toute autre action symbo­lique, festive, protes­ta­tri­ce…

 

Ces actions consti­tuent une première étape. D’autres actions communes pour­ront être envi­sa­gées au mois de novembre, notam­ment après les rassem­ble­ments qui se multi­plient du niveau local au régio­nal**.
Je signe cet appel

 

On trou­vera sur le site ICI, des infor­ma­tions, mobi­li­sa­tions passées et outils (lettres-types, etc.)


Vous pouvez nous faire part de vos diffi­cul­tés et vos initia­tives en envoyant un message au CAC sur : mobi­li­sa­tion@as­so­cia­tions-citoyennes.net

* Corres­pon­dant à 5% du montant des subven­tions publiques aux asso­cia­tions. Emma­nuel Macron lui-même semble indiquer dans ses décla­ra­tions au Point que les tâches réali­sées par les asso­cia­tions à travers les emplois aidés sont néces­saires, mais devraient être finan­cées par des subven­tions.
** Beau­coup commencent à le faire, en Auvergne-Rhône Alpes, Cornouaille, Rennes, Nantes, Ile de France, Creuse, Saint-Denis, etc.

 

Premiers signa­taires

Orga­ni­sa­tions : CAC (Collec­tif des Asso­cia­tions citoyennes / Syndi­cat Asso -Soli­daires / Syndi­cat de l’édu­ca­tion popu­laire UNSA / Collec­tif Pas Sans Nous / FSGT (fédé­ra­tion spor­tive et gymnique du travail) / Peuple et Culture / UFISC (Union Fédé­rale d’In­ter­ven­tion des Struc­tures Cultu­relles) / ATTAC / Frater­nité France / Genepi /France Terre d’Asile / Le Plan­ning fami­lial MFPF / ACEPP (Asso­cia­tion des collec­tifs enfants parents profes­sion­nels-crèches paren­tales) / RITIMO / Fédé­ra­tion française des écoles de cirque / Collec­tif pour une éthique en travail social / OPALE / SMA (Syndi­cat des Musiques Actuelles) / Réseau Fémi­niste Ruptures / FEDELIMA (Fédé­ra­tion de lieux de musiques actuelles) / FAMDT (Fédé­ra­tion des asso­cia­tions de musique et danse tradi­tion­nelles) / Asso­cia­tion de Défense des Services Publics et de leurs usagers (05) / COPAF (Collec­tif pour l’ave­nir des foyers)  / APICED Paris 11ème / FERAROCK / Fédé­ra­tion des arts de la rue / REFER (réseau fran­ci­lien des ressources) / Terrain d’en­tente Saint-Etienne (péda­go­gie sociale) / FRMJC Pays de la Loire / Actes If / T’OP! Théâtre de l’Op­primé Lille

Personnes : Jean-Claude BOUAL, Président du CAC / Patrick VIVERET, philo­sophe, anima­teur d’as­so­cia­tions / Julien BAYOU, Conseiller régio­nal Ile de France EELV / Eric COQUEREL, Député France Insou­mise, coor­di­na­teur du Parti de Gauche / Marie-Hélène BACQUÉ, Profes­seure en études urbaines Nanterre / Alain DETOLLE, Maison inter­as­so­cia­tive de Mille­vaches / Didier MINOT, CAC / Nicole PICQUART, CNLRQ (Comité Natio­nal de Liai­son des Régies de quar­tiers) / Irena HAVLICEK, AMIS  Mala­koff  / Paul ROBERT-KEROUEDAN, Fédé­ra­tion Régio­nale pour la Culture et le Patri­moine Mari­times en Bretagne / Monique TILHOU, Univer­sité Popu­laire du Saumu­rois / Anne-Françoise TAISNE, CFSI (Comité français pour la soli­da­rité inter­na­tio­nale) / Gilles ROUBY, FRMJC Pays de la Loire / Chris­tine  TOME, C’faire Nîmes / Domi­nique JAULMES, CASP / Marie-Domi­nique CALCA, Ethno­logue, CAC / Bernard MASSERA, Centre social Accueil Goutte d’Or / Fran­cis LE HERISSE, MIDAF / Julie BABAAMMI – DE SOUSA, SEP-UNSA / Chris­tophe MORVAN, Sciences citoyennes / Danielle SIMONET, Conseillère de Paris, coor­di­na­trice du Parti de Gauche / Bernard VACHERON, CAC / Elisa­beth MONNERAT, ANPAEJ / Jean-Fran­cois MARTEL, T’OP! Théâtre de l’Op­primé

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.