Aller au contenu

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit?

  • Emma­nuelle Johsua est mili­tante d’ Ensemble! insou­mis à Marseille. Elle est ensei­gnante. Cette lettre ouverte adres­sée à Blanquer a été publiée sur un blog de Media­part, le 28 janvier
  • Le blog de Samy Johsua

Dans cette lettre au Ministre de l’Edu­ca­tion natio­nale, Emma­nuelle Johsua, profes­seure en Lycée profes­sion­nel, illustre par cette phrase de Victor Hugo l’ave­nir dessiné par Monsieur Blanquer pour cette filière popu­laire.

Monsieur le Ministre de l’Edu­ca­tion Natio­nale,

J’ai profité de la trêve des confi­seurs pour vous écrire ces quelques lignes. Vous semblez si fier de vos réformes qu’il me paraît impor­tant de vous mettre en garde. Ensei­gnante en lycée profes­sion­nel dans les quar­tiers nord de Marseille, je me permets de vous écrire pour tirer le bilan de ces trois derniers mois et en parti­cu­lier du mois de décembre. Nul ne sait quel sera l’ave­nir mais il est peut-être bon d’évi­ter de faire les mêmes erreurs que votre Président.

  1. Parce qu’il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

En effet comme lui, vous vous êtes hâté de tout trans­for­mer : mise en place de Parcour­sup, réforme du lycée géné­ral et tech­no­lo­gique et trans­for­ma­tion de l’en­sei­gne­ment profes­sion­nel.

Tel un prophète, marchant sur l’eau, comme votre Président, vous avez orga­nisé un simu­lacre de concer­ta­tion et avez contourné toute réelle concer­ta­tion avec les person­nels et leurs orga­ni­sa­tions syndi­cales. Lorsque celles-ci disaient « il faut voir » vous tradui­siez « ils sont faibles » et lorsque celles-ci s’op­po­saient comme ce fut le cas au Conseil Supé­rieur de l’Edu­ca­tion où les orga­ni­sa­tions ont demandé le gel de l’ap­pli­ca­tion de la réforme de la Voie Profes­sion­nelle à la rentrée 2019,  vous n’en avez eu cure. Quand enfin le CNESCO s’est permis de dire que les réformes semblaient mal prépa­rées et allaient ampli­fier les inéga­li­tés sociales, vous l’avez dissout.

Mais début décembre la machine s’est grip­pée. Des milliers de lycéens ont bloqué leur établis­se­ment. Vous leur avez envoyé la police tout en multi­pliant les commu­niqués de presse pour dire qu’ils n’étaient qu’une mino­rité. Quand les lycéens ont refusé de céder vous les avez trai­tés de casseurs et quand la violence liée à leur colère et aux très nombreuses bruta­li­tés poli­cières s’est instal­lée, vous nous avez adressé un cour­rier à nous les ensei­gnant.es pour nous signa­ler que nous ne devions pas les soute­nir.

Et comme rien n’y faisait, la spirale de la violence s’est accé­lé­rée. Plus d’une centaine de jeunes se sont retrou­vés agenouillés, humi­liés, mains sur la tête à Mantes de la Jolie pendant plusieurs heures. Au lieu de protes­ter contre ces images odieuses, vous avez repris mot pour mot les propos du Préfet invoquant des violences sans rapport avec l’ac­tion des lycéens pour justi­fier un acte de répres­sion scan­da­leux. A cela s’ajou­tait les tirs de flash ball, et les joues arra­chées, et les yeux crevés. Mais, au lieu de protes­ter, vous avez été seule­ment « choqué ». Au lieu de proté­ger cette jeunesse, vous avez laissé les condam­na­tions pleu­voir.

Comme votre Président, vous espé­rez que ce cri de colère des jeunes des lycées que vos commu­ni­cants aiment à appe­ler « péri­phé­riques » n’étaient que soubre­sauts.

Comme votre Président, vous avez observé les lycées pari­siens, moins mobi­li­sés, et vous en avez conclu que tout cela passe­rait.

Comme votre Président, en ne répon­dant pas, vous avez confirmé tout votre mépris de domi­nant.

Comme votre président, vous n’avez pas vu que des lycéens de termi­nales L, S, ES, rejoi­gnaient les STMG et les Lycéens profes­sion­nels, que les lycées péri­phé­riques rejoi­gnaient les lycées des centres villes, que tous et toutes se retrou­vaient dans un mouve­ment, certes inha­bi­tuel mais profond. Parce qu’on ne détruit pas l’école de Montesquieu et de Hugo, sans que cela se voit.

Mais reve­nons au fond de vos réformes. Comme vos prédé­ces­seurs, vous avez profité des dysfonc­tion­ne­ments de notre Ecole, pour « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Vous piéti­nez le prin­cipe d’une école égali­taire sur le terri­toire en réfor­mant le diplôme du bac. Vous piéti­nez la base d’une école gratuite pour tous et toutes et ce en parti­cu­lier dans l’en­sei­gne­ment profes­sion­nel.

Les lycées profes­sion­nels, souvent vus comme une école de la relé­ga­tion, sont pour beau­coup d’élèves des écoles de la deuxième chance. Des jeunes, meur­tris par une scola­rité souvent chao­tique, se retrouvent dans un lycée qui leur permet d’ac­cé­der à une forma­tion sanc­tion­née par un diplôme. Vous dites que seule­ment 30 % de bache­liers profes­sion­nels réus­sissent en BTS et seule­ment 5% obtiennent une licence. Mais comme vous connais­sez la maison, vous savez que c’est ce miracle qu’il faudrait souli­gner. Ces chiffres sont le signe qu’a­vec plus d’ef­forts encore, nous pour­rions donner une forma­tion poly­va­lente, quali­fiante et de qualité à tous. Si sur 100 élèves, issus le plus souvent de quar­tiers popu­laires, c’est-à-dire souvent vivant dans des familles très pauvres, 5 réus­sissent une licence après être passés par la Voie Profes­sion­nelle, c’était cela qu’il fallait souli­gner. Mais vous faites le contraire.

Avec votre réforme, les futurs bache­liers profes­sion­nels n’au­ront plus que 2h de mathé­ma­tiques pures ou 2.25 heures de Français, Histoire-Géogra­phie et Ensei­gne­ment moral et civique. Le reste ce sera des Mathé­ma­tiques appliquées ou du Français à visée profes­sion­nelle. Tradui­sez : lire des notices, rele­ver des mesures. Qui mettrait son enfant dans une école qui ne donne que deux heure de Français, d’His­toire-Géogra­phie ET d’En­sei­gne­ment moral et civique ? Personne, sauf s’il y est contraint.

Dès que possible vous pous­sez tout ce petit monde dans l’ap­pren­tis­sage. Mais « où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit », dirait Victor Hugo ? Nos élèves ont quinze ou seize ans en première. Quel parent souhaite à son enfant de passer des mois entiers de travail érein­tant avec seule­ment cinq semaines de vacances par an ? Quel parent souhai­te­rait pour son enfant, qu’il monte des murs des jours durant en plein hiver, qu’il tire du câble sur des chan­tiers en plein soleil, qu’il change des panse­ments de personnes âgées et soit confronté à la mort dans nos maisons de retraite ou nos EPHAD, qu’il soit en contact avec des produits chimiques, ou avec un chef de cuisine ou un supé­rieur raciste ou machiste, qu’il ne fasse que le ménage dans des grandes surfaces, qu’il reste des heures durant dans les courant d’air à faire la sécu­rité ? Quel parent souhaite cela à son enfant ?

Avec le temps qu’il nous a fallu pour inter­dire le travail des enfants, tout bonne­ment vous le glori­fiez ! Victor Hugo doit se retour­ner dans sa tombe.

Et non content de faire cela, vous vous moquez avec votre chef d’œuvre ! Quel chef d’œuvre peut-on réali­ser en Métiers de la sécu­rité, en Vente, en Commerce, en Service-Accueil en Tourisme, en Aide à la personne, en Gestion-Admi­nis­tra­tion ?

A l’école, on se forme, on devient un citoyen et quelque­fois on apprend un métier et c’est déjà beau­coup.

Mais comme votre Président, vous misez tout sur les premiers de cordée. Vous ouvrez des écoles inter­na­tio­nales pour les enfants des cadres de la mondia­li­sa­tion. A celles et ceux d’en haut, on donne tout, à celles et ceux d’en bas, on prend les dernières miettes.

  1. Parce que l’ap­pren­tis­sage est un mythe.

Mais ce n’est pas le seul écueil de l’ap­pren­tis­sage. Contrai­re­ment à l’Al­le­magne, le patro­nat français n’a aucune tradi­tion de l’ap­pren­tis­sage. Pourquoi d’ailleurs se char­ge­rait-il de former sa jeunesse alors que l’école publique, gratuite et obli­ga­toire le fait à sa place ? Quiconque a cher­ché un stage pour son enfant en 3° sait à quel point cela peut être diffi­cile. Quiconque a fait un suivi de stage pour un élève, sait à quel point les inéga­li­tés sociales y sont flagrantes. Aux enfants de cadre, le stage à l’AFP, aux enfants des classes popu­laires, la supé­rette. Et je ne revien­drai pas sur les discri­mi­na­tions à l’ap­pren­tis­sage (moins de filles, moins de jeunes issus des quar­tiers popu­laires), parce que vous les connais­sez.

Donc, votre réforme ne marchera pas. Est-elle faite pour fonc­tion­ner d’ailleurs? J’en doute et même dans les recto­rats et les acadé­mies on en doute. L’Edu­ca­tion Natio­nale est une grande mais aussi une petite maison. Tout se sait ! Et les silences rési­gnés dans les instances supé­rieures sont plus éloquents que vos discours.

Voilà Monsieur le Ministre. Je ne suis qu’une petite ensei­gnante mais je me suis permis de vous mettre en garde. Je sais, avec votre pacte sur l’école, bien­tôt, cela me sera inter­dit. Pour­tant, ces derniers temps, le slogan à la mode est « Qui sème la misère, récolte la colère. » Vous, votre Président et vos commu­ni­cants devriez entendre ce cri.

Peut-être réus­si­rez-vous ! Vous serez alors le Ministre qui a clos des années d’ef­forts pour faire une école pour tous. Vous serez celui qui a renoncé. Triste bilan en réalité.

Emma­nuelle JOHSUA

Ensei­gnante en Lettres-Histoire-Géogra­phie et Ensei­gne­ment moral et civique

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.