Aller au contenu

« Propriété privée des brevets et égoïsme sani­taire, un crime contre la santé de l’hu­ma­nité »

# 8 – Décembre 2021 :  note du groupe de réflexion sur la crise sani­taire d’En­semble et Ensemble Insou­mis

La pandé­mie du covid conti­nue ses ravages sur la planète et les vagues de conta­mi­na­tion se succèdent. Fin 2021 le chiffre de 3,5 millions de morts est évoqué au plan mondial, sur la base des décla­ra­tions offi­cielles des Etats. Mais l’ OMS estime que ce chiffre est  sous-estimé de moitié. Depuis octobre 2020 c’est au moins 10 000 morts par jour dans le monde.

La pandé­mie conti­nue et ce que l’on pouvait craindre s’est produit : l’émer­gence des  ‘’va­riants’’ est venue compliquer la situa­tion sani­taire inter­na­tio­nale, en parti­cu­lier dans les pays les plus pauvres qui sont dépour­vus d’une couver­ture vacci­nale suffi­sante. Le risque de qu’ils appa­raissent et qu’ils soient plus conta­gieux et/ou plus patho­gènes y est plus grand, et quoiqu’il en soit le faible taux de vacci­na­tion des popu­la­tions, qui s’ajoute aux autres facteurs de fragi­lité sani­taire, les surex­pose aux effets morbides de la pandé­mie.

Celle-ci fait plus de dégâts dans les pays du Sud à faibles reve­nus qui n’ont pas accès aux masques, tests, équi­pe­ments (respi­ra­teurs…) et trai­te­ments anti-covid, et qui sont dépour­vus des moyens de vacci­ner large­ment leur popu­la­tion. Popu­la­tion qui en outre vit dans les condi­tions sani­taires les plus défa­vo­rables (loge­ment, alimen­ta­tion, système de santé et accès aux soins en géné­ral). Comme en écho, dans les pays ‘’ri­ches’’ du nord de la planète, ce sont les classes popu­laires, les premiers et premières de corvées, qui payent le plus lourd tribut à la mala­die. Les inéga­li­tés sociales (condi­tions de vie, de trans­port ou de travail) jouent là aussi un rôle impor­tant dans l’ex­po­si­tion diffé­ren­ciée au virus et dans les consé­quences de l’in­fec­tion. .

Enfin, contrai­re­ment à l’idée qui circule encore parfois, l’in­fec­tion grave n’est pas ‘’ré­ser­vée’’ aux personnes âgées et aux personnes fragi­li­sées par des comor­bi­di­tés. Ainsi en France depuis mars 2020, 23% des patients hospi­ta­li­sés appar­tiennent à la tranche d’âge des 45/64 ans. Parmi elles 40% sont en soins critiques. Pami les décédé.es du SARS-Cov 2, 25 % ne présen­taient pas de comor­bi­dité et 27 % avaient moins de 75 ans.

L’ac­cès aux vaccins pour tous et toutes demeure donc un facteur clé de la lutte contre la pandé­mie et de la protec­tion de la santé des popu­la­tions. L’ex­ten­sion rapide de la couver­ture vacci­nale au plan mondial, et notam­ment dans les pays dému­nis de vaccins où le virus circule acti­ve­ment, est une prio­rité d’abord pour proté­ger les popu­la­tions concer­nées, surex­po­sées, et  pour ralen­tir la circu­la­tion virale et conte­nir l’ap­pa­ri­tion de nouveaux variants.

Egoïsme sani­taire et apar­theid vacci­nal

Or, au plan mondial c’est à un véri­table apar­theid vacci­nal, produit de l’égoïsme sani­taire des plus riches et des logiques hyper-capi­ta­listes qui gouvernent la santé au plan mondial, et notam­ment les labos, auquel nous assis­tons depuis le début. Ainsi, 80% des doses vacci­nales produites ont été livrées à des pays du G20, et 75% des injec­tions ont été réali­sées dans 10 pays seule­ment, parmi les plus riches évidem­ment. Pendant ce temps en Afrique, 3 à 4 % seule­ment de la popu­la­tion a eu accès à la vacci­na­tion et le dispo­si­tif Covax, fondé sur la charité, avec seule­ment 261 millions de doses, est un échec.

Tout cela pour conti­nuer de satis­faire les appé­tits finan­ciers et préser­ver les inté­rêts de quelques labo­ra­toires privés qui ont, pour déve­lop­per leur solu­tion vacci­nale, béné­fi­cié large­ment de la recherche et de l’argent publics. Ces labo­ra­toires profitent de leur posi­tion de mono­pole pour faire du chan­tage aux états pauvres en matière de tarifs, et font payer plus cher à ces dernier leurs doses vacci­nales. Ainsi le Bots­wana s’est vu « propo­ser » l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en vaccin Pfizer au tarif de 29 euros la dose contre 19 aux pays de l’UE !

Un gigan­tesque scan­dale finan­cier et fiscal

Pour­tant les profits des grandes firmes déten­trices des solu­tions vacci­nales ARN contre le Covid sont déjà astro­no­miques. 1500 dollars par seconde ! 55 milliards de reve­nus pour Pfizer et Moderna en un an. Les grandes socié­tés du big pharma, avec le soutien de l’Union Euro­péenne, du Canada, de la Suisse et du Japon, s’ac­crochent à leurs béné­fices et défendent leur mono­pole vacci­nal sous le prétexte commode de la propriété intel­lec­tuelle et des inves­tis­se­ments qu’elles auraient consen­tis. La propriété des brevets est censée rému­né­rer ces inves­tis­se­ments et prendre en compte leur risque finan­cier. Mais nous savons que ces vaccins sont le fruit de l’ex­ploi­ta­tion des décou­vertes de la recherche finan­cée à plus de 95% par des fonds publics depuis plusieurs dizaines d’an­nées. 15 milliards de dollars par le dispo­si­tif Barda aux USA, 3 milliards d’eu­ros en Europe. Les ‘’risques finan­ciers’’ allé­gués sont une pure fiction: les labos ont imposé des tarifs prohi­bi­tifs, des clauses de secret commer­cial et obtenu des précom­mandes en grande partie finan­cée à l’avance. En outre Moderna a négo­cié secrè­te­ment avec l’UE le verse­ment du produit de ses ventes en Europe sur des comptes off-shore.

Au bout du compte la popu­la­tion paye deux fois : à travers les subven­tions accor­dées à la recherche publique et privée, puis avec les systèmes de protec­tion sociale. Dans le projet de loi de finan­ce­ment de la Sécu il appa­rait que 2,5 milliards d’eu­ros ont été consa­crés à l’achat des doses vacci­nales pour la popu­la­tion française. Ici il faut citer l’étude réali­sée par Public Citi­zen, une orga­ni­sa­tion améri­caine de défense des consom­ma­teurs. Cette étude, réali­sée à partir des logi­ciels qu’u­ti­lisent les labos de big pharma pour lancer une produc­tion et en réali­ser leurs objec­tifs, indique qu’il est possible de fabriquer 8 milliards de doses pour un coût total se situant entre 9 et 20 milliards de dollars, soit un coût unitaire se situant entre 1 et 2.5 dollars la dose selon le vaccin pris en réfé­rence ( Pfizer, Moderna ou Cure­vac). Bien loin des tarifs actuel­le­ment pratiqués par les labos concer­nés…

Un lobbying du mensonge

Le lobbying des labos a été intense depuis 2 ans et nous avons vu les défen­seurs des brevets nous dire que les trans­ferts de tech­no­lo­gie et de savoir-faire étaient trop complexes et trop long à mettre en œuvre pour répondre effi­ca­ce­ment aux objec­tifs d’une répar­ti­tion mondiale de la produc­tion vacci­nale coïn­ci­dant au plus près avec les besoins de la popu­la­tion. Pour­tant Moderna, start up instal­lée dans le Dela­ware, sans réelle capa­cité de produc­tion, a passé un accord avec une usine phar­ma­ceu­tique suisse ( Lonza) qui n’avait aucune expé­rience dans la produc­tion de vaccins. En deux mois ils sont parve­nus à produire leurs premières doses.

Au niveau mondial il existe actuel­le­ment selon l’OMS une ving­taine de sites de produc­tion, répar­tis dans 12 pays diffé­rents, qui pour­raient lancer une produc­tion qui permet­trait de multi­plier les sources et favo­ri­se­rait l’ac­cès à la vacci­na­tion à l’échelle mondiale. L’Afrique du Sud et l’ Inde, soute­nues par plus de 50 pays, ont depuis plus d’un an demandé à l’ OMC la levée tempo­raire des brevets et la mise sous licence publique des vaccins contre le COVID 19. L’UE, la Suisse et le Royaume-Uni s’y sont oppo­sés… La réunion de l’OMC à Genève, qui devait être consa­crée à partir de mardi 30 novembre dernier à la recherche de solu­tions pour élar­gir la couver­ture vacci­nale mondiale, a (oppor­tu­né­ment ?) été repor­tée en raison des risques liés à la remon­tée de la pandé­mie. Mais quoiqu’il en soit les blocages subsistent. Pour les pays réti­cents à la levée, même tempo­raire, des brevets, il faut favo­ri­ser le recours aux licences volon­taires, c’est-à-dire la vente de droit à produire, « plutôt que déman­te­ler le système exis­tant de la propriété intel­lec­tuelle, qui a fait ses preuves » (sic !), comme l’a affirmé lundi 29 novembre le Dépar­te­ment de l’éco­no­mie de la Confé­dé­ra­tion Helvé­tique[1]…

Une mobi­li­sa­tion qui monte

Pour­tant, depuis plusieurs mois, partout dans le monde, mouve­ments, asso­cia­tions, syndi­cats et partis militent pour la levée des brevets et l’ac­cès aux vaccins et aux moyens permet­tant de lutter contre le COVID. Des gouver­ne­ments se sont pronon­cés pour la levée des brevets (ou au moins leur suspen­sion). Le parle­ment euro­péen, à l’ini­tia­tive du groupe ‘’ la gauche au parle­ment’’ s’est prononcé dans ce sens. Des initia­tives ont été prises : tribunes dans la presse, appels, péti­tions – dont l’ini­tia­tive citoyenne euro­péenne – créa­tion du collec­tif « stop brevets covid réqui­si­tion », rassem­ble­ments mili­tants le 30 novembre devant l’OMC à Genève et dans de nombreux pays et villes.

Malheu­reu­se­ment en France le débat s’est large­ment pola­risé ces derniers mois sur les ques­tions liées à la mise en place du « passe sani­taire ». Au lieu de porter sur les enjeux d’un élar­gis­se­ment rapide de la campagne de vacci­na­tion au plan inter­na­tio­nal. Ainsi, par une étrange inver­sion des hiérar­chies, le débat sur l’obli­ga­tion vacci­nale en France, a pris le pas sur la ques­tion pour­tant bien plus fonda­men­tale pour la popu­la­tion mondiale du droit à la vacci­na­tion.  Il faut dire que la poli­tique du gouver­ne­ment Macron, avec son impré­pa­ra­tion et ses mensonges, avec ses déci­sions soli­taires et brutales et sa navi­ga­tion à vue, a large­ment contri­bué à nour­rir les doutes et le scep­ti­cisme vacci­nal. Dans un tel contexte de méfiance envers les auto­ri­tés poli­tiques, sur fond d’au­to­ri­ta­risme prési­den­tiel, en l’ab­sence de tout contrôle parle­men­taire et citoyen, cela a ouvert un boule­vard aux théo­ries complo­tistes et favo­risé l’hos­ti­lité à la vacci­na­tion alimen­tée par un courant anti­vax qui s’est montré très actif cet été et à la rentrée.

Face à la pandé­mie, faire des vaccins et des trai­te­ments contre le Covid un bien commun de l’hu­ma­nité

Au plan inter­na­tio­nal, pour­tant, une réponse s’im­pose : les gouver­ne­ments, notam­ment au sein de l’Union Euro­péenne, doivent lever les brevets plutôt que de nour­rir l’illu­sion d’une protec­tion face à de nouvelles vagues pandé­miques par la ferme­ture des fron­tières. De même l’ac­cès de toutes les popu­la­tions du monde aux moyens de prophy­laxie doit être garanti. Comme nous le défen­dons pour les vaccins, la mise au point atten­due de trai­te­ments effi­caces doit béné­fi­cier à la popu­la­tion mondiale dans son ensemble et ne pas être l’oc­ca­sion de nouveaux acca­pa­re­ments et super-profits par les grands labos privés. Atteindre cet objec­tif passe par une mobi­li­sa­tion citoyenne puis­sante, inter­na­tio­na­liste et soli­daire.

Face au virus et à ses nouveaux variants, conti­nuer l’apar­theid vacci­nal, main­te­nir l’égoïsme sani­taire, au lieu de construire les soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales urgentes et néces­saires, lais­ser croire que la vacci­na­tion dans les pays solvables du Nord de la planète préser­vera effi­ca­ce­ment la popu­la­tion, est une gros­sière erreur et un crime contre la santé de la majo­rité de la popu­la­tion mondiale.


[1] Le Temps, 29 novembre dernier.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.