Aller au contenu

Refon­der l’es­poir

Une refon­da­tion ne peut venir d’une force poli­tique parti­cu­lière. Elle ne peut être que l’objet d’un proces­sus de débat, de confron­ta­tion qui dépasse les forces poli­tiques exis­tantes et implique les citoyen-nes.

Le premier tour des élec­tions régio­nales a confirmé, sous fond d’abs­ten­tion massive que le FN est aujourd’­hui le premier parti de France, faisant dans certaines régions des scores consi­dé­rables. Le vote FN est certes le produit de la destruc­tion du tissu social, de la peur du déclas­se­ment et plus globa­le­ment de l’ave­nir. Mais c’est la xéno­pho­bie qui est le ciment de ce vote. En parti­cu­lier, c’est l’im­mi­gra­tion, prise comme bouc émis­saire de la désin­té­gra­tion sociale, qui surdé­ter­mine la façon dont les élec­teurs du FN abordent les ques­tions sociales et écono­miques, les atten­tats terro­ristes venant renfor­cer cette peur de l’Autre qui prend aujourd’­hui la figure du musul­man. Ces élec­tions repré­sentent un triple échec.

Echec d’abord pour Nico­las Sarkozy et sa stra­té­gie qui vise à coller au plus près des thèses fron­tistes afin de phago­cy­ter le FN. Cette stra­té­gie a large­ment mis à mal les barrières entre l’élec­to­rat de la droite dite répu­bli­caine et le FN. La reprise des thèmes et des obses­sions du FN par une droite « décom­plexée » a surtout décom­plexé les élec­teurs et a entrainé natu­rel­le­ment une poro­sité toujours plus grande entre les élec­to­rats et ce, au béné­fice de l’ex­trême droite.

Echec ensuite pour François Hollande et le gouver­ne­ment Valls qui ont mené une poli­tique écono­mique et sociale néoli­bé­rale au mépris des valeurs de la gauche et de l’es­poir de chan­ge­ment qui avait pu exis­ter au moment de son élec­tion. L’aban­don des couches popu­laires livrées sans vergogne à la logique de compé­ti­ti­vité, le dépé­ris­se­ment des services publics avec l’ac­cep­ta­tion des exigences euro­péennes en matière budgé­taire, ou encore l’aban­don de terri­toires ont déses­péré l’élec­to­rat de gauche dont l’abs­ten­tion est mani­feste. Le tour­nant néocon­ser­va­teur suite aux atten­tats terro­ristes, avec la reprise des mesures sécu­ri­taires promues par la droite et le FN, n’a, comme on pouvait le craindre, que profi­ter à ce dernier, le légi­ti­mant comme parti respon­sable.

Dans cette situa­tion, l’échec du Front de gauche (FdG) et de EELV est emblé­ma­tique. Les alliances à géomé­trie variables d’EELV, son inca­pa­cité à choi­sir entre une ligne d’ac­com­pa­gne­ment du gouver­ne­ment et une oppo­si­tion franche ont rendu illi­sible son posi­tion­ne­ment poli­tique. Mais l’échec du FdG est encore plus signi­fi­ca­tif. Il vient de loin, c’est le produit d’une accu­mu­la­tion d’er­reurs et de ratés. Le FdG n’a pas su rebon­dir après la campagne prési­den­tielle réus­sie de Jean-Luc Mélen­chon. Il n’a pas su se trans­for­mer en un véri­table mouve­ment poli­tique et est resté un cartel élec­to­ral soumis aux inté­rêts immé­diats de ses prin­ci­pales compo­santes qui ont refusé après l’élec­tion prési­den­tielle d’ou­vrir les portes et les fenêtres pour accueillir les dizaines de milliers de personnes qui n’étaient encar­tées dans aucune orga­ni­sa­tion poli­tique mais qui s’étaient enga­gées acti­ve­ment dans la campagne élec­to­rale de 2012. Une occa­sion histo­rique a été ainsi manquée.

Mais le pire restait à venir avec la confu­sion poli­tique entrai­née par la déci­sion du PCF d’une orien­ta­tion à la carte pour les élec­tions muni­ci­pales – tantôt avec le PS, tantôt avec les autres forces du FdG –, la drama­ti­sa­tion opérée par le PG à ce sujet et la montée d’af­fron­te­ments internes qui l’a accom­pa­gnée, ce qui a pesé sur toute appa­ri­tion poli­tique pendant des mois. Ce conflit interne, et l’image d’écla­te­ment qui s’en est suivie, a perduré lors de la forma­tion en 2014 des listes pour les euro­péennes avec des tensions extrêmes, nombre de coup de forces, une campagne en demi teinte avec, in fine, un échec élec­to­ral puis ensuite une quasi dispa­ri­tion du FdG du champ poli­tique.

Mais tout cela renvoie à un mal plus profond. L’in­ca­pa­cité du FdG à avoir une posture poli­tique lui permet­tant d’être en phase avec les attentes de l’élec­to­rat de gauche. Car il ne suffit pas de critiquer la poli­tique gouver­ne­men­tale – ce que le FdG a fait à juste titre -, encore faut-il être porteur d’es­poir, montrer qu’une autre voie est concrè­te­ment possible, qu’une société plus juste et plus égali­taire est non seule­ment néces­saire mais réali­sable. Il faut être capable d’ar­ti­cu­ler les solu­tions concrètes à un imagi­naire qui permette de les envi­sa­ger. Il ne sert donc pas à grand chose d’af­fir­mer simple­ment à longueur de décla­ra­tions que tout va mal et que tout ira encore plus mal demain pour construire une alter­na­tive poli­tique. Se conten­ter de ne faire que cela ne fait que rajou­ter de l’an­goisse et de l’an­xiété dans une société rongée par la peur du lende­main. Certes cette atti­tude n’a pas été le fait de toutes les compo­santes du FdG, mais globa­le­ment c’est ainsi que le FdG est apparu. Combi­née avec les déboires poli­ti­ciens, ce posi­tion­ne­ment n’a pas permis que le vote pour le FdG appa­raisse utile.

Une nouvelle période est en train de s’ou­vrir et elle n’est pas très plai­sante. Le pire se présente devant nos yeux avec une possible arri­vée de l’ex­trême droite au pouvoir et l’his­toire est là pour nous rappe­ler qu’une fois au pouvoir celle-ci n’a cure des liber­tés démo­cra­tiques et que l’idée même d’al­ter­nance poli­tique lui est étran­gère. Mais même si ce danger peut être provi­soi­re­ment conjuré, l’état de la société française présente des aspects très inquié­tants où se combine une xéno­pho­bie massive et un recul des valeurs de soli­da­rité et d’éga­lité comme le montrent les enquêtes du Crédoc. La gauche, comprise ici non pas comme ses compo­santes parti­daires mais comme courant porteur des valeurs d’éga­lité, de soli­da­rité et de liberté, est aujourd’­hui mena­cée dans son exis­tence même. Un gouver­ne­ment qui s’en réclame est en train de s’at­taquer aux liber­tés publiques, retrou­vant ainsi la matrice mollé­tiste. Le mot gauche lui-même semble ne plus avoir de sens pour une partie non négli­geable de l’élec­to­rat.

Sa refon­da­tion poli­tique et program­ma­tique s’avère incon­tour­nable sous peine de margi­na­li­sa­tion durable ou même de dispa­ri­tion pure et simple. Une telle refon­da­tion ne peut venir d’une force poli­tique parti­cu­lière. Elle ne peut être que l’objet d’un proces­sus de débat, de confron­ta­tion qui dépasse les forces poli­tiques exis­tantes et implique les citoyen-nes. Il ne s’agit pas de nier l’im­por­tance des forces poli­tiques exis­tantes. Mêmes très affai­blies, elles restent un lieu indis­pen­sable de la vie citoyenne. Mais de simples accords d’ap­pa­reils ne peuvent aujourd’­hui créer la dyna­mique néces­saire pour recon­fi­gu­rer le champ poli­tique et construire une nouvelle offre poli­tique à gauche. Il faut donc enga­ger un proces­sus inédit avec toutes celles et tous ceux, encar­tés ou pas, qui sont oppo­sés à la poli­tique actuelle et qui refusent les pers­pec­tives morti­fères de la droite et de l’ex­trême droite. L’élec­tion prési­den­tielle de 2017 peut être un moment de cette refon­da­tion avec une candi­date ou un candi­dat qui serait issu de ce proces­sus. Plus facile à dire qu’à faire, mais le pire serait de ne pas le tenter.

Pierre Khalfa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.