Aller au contenu

Point de vue inter­na­tio­na­liste: Univer­sité d’été des mouve­ments sociaux (ATTAC); un bilan promet­teur

Un succès à médi­ter par Daniel Rallet et Julien Rivoire.

L’uni­ver­sité euro­péenne des mouve­ments sociaux orga­ni­sée par le réseau des Attac d’Eu­rope à Toulouse du 23 au 27 août a été un succès qui dit quelque chose de la situa­tion actuelle. Alors qu’au mois de juin Attac était en plein doute sur l’écho que rencon­tre­rait cette univer­sité euro­péenne, celle-ci a rassem­blé plus de 2 000 personnes, soit davan­tage que la précé­dente réunie à Paris en 2014.
Orga­ni­sée dans le cadre rénové de l’uni­ver­sité Jean-Jaurés, mani­fes­tant une dyna­mique qui a réjoui les parti­ci­pants, elle est le révé­la­teur d’un besoin de réflexions communes sur le cadre euro­péen de nos mobi­li­sa­tions, sur l’état des lieux des mouve­ments sociaux et sur les pers­pec­tives d’ac­tion.
Les salles étaient à chaque fois combles, très atten­tives. L’uni­ver­sité d’été a égale­ment été l’oc­ca­sion de renouer avec les tradi­tions de l’édu­ca­tion popu­laire en propo­sant des forma­tions pratiques, des prépa­ra­tions d’ac­tions de déso­béis­sance civile et autres confé­rences gesti­cu­lées.
Certes, cette univer­sité n’a pas rencon­tré l’écho média­tique de celle orga­ni­sée à Marseille par France Insou­mise, mais celle-ci orga­ni­sée simul­ta­né­ment n’a pas privé d’es­pace celle d’At­tac : du point de vue des cercles mili­tants elle a répondu à la demande de cadres communs pour appré­hen­der la situa­tion liée à la nouvelle séquence poli­tique qui s’est ouverte dans le monde, en Europe et ici-même.
Elle a répondu aussi à l’at­tente de citoyens cher­chant des repères et à tous ceux et toutes celles qui ne se satis­fai­sant pas du repli sur l’ho­ri­zon natio­nal ne renoncent pas à construire des conver­gences en Europe entre les mouve­ments et les mobi­li­sa­tions. En témoignent d’une part le propor­tion élevée de non adhé­rents d’At­tac (55 %), la présence de nombreux jeunes, et d’autre part la venue de mili­tants d’Es­pagne, du Royaume-Uni, d’Al­le­magne, d’Au­triche, de Belgique, d’Ita­lie, et la parti­ci­pa­tion de réseaux euro­péens.
Les sujets en débat
Finance, enjeux migra­toires et écolo­gie, trois ques­tions qui agitent les mouve­ments sociaux euro­péens ces dernières années ont été au cœur des sémi­naires et autres forum. Mais les débats autour de la ques­tion du travail ont égale­ment connu un succès inat­tendu. Ateliers de présen­ta­tion de la campagne Emploi-Climat, à l’ini­tia­tive de la FSU et d’autres compo­santes de la plate forme [1], forum sur l’ave­nir du travail à l’heure d’Uber, de l’au­to­ma­ti­sa­tion et de l’émer­gence de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, les salles étaient combles à chaque fois.
Le Snesup-FSU a égale­ment animé un atelier sur les enjeux de la marchan­di­sa­tion de l’en­sei­gne­ment supé­rieur en colla­bo­ra­tion avec le collec­tif Acides [2]. Hugo Harari-Kerma­dec, écono­miste et membre du collec­tif a analysé et décons­truit les argu­ments libé­raux présen­tant comme une pana­cée la sélec­tion à l’uni­ver­sité et l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion. Claire Bornais du Snesup-FSU a insisté sur la situa­tion actuelle, alors que le désin­ves­tis­se­ment progres­sif de l’Etat français au profit de « l’au­to­no­mie » des univer­si­tés laisse de nombreux bache­liers sans affec­ta­tion, donnant au gouver­ne­ment actuel l’oc­ca­sion de remettre au goût du jour le projet de sélec­tion à l’en­trée des univer­si­tés. Le débat a enfin permis d’échan­ger sur les ensei­gne­ments à tirer des résis­tances à la marchan­di­sa­tion de l’en­sei­gne­ment supé­rieur dans de nombreux pays depuis 2010.
Le débat sur les services publics a surpris ses orga­ni­sa­teurs qui ont vu arri­ver 80 personnes dans la petite salle qui était prévue. Par ailleurs il faut signa­ler que le réseau Trans­na­tio­nal Insti­tute a présenté à Toulouse une étude («  »Reclai­ming Public Services ») portant sur 835 expé­riences concrètes de remu­ni­ci­pa­li­sa­tion. dans le monde entier, essen­tiel­le­ment eu Europe. Cette étude montre que le mouve­ment de reso­cia­li­sa­tion des services publics est plus impor­tant que le mouve­ment inverse de priva­ti­sa­tion.
Projets des insti­tu­tion, mouve­ments : un état des lieux
Après la triple crise de 2015–2016 (Grèce, Migrants, Brexit), les projets des « élites euro­péennes » à la veille des élec­tions alle­mandes ont été analy­sés. Ces « élites » sont en proie à une série de contra­dic­tions provoquées par le mécon­ten­te­ment des peuples, par la montée de la xéno­pho­bie, mais aussi par l’émer­gence de forces progres­sistes nouvelles.
L’ana­lyse de la situa­tion des mouve­ments sociaux, de leur rapport au poli­tique, de la diffi­culté à faire émer­ger des conver­gences euro­péennes ont été des moments impor­tants avec la parti­ci­pa­tion de mouve­ments de diffé­rents pays. Il s’agis­sait d’al­ler au-delà des impres­sions super­fi­cielles qui dominent souvent en France et de resi­tuer ces ques­tions dans l’his­toire du mouve­ment alter­mon­dia­liste avec les expé­riences latino-améri­caines et actuel­le­ment aux Etats-Unis. Le rapport à l’Etat des mouve­ments d’éman­ci­pa­tion, la construc­tion de conver­gences entre des mouve­ments frag­men­tés (thèse de l’in­ter­sec­tion­na­lité) avec une place parti­cu­lière pour le mouve­ment fémi­niste : autant de ques­tions d’ave­nir.
Focus sur les « Villes rebelles »
L’exemple des « Villes rebelles » peut servir d’illus­tra­tion à la néces­sité d’étu­dier de façon appro­fon­die les expé­riences en cours dans certains pays. A Toulouse, cette approche a été permise par la présence de mili­tants espa­gnols impliqués dans des plate-formes citoyennes (Barce­lone, Madrid, La Corogne) à partir de la rencontre « Fear­less Cities » (Villes sans peur) qui a eu lieu en juin à Barce­lone.
L’a curio­sité mani­fes­tée par les parti­ci­pants français pour le sujet du muni­ci­pa­lisme a étonné et inté­ressé les inter­ve­nants venus d’Es­pagne. Pour ceux-ci c’était aussi une oppor­tu­nité de confron­ter leur propre expé­rience avec ses limites. Pour les Français c’était l’oc­ca­sion assez rare de consa­crer plusieurs heures à en prendre connais­sance et à en débattre.
Les inter­ro­ga­tions expri­mées à la fin du dernier atelier par de jeunes parti­ci­pants sur la possible construc­tion de plate-formes citoyennes dans certaines villes en France, avec l’ho­ri­zon des élec­tions muni­ci­pales de 2020, confirme l’écho de ce thème et la néces­sité de pour­suivre cette réflexion.
Dans un contexte où les luttes sociales et les tenta­tives poli­tiques au niveau natio­nal n’ont pu fran­chir un pas déci­sif, où la construc­tion de conver­gences euro­péennes s’avère diffi­cile, la dyna­mique du local, carac­té­ri­sée par des mobi­li­sa­tions sociales et l’émer­gence d’al­ter­na­tives, la consti­tu­tion de plate-formes citoyennes parties « à l’as­saut des insti­tu­tions » a mobi­lisé l’at­ten­tion et les éner­gies, notam­ment en Espagne.
L’objet du sémi­naire était d’étu­dier l’in­té­rêt et les limites de ces expé­riences et de voir si cette dyna­mique du local peut servir d’ap­pui pour construire les mobi­li­sa­tions natio­nales et euro­péennes qui sont néces­saires. En Espagne, les expé­riences muni­ci­pa­listes se font en marchant. En effet le moment entre l’émer­gence poli­tique des plate-formes citoyennes et leur succès élec­to­ral dans de grandes villes en 2015 a été très court.
Ces plate-formes citoyennes issues de puis­sants mouve­ments sociaux (comme les « marées ») sont des construc­tions complexes avec des alliances variables avec des partis poli­tiques, lesquels ont rare­ment le leader­ship. La première leçon que tirent les mouve­ments est que la partie se joue à trois : les mouve­ments, la rue (ou la popu­la­tion, la « société civile »), les insti­tu­tions (la muni­ci­pa­lité par exemple).
Premier problème : de nombreux « cadres » des mouve­ments ont été aspi­rés par les insti­tu­tions à la suite des victoires élec­to­rales. Second problème les insti­tu­tions sont prises dans des contraintes juri­diques (ex règles des marchés publics), écono­miques ou poli­tiques. L’ar­rêt des mobi­li­sa­tions sociales, qui a suivi les élec­tions, est analy­sée comme étant une erreur dans la mesure où il y a néces­sai­re­ment des contra­dic­tions entre la « rue » et les insti­tu­tions.
C’est vrai si on parle des résis­tances, c’est tout aussi perti­nent lorsqu’il s’agit de construire des alter­na­tives. Quelles nouvelles règles de gestion des services publics pour que la popu­la­tion soit asso­ciée à la déci­sion, en sortant de la démarche « parti­ci­pa­tive » qui consiste à procé­der du haut vers le bas ? Un problème complexe : la place des « tech­ni­ciens » (sala­riés des collec­ti­vi­tés) qui se sont révé­lés être une des prin­ci­pales forces de résis­tance au chan­ge­ment, faute d’avoir pu travailler avec eux en amont.
La dyna­mique du local s’ap­puie sur des points forts liés à la repo­li­ti­sa­tion de la société : proxi­mité, besoin de trans­pa­rence (avec rôle impor­tant d’In­ter­net, d’ap­plis sur télé­phone,…) , rôle très impor­tant de l’édu­ca­tion popu­laire, gestion de biens communs, terrain d’in­no­va­tion sociale, débats dans l’es­pace public.
En même temps, l’ac­tion des collec­ti­vi­tés locales est contrainte par la légis­la­tion natio­nale et euro­péenne. Il y a donc néces­sité de construire un rapport de forces. D’autre part, il s’agit de se préve­nir du risque du « loca­lisme » et de la préva­lence d’in­té­rêts locaux sur l’uni­ver­sel
Pour le moment, les « villes rebelles » espa­gnoles s’auto-gèrent sans véri­table coor­di­na­tion. La mise en place d’une coor­di­na­tion appa­raît aujourd’­hui comme une néces­sité. De même au niveau euro­péen : plusieurs réseaux euro­péens théma­tiques ont surgi (villes hors Tafta, villes hospi­ta­lières, réseau euro­péen contre la dette illé­gi­time, ….) et des réseaux plus géné­ra­listes (« Fear­less Cities, Villes en tran­si­tion, ….) se mettent en place [3].
En France, des expé­riences diverses (Saillans, Grenoble,…) attirent l’at­ten­tion. A Lille, les travaux du collec­tif Degey­ter rappellent que le socia­lisme muni­ci­pal est né dans le Nord à la fin du 19e siècle, et avance une thèse : la décen­tra­li­sa­tion aurait para­doxa­le­ment contri­bué à dépo­li­ti­ser la gestion locale. Des réflexions en pers­pec­ti­ves…
[2ACIDES : Approches Critiques et Inter­dis­ci­pli­naires des Dyna­miques de l’En­sei­gne­ment Supé­rieur. https://acides.hypo­theses.org/
[3Pour mieux appré­hen­der le sujet du muni­ci­pa­lisme, consul­ter Commons­po­lis.org

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.