Aller au contenu

Pour survivre, l’Eu­rope doit être refon­dée sur d’autres trai­tés garan­tis­sant droits sociaux, soli­da­rité et démo­cra­tie

Commu­niqué d’En­semble!

L’Union Euro­péenne craque de partout. Des années de trai­tés ultra-libé­raux, de déni de la volonté des peuples, à laquelle s’est ajouté l’in­ca­pa­cité de faire face digne­ment à l’ac­cueil des réfu­giés, mènent à son écla­te­ment.

Une majo­rité d’élec­teurs britan­niques ont choisi d’en sortir. Un vote dominé par une réac­tion natio­na­liste et xéno­phobe en Angle­terre, marqué par la violente campagne d’une droite extrême menée contre les réfu­giés et les immi­grés. Mais c’est aussi, dans une partie de l’élec­to­rat popu­laire, un vote de refus d’une Union Euro­péenne qui aggrave les poli­tiques libé­rales au lieu de proté­ger les sala­riés et les privés d’em­ploi.

Le carcan de l’Eu­rope des trai­tés cède sous des pres­sions contra­dic­toires, vers la droite ou vers la gauche.

Hier l’Au­triche a failli élire un président d’ex­trême-droite. Avant hier, la volonté du peuple grec de sortir de l’aus­té­rité, expri­mée aux élec­tions et par un autre refe­ren­dum, a été écra­sée par un coup d’état finan­cier des diri­geants de l’UE pour impo­ser par la force le modèle unique austé­ri­taire. Bien avant, d’autres refe­ren­dums, au Dane­mark, en Irlande, et notam­ment en France, où domi­nait le refus que l’ul­tra­li­bé­ra­lisme soient inscrits dans le traité consti­tu­tion­nel euro­péen, ont été bafoués par les gouver­nants qui se sont succé­dés ; notam­ment par François Hollande, qui a commencé son règne par la rati­fi­ca­tion du traité TSCG Merkel/Sarkozy, et en a fait décou­ler toute sa poli­tique.

Toutes ces poli­tiques ont miné le projet d’une Europe unie.

Il n’ y a pas d’autres issues qu’une refon­da­tion complète, un proces­sus consti­tuant pour une Europe recons­truite sur d’autres bases. Ni le retour aux replis natio­na­listes, ni la fuite en avant en conser­vant les mêmes trai­tés, ne peuvent permettre de sortir de l’im­passe. Ils implique­raient encore plus d’aus­té­rité et encore moins de démo­cra­tie, moins d’éga­lité, moins de soli­da­rité. C’est pour­tant ce qu’en­vi­sagent aujourd’­hui les diri­geants britan­niques et euro­péens face à la crise finan­cière et écono­mique qui s’an­nonce après ce « Brexit ».

Avec les mouve­ments sociaux, syndi­caux, anti­ra­cistes, avec toutes les forces de la gauche et de l’éco­lo­gie, en France comme en Europe,  qui refusent le vieux modèle austé­ri­taire et auto­ri­taire qui a fait faillite, il est urgent de construire le front le plus large autour d’une alter­na­tive euro­péenne, pour :

  • Sortir des trai­tés et refon­der une Europe des peuples et des droits sociaux et écolo­gique
  • Exiger la démis­sion de la Commis­sion euro­péenne, qui a perdu toute légi­ti­mité, issue de négo­cia­tions entre gouver­ne­ments et non de choix démo­cra­tiques.
  • Refon­der une Europe soli­daire, proté­geant tous les euro­péens exclus des richesses du conti­nent, et accueillant digne­ment ceux qui fuient les guerres et la misère, plutôt qu’un renfor­ce­ment des barrières aux fron­tières.

Chan­ger d’Eu­rope, cela commence d’abord en France par l’aban­don la loi Travail, « et son monde », reje­tée par le peuple français, qui fait partie des « réformes » expli­ci­te­ment négo­ciée dans la commis­sion euro­péenne pour aligner les stan­dards sociaux vers le plus bas.

Il faut tour­ner le dos aux poli­tiques de cette Union Euro­péenne, pour redon­ner vie à l’es­poir d’une autre Europe unie et démo­cra­tique.

Le 25 juin 2016.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.